L’école noire

Les pères Hiraga et Nicholas font partie du Siège des Saints, une institution spéciale du Vatican chargée d’authentifier les miracles. Ensemble, ils enquêtent pour distinguer le vrai du faux grâce à leurs capacités d’analyse exceptionnelles. Leur prochaine mission va les entraîner en Amérique où ils vont se retrouver au coeur d’un complot diabolique. A l’abbaye Saint Rosario, ils se retrouvent à enquêter sur une série de meurtres mystérieux et vont êtres témoins d’un cas de possession démoniaque. Mais dans l’ombre, un terrible danger les guette !

J’ai eu la chance via Babelio de découvrir le premier tome de cette saga ésotérique. Comme le dit le résumé, on suit donc 2 ecclésiastiques qui sont en charge de reconnaître les miracles. Ce sont deux enquêteurs avec une manière de faire différente. Hiraga est par exemple, un génie qui se laisse absorber par ses passions. C’est un Japonais et on le ressent dans son comportement. Nicholas est plus humain, plus accessible mais moins captivant.

Ce que je regrette un peu dans ce livre, c’est que j’ai eu l’impression qu’il était écrit par un auteur qui ne maîtrisait pas trop son sujet et qui n’était jamais sorti du Japon. C’est peut-être erroné mais c’est l’impression que j’ai eu, le monde semble plus “japonisé” dans le roman qu’il ne l’est en réalité.

Certaines intrigues ont aussi été résolues trop rapidement à mon goût. Mais je comprends néanmoins le choix de faire une aventure captivante et haletante.

L’écriture est tout à fait agréable, avec un langage ni soutenu, ni trop simple.

J’aime aussi beaucoup la couverture même si elle donne peut-être l’impression que seuls les fans de mangas pourront l’apprécier.


  • Auteur : Rin Fujiki
  • Edition : DS
  • Genre : Thriller, Fantastique
  • Pages : 473
  • Sorti le : 29/11/2018

Ma bête


Ma Bête, c’est ainsi que Weston Forrester surnomme Duncan Smith qu’il capture à Boston, sur le parking d’une station-service. Le ravisseur veut faire de sa victime le meurtrier qu’il n’a pas le courage de devenir. Weston Forrester a tous les atouts pour mener le jeu et faire de Duncan Smith un criminel. La rencontre de ces deux hommes, dans un face à face tendu, va les amener à se découvrir aux limites de leurs forces et de leurs valeurs respectives.

Sous cette jolie couverture colorée se cache en fait un thriller bien angoissant. On suit donc l’histoire de cette capture de plusieurs points de vue : celui du kidnappeur, celui de la victime et un autre qui intervient un peu plus tard.

L’intrigue est vraiment haletante de bout en bout. En fait, pour tout dire, j’avais l’impression d’être dans un épisode d’esprits criminels, une série que j’aime beaucoup. C’est sûrement le fait d’être dans la tête du criminel ! J’avoue que ça a aussi un côté dérangeant et que cela m’a provoqué un certain malaise en même temps.

J’ai aussi par moments, trouvé certaines scènes prévisibles. Mais dans l’ensemble, j’ai apprécié ce roman noir.


  • Autrice :
  • Commencé le :
  • Terminé le :
  • Edition :
  • Genre :
  • Pages :
  • Sorti le :
  • Note :

Le ver à soie

J’avais envie de retrouver Cormoran Strike et son assistante alors je me suis plongée dans cette deuxième aventure.

Que dire dessus ? On suit la disparition d’un écrivain qui vient d’écrire un terrible livre où il égratigne le monde littéraire dans lequel il évolue.

Le point fort de ce livre, comme toujours avec J.K. Rowling est la superbe galerie de personnages qu’elle nous propose. Tous font réels.

Autre point fort, c’est le développement de la relation professionnelle et amicale de Cormoran et ?.

Le roman souffre quand même de quelques longueurs qui empêche le lecteur de rester en haleine, dommage.

Insectorium : Le ver à soie (bombyx mori)

Auteur : Robert Galbraith (aka J.K. Rowling)

Commencé le : 02/07/2018

Terminé le : 08/07/2018

Edition : Grasset

Genre : Policier

Pages : 576

Sorti le : 14/06/2014

Note : 2/5

Débâcle

Débâcle, c’est le livre qui fait parler de lui en ce moment et surtout en Flandres dont est originaire l’autrice. L’histoire est celle d’une jeune femme qui retourne dans son village anversois natal. Dans ce récit, on la suit à la fois à travers des flash-backs sur son adolescence mais aussi à l’heure actuelle.

Le gros point fort de ce roman noir est sans nul doute l’ambiance. Sombre, sale. On a l’impression d’être coincée dans de la vase. J’ai aussi apprécié retrouver un environnement belge, ce qui est rarement le cas dans mes lectures. Mais du coup, la confrontation entre ce monde familier et toute la noirceur de ce polar fut détonante pour moi.

Néanmoins, je ne partage l’enthousiasme général pour ce titre. Oui, c’est cool, c’est bien écrit, l’atmosphère est superbement décrite mais j’ai trouvé l’intrigue très longue. Et aussi, que cela manquait d’originalité. On sent clairement venir ce qui va arriver, et pourtant, je ne suis pas très bonne dans les énigmes hein !

Bref, un livre qui me laisse un avis mitigé après quelques semaines (même si je lui avais mis 4/5 à l’issue de ma lecture).

Autrice : Lize Spit

Commencé le : 18/05/2018

Terminé le : 25/05/2018

Edition : Actes Sud

Genre : Polar

Pages : 420

Sorti le : 07/02/2018

Note : 4/5

Artahe le dieu ours

Il y a des livres qu’on trouve franchement pas mal, dont on apprécie les idées mais pour lesquels, on a eu aucun plaisir de lecture. C’est définitivement le cas d’Artahe le dieu ours pour moi !

Pourtant, le résumé est plutôt alléchant (Ours > Miel > Alléchant haha !). Arnaud revient dans sa région natale, les Pyrénées après être resté quelques années à Paris. Dans ce petit village, un ours va bientôt semer la pagaille.

Comme je le disais en introduction, il y a vraiment plein de bons éléments dans ce livre. D’abord, j’aime bien la personnalité d’Arnaud, il a des doutes, ne sait pas toujours montrer son affection mais je le trouve fort attachant et authentique. Le côté mystérieux/fantastique qui englobe le roman avait aussi tout pour me plaire. Je voulais en apprendre plus sur Artahe, sur le dieu ours et sur sa relation avec les habitants du village.

Il y a une tension qui monte au fur et à mesure du roman et je pense que c’est là où le bât blesse pour moi. Malgré que le style, l’intrigue, bref, tout voulait rendre ce thriller bien angoissant, moi, j’étais plutôt hermétique à tout ce qui arrivait. Je ne ressentais pas l’urgence et encore moins l’envie de dévorer le roman pour connaître la fin. Bref, l’ennui et non intérêt total malgré tous les bons points.

A relire peut-être une autre fois ou avec un autre état d’esprit.

60/+75 : Pyrénées, France

Auteur : Philippe Ward

Commencé le : 03/04/2018

Terminé le : 05/04/2018

Edition : Cairn

Genre : Polar

Pages : 288

Sorti le : 27/02/2018

Note : 1/5