Laurent Gounelle – L’homme qui voulait être heureux

J’avais beaucoup entendu parler de ce livre, mélange de roman et de livre de développement personnel. Je l’ai finalement trouvé d’occasion et je me suis dit : pourquoi pas !

Mais j’ai rapidement déchanté. Déjà, je trouve le personnage principal, Julian, très froid. Je n’arrive pas du tout à m’identifier et encore moins à m’attacher à lui. Du coup, le fait qu’il ne soit pas heureux, hé ben, je m’en cognais complètement ! Et quant aux conseils, bah, rien de plus classique pour ceux qui connaissent un peu la psychologie.

Bref, je suis vraiment profondément ennuyée et il ne m’a rien apporté. Oui, je sais, c’est vache mais c’est vraiment mon ressenti. A vite oublier donc !

Auteur : Laurent Gounelle

Titre : L’homme qui voulait être heureux

Edition : Pocket

Genre : Contemporain

Pages : 168

Catherine Gueguen – Pour une enfance heureuse

Plébisciter par de nombreux parents bienveillants, Pour une enfance heureuse n’est pas resté longtemps dans ma PAL. J’avais vraiment envie de découvrir pourquoi on le recommande si chaudement. Et je n’ai clairement pas été déçue !

Dans ce livre de vulgarisation scientifique, Catherine Gueguen reprend le développement du cerveau des enfants et l’effet désastreux que la VEO (violence éducative ordinaire) peut avoir sur celui-ci. Un livre qui fait vraiment prendre conscience qu’il faut éduquer avec bienveillance ces enfants.

Si tout le monde lisait ce livre, on arrêterait peut-être d’entendre des inepties tels qu’un bambin d’un an fait un caprice, qu’il faut laisser pleurer un nourrisson ou qu’une fessée n’a jamais fait de mal à personne.

Un livre que j’offrirai avec grand plaisir à tout futur parent !

Auteur : Dr Catherine Gueguen

Titre : Pour une enfance heureuse

Edition : Pocket

Genre : Non fiction

Pages : 368

David Safier – Maudit karma

Maudit-Karma

Oulah, voilà une éternité que je n’ai rien publié ici. Je vous rassure, je vais très bien. J’ai juste une vie bien chamboulée depuis quelques mois.

Je reviens aujourd’hui sur Maudit karma de David Safier, un livre bien drôle sur la réincarnation.

Dans ce livre, on suit donc Kim Lange, une animatrice de talk show qui est une vraie garce au début du livre. Elle fait passer sa carrière avant sa fille et ne pense qu’à tromper son mari juste pour pimenter son quotidien. Bref, on la déteste et on se demande comment on va faire pour la supporter pendant tout le roman !

Après une mort tout à fait ridicule, Kim est réincarnée en fourmi et va rencontrer Casanova qui malgré des tas de réincarnations n’arrive pas à amasser du bon karma afin de se réincarner en « créature plus élaborée ». Pour Kim, cette série de réincarnation va permettre une grande remise en question de ses objectifs dans la vie. J’ai aimé voir son évolution et m’attacher à elle petit à petit. Finalement, elle voit chaque réincarnation comme un pas pour retrouver ceux qu’elle aime.

Les remarques acerbes de Kim et le romantisme à deux balles de Casanova donnent une bonne touche d’humour à ce livre que je qualifierai de « feel good ». Vous pouvez donc le lire dès que la déprime s’installe !

Le style, bien qu’il ne m’aie pas impressionné reste agréable et efficace. Il ne gêne pas la lecture et permet au contraire de la fluidifier.

Bref, « Maudit karma » fut un très bon moment de détente pour moi. Je vous le conseille !

Auteur : David Safier

Titre : Maudit karma

Edition : Pocket

Genre : Humoristique

Pages : 343

D’autres avis : Galleane, Frankie, Ethernya, Thalia, Cajou, Jess

Roy Lewis – Pourquoi j’ai mangé mon père

pourquoi j'ai mangé mon père

Voilà une éternité que je voulais lire Pourquoi j’ai mangé mon père de Roy Lewis. On m’avait vanté un roman à la fois drôle et instructif sur le préhistoire. J’en sors tout de même très mitigée…

L’histoire est celle d’Ernest, un jeune garçon qui a un père, Edouard, passionné par l’évolution et les nouvelles découvertes. La petite famille va voir son confort s’améliorer grâce à l’arrivée du feu mais c’est loin d’être la seule invention d’Edouard.

Bon, au niveau de l’humour, je n’ai rien à redire. Je n’ai pas ri en lisant ce livre mais j’ai souri à de nombreuses reprises tellement les anachronismes et les dialogues des personnages sont marrants. J’ai beaucoup aimé voir l’oncle réfractaire aux nouvelles inventions ou encore voir comme certains accidents provoquent des découvertes.

Néanmoins, on ne peut pas dire que j’ai appris grand chose. Il y a finalement très peu d’ancrage social ou historique. Bon, ok, il y a un oncle qui voyage et qui voit ce qu’il se passe dans les autres continents mais ce n’est que quelques lignes sur un roman qui compte une bonne centaine de pages.

Au niveau de l’intrigue, je dirai simplement qu’on suit l’évolution de cette famille mais il n’y a pas vraiment de réels enjeux ou remises en question.

Bref, j’ai souri en lisant cet ouvrage mais je ne pense pas en garder un souvenir impérissable.

Auteur : Roy Lewis

Titre : Pourquoi j’ai mangé mon père

Edition : Pocket

Genre : Historique, Humour

Pages : 192

D’autres avis : Hajar, Tomisika

Jim Fergus – Mille femmes blanches

mille femme blanches

Quel roman mes aïeux !!! Voilà des années que je voulais lire Mille femmes blanches mais j’avoue que ma lecture d’un autre roman de l’auteur La fille sauvage m’avait plutôt refroidi. Mais j’ai eu tort d’attendre car ce fut une belle lecture.

Si vous ne connaissez pas l’histoire : Little Wolf, chef Cheyenne propose un pacte avec le président des Etats-Unis. Vu que la coutume veut qu’un enfant reste et respecte la tribu de sa mère, il propose de marier son peuple à 1000 femmes blanches et de les échanger contre 1000 chevaux afin de faire la paix avec les hommes blancs. Les américains sont horrifiés. Mais pas tous ! Des femmes vont écrire à la présidence pour devenir volontaires. Et pour arriver au chiffre de 1000, on va également proposer ce marché aux aliénées et aux prisonnières. Bref, il y a vraiment de tout dans ces 1000 femmes !

Dans la première partie du récit, on va donc suivre May Todd, une jeune femme qui avait été enfermée par sa famille tout simplement car elle avait aimé un homme hors mariage. Elle va donc troquer sa vie à l’asile pour les plaines du grand Ouest. Mais c’est essentiellement la seconde partie qui est plus intéressante et sa découverte, avec les autres compagnes de la vie des Cheyennes.

Ce livre est vraiment une superbe introduction à l’univers cheyenne. Franchement, on s’y croirait même si l’histoire a été modifée (en vrai, il n’y a jamais eu cet échange de femmes) ! Ce livre montre également les rapports très conflictuels avec les colons blancs. Et on se rend vite compte que les Sauvages ne sont pas forcément ceux que l’on croit.

Je suis très surprise de voir que ce livre a été écrit par le même auteur que La fille sauvage. Le style est excellent, je n’ai aucun mal à me plonger dans l’intrigue alors que j’avais trouvé le style très maladroit dans La fille sauvage et que j’avais très fréquemment décroché de ma lecture. Non, franchement, cela reste un mystère pour moi.

Je vous conseille cette lecture qui m’a profondément marquée. J’ai mis plusieurs jours à revenir à la réalité et quitter les terres cheyennes…

Auteur : Jim Fergus

Titre : Mille femmes blanches

Edition : Pocket

Genre : Historique

Pages : 506

D’autres avis : Lounapil, Book’Inn Sofa