Suzanne Lène – L’Immigrée de Shanghai

 

limmigreedeshanghai

L’immigrée de Shanghai est un roman spécial… très difficile à qualifier car il semble être à la fois un roman historique, une romance mais il y a également un peu de science-fiction qui parsème le tout. Bref, c’était la lecture parfaite pour mon challenge Un genre par mois vu qu’en ce mois de décembre, il fallait trouver et lire un roman indéfinissable.

L’écriture de Suzanne Lène est douce et fluide. Elle nous sert de gouvernail dans cette histoire qui a tôt fait de nous perdre. En effet, il y a pas mal de mystères, d’éléments inexplicables dans ce livre et si on n’est pas patient, on risque de passer complètement à côté. Pourtant, il y a également de l’action, du voyage, de l’aventure… Mais j’ai eu la sensation d’être dans un rêve, beaucoup d’éléments m’échappaient et ce n’est qu’à la fin qu’on voit la brume se dissiper.

Le point fort de ce livre est certainement le fait que l’on entre dans l’intimité des différents personnages que ça soit Bao, Antoine, Pierre… Quand l’auteure les met en avant, on a vraiment l’impression d’être dans leurs têtes et de ressentir leurs sentiments.

L’Immigrée de Shanghai est donc un roman assez spécial qui m’a parfois dérouté mais qui m’a également charmée. Je vous conseille de vous en faire votre propre avis !

un genre par mois décembre

Auteur : Suzanne Lène

Titre : L’Immigrée de Shanghai

Edition : Auto-édition

Genre : Romance, historique, science-fiction

Pages : 590

Bruno Albert-Gondrand – Artis ou les tribulations orientales d’un jeune homme de bonne fortune

artis

Artis est un roman jeunesse d’aventure destiné aux plus de 12 ans. Il raconte l’histoire d’Artis un jeune homme qui s’ennuie terriblement dans son jardin et qui décide dans monter dans le premier navire. Un navire qui va d’ailleurs le conduire jusqu’en Chine !

Ce roman m’a tout de suite fait penser à Candide de Voltaire. On y retrouve les mêmes thèmes, la même vision des choses. Mais là où Candide avait su m’émouvoir, Artis, lui, n’a fait que m’exaspérer. J’ai l’impression que son personnage n’évolue pas d’un iota. Il continue à parler de son ennui qu’il n’arrive pas à faire disparaître. Il a tellement de mal à profiter de l’instant présent et des bonnes choses de la vie qu’on a plus envie de l’étrangler que de l’accompagner dans son aventure. C’est dommage car c’est uniquement à cause de ce personnage principal que mon avis est mitigé.

Car le reste est vraiment chouette ! C’est un conte psychologique très intéressant qui laisse une grande place à l’aventure et à la découverte de cette contrée exotique qu’est la Chine. Le style est agréable et permet de se plonger dans le récit très facilement. Les chapitres sont courts et bien rythmés, ce qui permet de ne pas s’ennuyer comme ce cher Artis. Les dessins qui parsèment le roman offrent un petit plus qui permettront aux plus jeunes de visualiser ce qu’on est en train de leur conter. Car oui, même si ce livre est destiné aux plus de 12 ans, je pense qu’il peut être raconté en lecture du soir aux plus jeunes.

Artis ou les tribulations d’un jeune homme de bonne fortune est donc une lecture mitigée malgré les très bons éléments qui le composent. Mais si vous attachez à Artis, vous saurez peut-être davantage apprécier ce récit que moi.

Challenge des globe-readers

Escale 26/+75 : Sanxia, Chine

Auteur : Bruno Albert-Gondrand

Titre : Artis ou les tribulations d’un jeune homme de bonne fortune

Edition : HongFei Cultures

Genre : Jeunesse, Aventure

Pages : 216

Yishan Li – Les contes du boudoir hanté, volume 2

les contes du boudoir hanté 2

An était un homme extrêmement bon. Il venait toujours en aide aux autres, jusqu’au jour où il sauva un renard pris au piège. Peu de temps après avoir libéré l’animal, un vieil homme, apparu de nulle part, lui offrit le gîte et le couvert dans son humble demeure. An ne se doutait pas encore qu’en acceptant cette offre, la Providence placerait sur son chemin la belle et troublante Hua…

Les contes du boudoir hanté est une bande dessinée sortie il y a quelques années. Chaque tome peut-être lu séparément vu qu’à chaque fois, c’est un nouveau conte qui est mis à l’honneur. Voilà pourquoi, je n’ai pas hésité à découvrir ce volume 2 même si je n’ai pas lu le précédent.

Le couverture de celui-ci m’a directement plu. J’aime beaucoup les contes chinois en général et je pressentais que celui-ci allait être un bon cru. Et effectivement, c’est un magnifique conte tragique que l’on découvre ici.  Je me suis beaucoup attaché au jeune An qui va tout faire pour retrouver l’amour de sa vie. La fin est déchirante mais tellement belle.

Le dessin très européen d’Yishan Li ne tranche pas avec le récit. Les personnages ont bien des traits asiatiques et on n’a aucun mal à plonger dans ses décors. Vu qu’une grande partie du récit se déroule la nuit, les dessins sont parfois très sombres mais on n’a aucun mal à distinguer ce que l’auteur veut nous montrer.

Bref, j’ai vraiment été touchée par cette jolie petite histoire. J’espère pouvoir trouver les autres volumes de cette série rapidement.

Olivier Vatine, Jian Yi – 9 Tigres, tome 1 : Xiao Wei

Mon avis :

Ce n’est pas la première fois que je vous présente une BD d’Yi Jian. Je vous avais déjà parlé du premier tome de la saga Le dieu singe. Ici, le dessinateur nous revient avec une histoire toujours dominée par son influence chinoise. One O Wan est une tueuse hors pair. Elle fait partie de la société secrété, les 9 Tigres. Sa prochaine mission est de tuer une vieille femme de 90 ans mais la rencontre avec cette ainée va bouleverser ses plans.

J’avais déjà remarqué cette bande-dessinée à sa sortie en 2009 mais je ne l’avais finalement pas achetée. J’ai donc été ravie quand je l’ai découverte à la médiathèque. J’allais enfin pouvoir découvrir cette histoire ! J’ai eu l’impression durant tout le roman de suivre une James Bond au féminin. Au programme : super armes, super gadgets et infiltration ! Je n’ai pas vu le temps passer et quand j’ai tourné la dernière page, j’étais surprise. Hein ? Quoi ? C’est déjà fini ? J’ai plus l’impression d’avoir eu un prologue, une introduction à un univers plutôt qu’un premier tome. J’ai hâte de connaitre la suite mais le tome 2 n’a toujours aucune date de sortie.

Quant au dessin de Yi Jian, je trouve les visages assez flous. Il y a un certain décalage entre la couverture et ce qu’on trouve à l’intérieur de la BD. Je vous conseillerai de le feuilleter avant de l’acheter pour voir si vous accrochez. Néanmoins, j’aime beaucoup les couleurs utilisés par Yi Jian avec une dominance de vert et de jaune. En quelques pages, on décolle pour la Chine !

En conclusion, je me procurerai probablement la suite dès sa sortie. Je veux en savoir plus sur One O Wan :).

3 sur 5

Auteurs : Olivier Vatine, Yi Jian

Titre : 9 Tigres, tome 1 : Xiao Wei

Édition : Delcourt, collection Série B

Genre : BD, aventure

Pages : 48

Lu Yu – La pluie du paradis

Mon avis :

La pluie du paradis est mon premier manhua, c’est-à-dire mon premier manga chinois. Il est composé de 3 nouvelles tournant autour de la peinture.

Les deux premières m’ont semblé tellement courtes que je n’ai pas eu le temps de les apprécier. Ce sont plus des tranches de vie qu’un scénario réellement abouti. Toutefois, la dernière, la pluie du paradis est une jolie histoire. On ressent vraiment la mélancolie des personnages.

Si vous aimez les histoires explosives, pleines d’action, passez votre chemin. Il faut se laisser bercer par ses 3 histoires où les péripéties sont plutôt lentes et les rebondissements quasi inexistants. Dommage qu’en refermant le livre, je n’ai toutefois plus grand souvenir de ce qui s’est déroulé devant mes yeux.

Et puis que dire du dessin de Lu Yu ? J’ai directement craqué sur la couverture. Je suis vraiment fan de ces croquis à l’aquarelle. La couleur prédominante, le bleu, est totalement dans le ton des récits.

En définitive, La pluie du paradis est un manhua au dessin somptueux mais les 3 scénarii ne restera pas gravé dans ma mémoire.

3 sur 5

Le petit plus : Une planche à découvrir sur BDGest.

Auteur : Lu Yu

Titre : La pluie du paradis

Édition : Casterman, collection Hua Shu

Genre : Manhua (manga chinois), tranche de vie

Pages : 120