Sabine Dardenne – J’avais 12 ans, j’ai pris mon vélo et je suis partie à l’école…

j'avais 12 ans

Sabine Dardenne, vous connaissez ce nom mais peut-être n’arrivez-vous plus à savoir pourquoi. Mais si je vous parle de son ravisseur, nul doute n’est possible : Marc Dutroux, le monstre de Belgique.

En 2004, le procès le plus attendu du pays a eu lieu à Arlon. A l’époque, j’avais 15 ans et je me rappelle parfaitement d’une jeune femme de 20 ans qui m’a paru très forte. C’était Sabine Dardenne. Peu de temps après, ce témoignage est sorti et comme vous vous rendez compte, j’ai attendu de nombreuses années avant de le lire. Pourquoi ? Je ne voulais pas être une voyeuriste. Et puis finalement, je me suis dit que si elle l’a écrit, c’était peut-être car elle voulait que ça se sache pour que cela n’arrive plus jamais.

En ouvrant ce livre, je découvre quel est le sens de sa démarche. Effectivement, elle a écrit son histoire dans un but précis : avoir un meilleur suivi des pédophiles. Car il faut savoir que Marc Dutroux avait déjà été condamné pour ce crime avant de kidnapper Julie, Mélissa et les autres mais avait été relâché pour bonne conduite.

Ma seule crainte concernant ce témoignage a rapidement été balayée : il y a énormément de pudeur dans les propos de Sabine Dardenne. Elle ne décrit pas les sévices physiques mais plutôt ce qui lui passe par la tête. On se rend alors compte de toute la manipulation psychologique exercée sur elle. Son ravisseur lui a élaboré tout un scénario, dans lequel lui joue son sauveur. Et comme toute petite fille de 12 ans, elle y croit jusqu’au bout, remerciant même le monstre d’un baiser sur la joue lorsqu’il débarque à la police pour les libérer.

Un témoignage fort pour éviter que toutes ces abominations se reproduisent.

Je ne donne pas de note sur ce livre car ce serait indécent.

Auteur : Sabine Dardenne

Titre : J’avais 12 ans, j’ai pris mon vélo et je suis partie à l’école…

Edition : Pocket

Genre : Non fiction, témoignage

Pages : 183

D’autres avis : hylyirioTristhenya, Livre4EverJulianany

4 comments

  1. Elora says:

    J’ai croisé ce livre plus d’une fois sans jamais oser l’ouvrir… J’ai peur de ce que j’y trouverais…
    Elle l’a peut-être écrit pour que ça se sache mais aussi parce qu’elle en a ressenti le besoin. En tout cas, ce genre de témoignage courageux me dérange toujours un peu.

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.