Peter Pan

J’ai enfin lu Peter Pan. Bon, c’était pour le mois anglais à la base mais vu que je suis à la bourre dans mes chroniques, je ne vous en parle que maintenant.

On connait tous l’histoire du jeune Peter Pan qui ne veut pas grandir et qui vit au pays imaginaire avec les enfants perdus, les pirates, les sirènes, les indiens mais j’étais curieuse de découvrir l’oeuvre originale.

Alors parlons directement de ce qui m’a plus, car ça ira plus vite. J’ai aimé l’univers riche de Peter Pan et surtout l’image des enfants et des femmes qui est fort valorisée, ce qui était loin d’être la norme au moment où il l’a écrit.

En revanche, plusieurs éléments m’ont chiffonné. Il y a énormément de violence dans ce livre, envers les pirates bien sûr mais pas seulement. Et c’était tellement présent que cela m’a mis mal à l’aise et du coup, je ne pense pas le lire à ma fille durant son enfance. J’ai aussi trouvé Peter très égoïste et méchant. Il ne pense jamais qu’il peut heurter les autres et il le fait constamment.

Bref, Peter Pan reste pour moi un classique mais avec de gros défauts.

Auteur : J. M. Barrie

Commencé le : 11/06/2018

Terminé le : 13/06/2018

Edition : Folio

Genre : Jeunesse, Classique

Pages : 256

Sorti en 1911, cette édition est du 08/02/2018

Note : 2/5

Voyage au bout de la nuit

Il m’a fallu même pas 20 pages pour me rendre compte que Voyage au bout de la nuit de Céline et moi, ça n’allait définitivement pas le faire.

Pourquoi ? Hé bien, le style est hyper rebutant pour moi. C’est un mélange d’oral et d’argot qui fait que j’ai fini ses 20 pages à bout de souffle. Impossible pour moi d’aller plus loin sans une concentration infinie.

Il faut aussi dire que le thème de la guerre et du scepticisme n’est franchement pas un sujet qui me passionne en ce moment.

Bref, tout cela fait que j’ai très rapidement abandonné cet ouvrage. Retenterai-je l’expérience plus tard ? Honnêtement, je ne crois pas.

Auteur : Louis-Ferdinand Céline

Commencé le : 29/05/2018

Abandonné le : 29/05/2018

Edition : Denoël

Genre : Classique

Pages : 625

Sorti en 1932

Note : 1/5

Eleanor Catton – Les luminaires

Mon regard s’est posé sur ce livre lorsque j’ai vu qu’il avait gagné le Man Booker Price, un prix que j’aime beaucoup et qui récompense les oeuvres anglo-saxonnes. Et puis il y a eu le résumé : Le XIXème siècle en Nouvelle-Zélande, la soif de l’or des Européens qui viennent y échouer. Alléchant, n’est-ce pas ? Mais ce qu’on voit également au premier abord est la taille de ce pavé : 1248 pages en poche !

J’ai de suite été charmée par cette histoire. L’écriture n’est pas sans rappeler celle du XIXème avec moult détails et un rythme assez lent. Mais cela permet justement une plongée dans ce monde impitoyable de la ruée vers l’or. Walter Moody vient fraîchement de débarquer à Hokitika. Il est jeune et ne sait comment trop se positionner. En plus de ça, la population locale est à cran. Il y a une disparition récemment et d’autres mystères arrivent au fil des jours.

Alors si vous avez le temps pour passer des centaines de pages dans un fumoir aux côtés de Walter pour essayer de découvrir ce qui se cache derrière tout ça, je vous invite à le découvrir chaleureusement pour vos longues soirées d’hiver.

Escale 53/+75 : Hokitika, Nouvelle Zélande

Auteur : Eleanor Catton

Titre : Les luminaires

Edition : Folio

Genre : Historique

Pages : 1248

D’autres avis : Chess

John Steinbeck – Tortilla Flat

Jusqu’à présent, Steinbeck était pour moi une valeur sûre. J’ai été enchantée par Des souris et des hommes ou La Perle. Il me reste encore à découvrir Les raisins de la colère parmi les plus connus. Mais quand je suis tombée sur ce titre, je me suis dit que la magie allait encore opérer. Ben non !

Pourtant, ça démarrait plutôt bien avec le jeune Danny, qui hérite de 2 maisons et qui décide d’inviter son ami Pilon à s’installer dans l’une d’entre elles. Mais rapidement, Pilon essaye d’entourlouper Danny et durant tout le roman, on a la répétition de ces scénettes ou Pilon fait des escroqueries et des mauvais coups.

J’ai vraiment trouvé le tout lourd et répétitif. Si c’était un brin amusant au début, la redondance des faits m’a très vite lassée. Les personnages sont à mes yeux très caricaturaux. En fait, j’ai l’impression que Steinbeck a voulu faire quelque chose de très théâtrale avec cette oeuvre. Mais je préfère grandement les récits plus réalistes.

Heureusement qu’il restait la sublime plume de Steinbeck pour passer le temps. Et même si l’intrigue m’a déplue, on y retrouve les thèmes importants de son oeuvre à savoir l’amitié, la description des inégalités sociales et ici, la découverte de la vie de paisanos.

Un raté donc pour moi malgré quelques bons éléments.

Escale 52/+75 : Monterey, Californie, Etats-Unis 

Auteur : John Steinbeck

Titre : Tortilla Flat

Edition : Folio

Genre : Classique

Pages : 251

D’autres avis : Mariejuliet

Jack London – L’appel de la forêt

appel de la forêt

Pour le challenge Un genre par mois, j’ai choisi un livre jeunesse qui me tentait depuis très longtemps. L’appel de la forêt raconte l’histoire de Buck, un chien qui va être vendu pour devenir chien de traîneau en Alaska.

Comme Croc-Blanc, je vous avoue que ce  qu’il arrive à Buck est très dur et il vaut mieux avoir le coeur bien accroché. Mais ce roman est également une jolie plongée dans les territoires enneigés de l’Alaska et de la Colombie Britannique. On en apprend encore plus sur la vie de chien de traîneau et sur la ruée vers l’or.

Le style de Jack London est facile à lire et peut permettre aux plus jeunes de découvrir plus la nature. La vieille édition Folio que je possède (pas celle qui est en couverture) avait également une partie bonus avec des jeux, des tests, etc. De quoi faire durer la lecture encore plus longtemps !

Le roman manque toutefois de personnages féminins forts et attachants que ce soit au niveau des chiens ou des humains.

Mais n’empêche, quel beau roman qui donne envie de partir vivre dans la nature ou de serrer très fort le prochain chien qu’on croise ! Je vous conseille de le lire au coin du feu cet hiver.

Auteur : Jack London

Titre : L’appel de la forêt

Edition : Folio

Genre : Classique, jeunesse

Pages : 181

D’autres avis : Kincaid, Naelline, Tomisika