Carine M, Patrick Jézéquel et Elian Black’Mor – Guide du savoir survivre en compagnie des monstres

guide du savoir survivre

[box_dark]Ce guide à l’intention des jeunes ladies & gentlemen intrépides et aventureux a pour objectif de leur enseigner les usages et les règles de bienséance, qui leur permettront de vivre en bonne intelligence avec les monstres. De précieux conseils, distillés par des coachs avisés, auront pour but ultime de parvenir à prendre une tasse de thé, avec chacune de ces créatures…

Parmi les monstres figurant dans cet ouvrage, on découvrira des vampires, des zombies, des momies, des sorcières, des loups-garous et même des lapins naufrageurs qui auront à c ur de nous prouver, une tasse de Earl Grey (avec un nuage de lait) à la main, qu ils ne sont pas si terrifiants qu on veut bien nous le laisser croire.
Enfin un livre monstrueux qui ne fait pas dans la dentelle ![/box_dark]

Comment ne pas flasher pour un album pareil ? Moi, je n’ai pas su résister. Quand je l’ai vu à la Foire du livre de Bruxelles, je l’ai directement embarquée. Si mon porte-feuille me le permettait, je pense que j’aurais même acheté tout le rayon ^^. Mais bref, à l’approche d’Halloween, il était plus que temps que je découvre cet étrange livre. C’est que je voulais être prête pour la nuit la plus terrifiante de l’année !

J’ai vraiment beaucoup apprécié ce livre. Les illustrations et la mise en page sont splendides. Rien n’est laissé au hasard, tout est parfaitement conçu, pensé, dessiné. Le coup de crayon est vraiment original et même si on connait déjà les vampires, les loup-garous et compagnie, la façon dont ils sont grimés nous les rend particulièrement attachants et rigolos.

Le guide sert à nous expliquer comment prendre une tasse de thés avec les monstres les plus terrifiants. L’humour est donc aussi présent dans le texte avec des tas de conseils farfelus pour arriver à notre fin.

C’est vraiment un bel ouvrage. Il n’est pas à conseiller aux lecteurs les plus jeunes mais tous les autres risquent d’être aussi enchantés que moi !

D’autres avis : SunyPlumelinePtitetrolleAcsyléMariejulietSiren

Alex Cousseau, Philippe-Henri Turin – Charles, prisonnier du cyclope

Charles, prisonnier du cyclope

Charles, le dragon est de retour ! Dans ce nouvel opus, il cherche un ami. Le chemin sera long et périlleux !

Quel plaisir de retrouver Charles et sa charmante petite bouille. Cette aventure, toute aussi mignonne que Charles à l’école des dragons ravira les jeunes lecteurs et tous ceux qui ont su garder leur âme d’enfant. L’intrigue de ce deuxième volume prône un grand message de tolérance. On y retrouve les mêmes thèmes que dans le premier c’est-à-dire la différence, le respect de l’autre. C’est un album qui fait réfléchir et qui peut amener pas mal de discussions avec les enfants. Et bien sûr, Charles reste un éternel poète. Toutes ses rencontres sont racontées en rimes. Et c’était plutôt drôle à suivre.

Et puis que dire du dessin toujours aussi magnifique de Philippe-Henri Turin ! Ces gigantesques planches permettent une immersion immédiate dans le monde de Charles. L’album est ultra coloré comme pour Charles à l’école des dragons. J’ai été époustouflée par la première page où on tombe nez à nez avec l’immense oeil de Charles.

Avec Charles, prisonnier du cyclope, les auteurs nous offrent encore une incroyable aventure avec le dragon le plus aimé de la littérature jeunesse. Mais, à quand le troisième volume ?

5 sur 5

Auteurs : Alex Cousseau, Philippe-Henri Turin

Titre : Charles, prisonnier du cyclope

Edition : Seuil jeunesse

Genre : Jeunesse, Album

Pages : 40

D’autres avis : Entre les pages, Fantasia, Vanessa, Le goût des mots, Oceanus in folio, Za, Les sandales d’Empédocle, Lire et merveilles

Ayesha L. Rubio – Quatre abominables petites histoires

J’ai eu envie de lire cet album pour enfants car il me faisait penser à l’univers de Tim Burton. J’ai eu raison car ces quatre abominables petites histoires auraient très bien pu être signées par le talentueux réalisateur.

Les histoires qui sont en fait des petits contes sont très sombres. On y retrouve pas mal d’humour noir, de personnages monstrueux. De ce fait, je ne sais pas si cet album convient aux plus jeunes lecteurs qui risquent d’être effrayés par ces petits contes. Néanmoins, moi, j’ai vraiment apprécié ces histoires que j’ai trouvé originales et décalées. Elles sont vraiment parfaites pour une soirée d’Halloween par exemple.

Au niveau du dessin, il fait irrémédiablement penser au trait de crayon de Tim Burton. Les couleurs sont loin d’être vives et l’auteur choisit même souvent de se contenter du noir et blanc. Cela participe fortement à donner une ambiance gothique à l’ensemble de cet ouvrage.

Je n’ai pas grand chose à dire de plus. C’est un album d’horreur bien construit et très agréable à lire !

4 sur 5

Auteur : Ayesha L. Rubio

Titre : Quatre abominables petites histoires

Edition : Les éditions Eveil et découvertes

Genre : Album, jeunesse, horreur, conte

Pages : 64

D’autres avis : MyaRosaLiyah

Léo Timmers – Je veux qu’on m’aime

Petit album tout mignon, Je veux qu’on m’aime nous conte l’histoire d’un corbeau qui en a marre d’être exclu et qui va tenter diverses expériences pour se faire accepter par un groupe de 3 oiseaux.

J’ai vraiment beaucoup aimé les dessins de cet album. Ils me font penser à ceux de Pixar. D’ailleurs, le pitch de départ ressemble au court-métrage For the birds qui a été réalisé par cette maison de production.

Les couleurs sont très vives. On y retrouve du rouge, du bleu, du vert et aussi ce noir corbeau (ben oui forcément !) très intenses. Mais les dessins sont également très épurés. Le décor se limite à un fil et à un poteau électrique. On se concentre donc juste sur l’essentiel : l’histoire et les personnages.

Néanmoins, je n’ai pas du tout apprécié la fin de cette histoire. Je trouve qu’elle peut être interprétée d’une très mauvaise manière par les enfants. D’ailleurs, je ne trouve pas que le corbeau fait le bon choix. Cet album offre une approche sur l’acceptation de soi et l’intégration dans un groupe mais je trouve que le thème est ici vraiment mal exploité. C’est donc un livre que je ne recommanderai pas ou alors avec des pincettes (bien expliquer à l’enfant que le corbeau n’a pas choisi la meilleure solution).

2 sur 5

Auteur : Léo Timmers

Titre : Je veux qu’on m’aime

Edition : Milan jeunesse

Genre : Album

Pages : 32

Couverture : Léo Timmers

D’autres avis : Plumeline

Jean-François Chabas, David Sala – Le bonheur prisonnier

Mon avis:

Le petit Lao est fort intrigué par le grillon qui est enfermé dans une cage dans sa propre maison. Son aïeule lui explique qu’il apporte le bonheur à la maisonnée. Mais lorsque le grillon commence à parler à Lao et lui demande de le libérer, le petit garçon hésite…

Le bonheur prisonnier est un charmant conte à la sauce asiatique. Par certains aspects (le grillon !), il m’a un peu rappelé Mulan. C’est une jolie histoire qui cache une morale universelle : peut-on être heureux si c’est au dépend des autres ?

Les couleurs chatoyantes de cet album ont immédiatement accroché mon regard. Même si je n’ai pas aimé certains dessins (je les trouve par moments trop figés), je trouve que les couleurs sont magnifiques.

En conclusion, Le bonheur prisonnier est un album à part qui nous fait voyager et réfléchir tout en émerveillant. Le dessin très original risque de ne pas plaire à tous les enfants qui risquent d’être déboussolés mais je crois que ça peut être une bonne occasion de leur faire découvrir une autre culture.

4 sur 5

Le petit plus: Vous pouvez retrouver quelques illustrations de cet album sur le site de David Sala.

Auteurs: Jean-François Chabas, David Sala

Titre: Le bonheur prisonnier

Édition : Casterman

Genre: Album, conte

Pages: 30