Nathaniel Hawtorne – La lettre écarlate

Je n’avais jamais entendu parler de ce classique américain. Et pourtant, La Lettre écarlate est un livre presque fondateur des Etats-Unis. C’est une histoire maintes fois reprises dans la culture américaine. Il y a même eu plusieurs films racontant son histoire dont un avec Gary Oldman et Demi Moore dans les rôles principaux. Et pour tout vous avouer, j’ai même lu il y a quelques années Ecarlate d’Hillary Jordan, clairement inspiré de cette oeuvre. Bref, c’est finalement grâce à France Culture que j’ai découvert la Lettre écarlate.

C’est l’histoire d’un adultère. Tout commence lorsqu’une jeune femme, Hester Prynne, est jugée en place publique pour adultère. En effet, elle vient de donner naissance à un enfant alors que son mari est absent depuis des années. Hester doit désormais porter la lettre “A” en rouge sur ses vêtements pour montrer son péché. C’est à ce moment que son mari revient et aura un grand désir de vengeance et surtout de retrouver l’amant de sa femme qu’elle tient secret depuis le début.

Ce que j’ai surtout aimé dans ce roman, c’est à quel point, il sait reproduire la société puritaine de l’époque (on est au XVIIème siècle). Que ce soit le pasteur ou les gens du village, tout le monde juge très férocement les péchés des autres. Nathaniel Hawthorne, ayant lui même vécu dans cette ambiance, il a voulu la dénoncer via cet ouvrage.

J’ai apprécié aussi les personnages, que ce soit Hester que je trouve très courageuse et qui assume tout à fait ses actes ou l’amant en question qui est rongé par la culpabilité.

Bref, même si je lui reproche quelques longueurs, j’ai vraiment été très contente de découvrir ce classique.

Escale : 56/+75 : Boston,Massachusetts, Etats-Unis

Auteur : Nathaniel Hawthorne

Commencé le : 07/02/2018

Terminé le : 07/02/2018

Edition : Le livre de poche

Genre : Classique

Pages : 360

Publié en : 1850

Note : 4/5

H.P. Lovecraft – L’affaire Charles Dexter Ward

Un personnage fort étrange, nommé Charles Dexter Ward, a disparu récemment d’une maison de santé, près de Providence, Rhode Island. Il avait été interné à contrecœur par un père accablé de chagrin, qui avait vu son aberration passer de la simple excentricité à une noire folie présentant à la fois la possibilité de tendances meurtrières et une curieuse modification du contenu de son esprit. Les médecins s’avouent complètement déconcertés par son cas, car il présentait des bizarreries physiques autant que psychologiques.

Le docteur va mener l’enquête pour comprendre pourquoi le jeune homme qui s’appelle Charles Dexter Ward est devenu fou.

Il faut bien dire que la lecture de ces grands classiques de la littérature fantastiques me sont toujours aussi sympathiques. Pourquoi ? Hé bien, j’adore voir le suspense monter crescendo. Le récit est angoissant sans pour autant utiliser d’artifices ou de visions cauchemardesques. Tout est dans l’ambiance au final…

Le roman se lit, en plus, vraiment rapidement. Alors, même si je regrette la fin un peu prévisible, je ne peux que vous conseiller de lire cette oeuvre du grand H.P. Lovecraft.

En quelques mots : Efficace et prenant !

Auteur : H.P. Lovecraft

Titre : L’affaire Charles Dexter Ward

Edition : J’ai lu

Genre : Fantastique, Classique

Pages : 126

D’autres avis : Lumance, Melwen

Yasunari Kawabata – Pays de neige

Un long tunnel entre les deux régions, et voici qu’on était dans le pays de neige. L’horizon avait blanchi sous la ténèbre de la nuit. Le train ralentit et s’arrêta au poste d’aiguillage.
La jeune personne, qui se trouvait assise de l’autre côté du couloir central, se leva et vint ouvrir la fenêtre devant Shimamura. Le froid de la neige s’engouffra dans la voiture. Penchée à l’extérieur autant qu’elle le pouvait, la jeune personne appela l’homme du poste à pleine voix, criant au loin.

J’avais prévu de lire Pays de neige pour le Cold Winter Challenge mais il est finalement hors sujet. Tant pis ! Ce livre raconte l’histoire d’un tokyoïte qui vient en vacances d’hiver dans les montagnes. Il y rencontrera entre autres une geisha.

Ce roman est assez spécial j’avoue. Terriblement lent, j’avoue que j’ai fini par passer des pages, tellement je m’ennuyais. Mais Yasunari Kawabata a une écriture très poétique, qu’on aime tout de même se laisser guider par sa plume. Typiquement japonaise, c’est une écriture exquise, pleine de non dits et de suggestions.

Mais mon intérêt pour les personnages était quasi nul. J’ai donc fini par l’abandonner plutôt que de me forcer. A consommer à petites doses donc pour moi !

Auteur : Yasunari Kawabata

Titre : Pays de neige

Edition : Le livre de poche

Genre : Classique

Pages : 191

D’autres avis : Elanor, Horizon des mots, Cinquième de couv’

John Steinbeck – Tortilla Flat

Jusqu’à présent, Steinbeck était pour moi une valeur sûre. J’ai été enchantée par Des souris et des hommes ou La Perle. Il me reste encore à découvrir Les raisins de la colère parmi les plus connus. Mais quand je suis tombée sur ce titre, je me suis dit que la magie allait encore opérer. Ben non !

Pourtant, ça démarrait plutôt bien avec le jeune Danny, qui hérite de 2 maisons et qui décide d’inviter son ami Pilon à s’installer dans l’une d’entre elles. Mais rapidement, Pilon essaye d’entourlouper Danny et durant tout le roman, on a la répétition de ces scénettes ou Pilon fait des escroqueries et des mauvais coups.

J’ai vraiment trouvé le tout lourd et répétitif. Si c’était un brin amusant au début, la redondance des faits m’a très vite lassée. Les personnages sont à mes yeux très caricaturaux. En fait, j’ai l’impression que Steinbeck a voulu faire quelque chose de très théâtrale avec cette oeuvre. Mais je préfère grandement les récits plus réalistes.

Heureusement qu’il restait la sublime plume de Steinbeck pour passer le temps. Et même si l’intrigue m’a déplue, on y retrouve les thèmes importants de son oeuvre à savoir l’amitié, la description des inégalités sociales et ici, la découverte de la vie de paisanos.

Un raté donc pour moi malgré quelques bons éléments.

Escale 52/+75 : Monterey, Californie, Etats-Unis 

Auteur : John Steinbeck

Titre : Tortilla Flat

Edition : Folio

Genre : Classique

Pages : 251

D’autres avis : Mariejuliet

Victor Hugo – Ruy Blas

Ma dernière lecture en date est un classique. Il s’agit de Ruy Blas de Victor Hugo, une pièce de théâtre mettant en scène Don Salluste qui va utiliser son valet pour séduire la reine d’Espagne.

Après avoir lu cette histoire, je me disais qu’elle m’en rappelait une autre. Et effectivement la folie des grandeurs est une adaptation de cette histoire même si ici, c’est plus tragique et on s’appitoie particulièrement sur le sort du pauvre Ruy Blas qui va être utilisé de bien étrange façon par son maître.

Les envolées lyriques de la reine et de Ruy Blas sont nombreuses et ce n’est pas la pièce la plus facile à lire. Néanmoins, l’intrigue est intéressante et les personnages sont plutôt charismatiques.

Voilà une pièce assez courte et agréable dans l’ensemble.

Escale 47/+75 : Madrid, Espagne

Auteur : Victor Hugo

Titre : Ruy Blas

Edition : Librio

Genre : Théâtre

Pages : 154

D’autres avis : Frankie