Osez l’autonomie !

Un petit livre type essai ou manifeste sur l’autonomie (personnelle, émotionnelle, intellectuelle, matérielle…).Une sorte de plaidoyer entre madeleine de Proust et héritage pour les générations à venir, avec des pistes d’actions concrètes pour le lecteur/citoyen. » Avec mes 10 doigts, je pouvais faire une cabane, avoir des poules et un jardin. Je me suis débrouillé avec ça pour établir des diagnostics, réparer moi-même… 
 » Jean-Louis Etienne » A 14 ans, j’allais à la Hutte ou au Vieux Campeur pour me fournir du matériel, et j’allais me confronter à la nature, camper dans les Pyrénées en hiver. Je m’inventais des défis dans la nature, moi qui étais très timide.  » Jean-Louis EtienneAux jeunes :  » Visez le plus possible l’autonomie émotionnelle pour ne pas être démunis dès qu’il se passe quelque chose.  » Jean-Louis Etienne » Se créer quelque chose à soi qui devient une ressource. 
 » Jean-Louis Etienne

Voici donc un manifeste (assez court) de Jean-Louis Etienne pour promouvoir l’autonomie des individus.

Son discours est engageant, stimulant. Néanmoins, j’avoue que je n’ai rien vu de nouveaux dans ses idées. C’est une lecture qui pourrait être utile pour tous ceux qui commencent ou veulent commencer une tradition mais pour ceux, qui, comme moi, sont déjà avancés, vous n’allez pas vraiment trouver de nouveaux souffles ou de nouvelles idées pour accroître votre autonomie.

Du fait du format, tous les sujets sont vaguement abordés mais vraiment pas détaillés. Je ressens un certain manque mais j’imagine qu’il faut plus lire ce livre comme une porte d’entrée que comme un recueil exhaustif.

Le style est plutôt direct et jovial. On lit les quelques pages de ce manifeste en moins d’une demi-heure.

Bref, malgré les bonnes idées, j’avoue ne pas retirer grand chose de cette lecture. A vous de tester !


  • Auteur : Jean-Louis Etienne
  • Commencé le : 04/03/2019
  • Terminé le : 04/03/2019
  • Edition : Rustica Editions
  • Genre : Manifeste, discours
  • Pages : 80
  • Note : 2/5

La prisonnière de la mer

5 mai 1809, cinq mille soldats de l’armée napoléonienne sont déposés sur la petite île déserte de Cabréra, en Méditerranée. Les accompagnent vingt et une femmes, dont une jeune cantinière de dix-huit ans qui vient juste de perdre son mari. Sur tous les visages, la même question : les a-t-on abandonnés à leur propre sort sur ce rocher aride ? Pour survivre, un maigre filet d’eau douce, une poignée de fèves délivrées en ration insuffisante, quelques branchages pour construire des abris précaires. Les hommes sont désespérés et les femmes seules victimes de leur avidité. Héloïse n’a pas d’autre choix que de trouver protection auprès d’un officier. Mais, lors d’un nouvel arrivage de prisonniers, elle croise les yeux de Louis. Les mois passent, le ciel et la mer en colère s’acharnent, les squelettes tapissent le sol de l’île. Partagée entre la raison et la passion, Héloïse survivra-t-elle ?

Je connais assez peu les éditions Mazarine mais quand j’ai aperçu ce roman historique sur Netgalley, je n’ai pas résisté longtemps !

On suit donc l’épopée d’Héloïse, une toute jeune femme prisonnière d’une petite île espagnole qui veille sur les blessés de guerre. Ce qu’elle vit est éprouvant : ils ont très peu à manger, à boire et les morts s’amoncellent. Et elles ne sont que quelques femmes pour des milliers d’hommes sur cette île, ce qui attire la convoitise.

Je me suis rapidement attachée à cette jeune femme volontaire et débrouillarde qui se trouve au mauvais endroit au mauvais moment.

Je connaissais très peu cette époque napoléonienne et grâce à ce roman, j’ai pu en découvrir plus sur les prisonniers de guerre.

L’intrigue est haletante et très intéressante. Je ne me suis pas ennuyée une seconde et j’avais vraiment hâte de savoir comment tout cela allait terminer.

Un très beau roman historique au final, avec beaucoup d’aventure et une belle romance.


  • Autrice : Elisa Sebbel
  • Commencé le : 25/02/2019
  • Terminé le : 27/02/2019
  • Edition : Mazarine
  • Genre : Historique
  • Pages : 304
  • Sorti le : 30/01/2019
  • Note : 4/5

Un genre par mois : Janvier et ses bulles

Avec un peu (beaucoup :D) de retard, voici le bilan de janvier pour le challenge Un genre par mois.

MissTeaC a lu cette adaptation en manga.
Mercedes a opté pour la légende arthurienne.
Mypianocanta a opté pour une suite.
Solessor a lu les 5 premiers tomes de Barracuda
Solessor a aussi lu Animosity
… et cette BD !
Gaëlle a opté pour un Pedrosa.
Et Frankie s’est attaqué à un Walking Dead.

Thalia a lu 2 comics. Voici le premier.
Et voilà le second !

Soundandfury a lu le dernier tome des Nombrils.
Undinoquilit a lu beaucoup de manga. Voici le premier !
…. les tomes 6 à 10 de cette saga
…cette suite
…cette trilogie
Undinoquilit a aussi commencé cette série.
Cette série-là aussi.
Ah et il a aussi commencé Monster
Oh et celle-là aussi…
Et aussi ce manga !

Nathnoisette a découvert ce Zidrou
Et moi j’ai lu cette BD.
Et enfin cette suite !
Et cette saga.
MissTeaC a aussi lu cet ouvrage.
J’ai aussi lu Vénus Noire.
Vous croyez en avoir fini avec Undinoquilit ? Mais pas du tout, il a aussi lu ce manga d’horreur.

Et ce sera tout pour ce mois de janvier bien rempli. On se retrouve très bientôt pour que je vous parle des romans épistolaires lus en février.

Cultiver ses forces

Nous croyons rendre nos enfants forts et les aider à réussir en corrigeant leurs défauts, en relevant ce qui ne va pas, leurs mauvaises notes, leurs erreurs et autres points faibles. S’appuyant sur trente années d’études scientifiques en neurosciences et psychologie positive, Lea Waters démontre que détecter et renforcer les points forts et qualités d’un enfant s’avère bien plus productif. Dans ce livre, l’auteure nous détaille le parentage basé sur les forces (PBF). Elle nous accompagne pas à pas dans la découverte des forces cachées ou inapparentes de nos enfants et nous explique comment faire pour les aider à les développer. L’approche par les forces n’ignore pas les faiblesses et ne consiste pas à inonder les enfants de louanges. L’auteure le souligne, les compliments sont souvent contre-productifs. L’approche de Lea Waters se révèle d’une stupéfiante efficacité, tant pour les parents que pour les enfants. Car les parents aussi gagnent à repérer leurs forces et talents !
Changer son regard et se focaliser sur les forces est une expérience magique. Non seulement la relation parent-enfant est plus confiante et joyeuse, mais les enfants gagnent en assurance, leurs résultats scolaires s’améliorent, les parents observent une inimaginable coopération à la maison… l’atmosphère familiale est transfigurée.

Encore un chouette ouvrage dans la collection Education positive de JC Lattès.

Dans celui-ci, on se penche donc sur les forces de nos enfants. Comment les repérer ? Comment l’aider à les développer ? Comment passer moins de temps à pointer ses faiblesses ?

C’est à toutes ces réponses que cet essai répond. L’essai nous propose aussi de dresser notre propre portrait. Car pour bien accompagner ses enfants, il faut aussi bien se connaître.

L’ouvrage est facile à lire, dans un langage clair et compréhensible pour tous.

Bien que j’ai déjà lu pléthore de livres sur l’éducation positive, je n’avais jamais pensé à aider mon enfant à développer ses forces. Cultiver ses forces est donc un livre fort utile que je vous conseille d’avoir dans votre bibliothèque, ou à emprunter à vos amis.

Il permet de changer notre regard sur la vie et sur nos enfants et d’avoir des relations plus apaisées entre adultes et enfants.


  • Autrice : Lea Waters
  • Commencé le : 19/02/2019
  • Terminé le : 19/02/2019
  • Edition : JC Lattès
  • Genre : Essai
  • Pages : 250
  • Sorti le : 13/02/2019
  • Note : 4/5

Jardiner bio en bandes dessinées

En route vers la reconversion écologique grâce à ce livre qui, avec humour et néanmoins précision, vous donne les clés d’un savoir jardiner éco-responsable.
Vous saurez tout sur l’humus, les graines, les petites bêtes et les pratiques qui font du bien aux plantes comme à la planète, et aident à faire pousser fruits ou légumes savoureux et sains. Et aussi des fleurs superbes.
Compost bokashi ou biodynamique, permaculture, vortex, bioponie : ces mots, et bien d’autres, vont s’animer sous vos yeux et n’auront plus aucun secret pour vous.
Avec les dessins de Pic, qui s’appuie sur le travail de Karel le jardinier, on touche à l’essence même du jardinage : le plaisir. Plaisir de lire, d’abord ! Et plaisir de cultiver, plaisir de voir pousser, plaisir de récolter, plaisir de déguster et enfin, plaisir de savoir que l’on protège la Terre.
Florilège de stratégies innovantes et de conseils éprouvés, ce guide plein d’humour est un must pour tout jardinier qui souhaite cultiver en conscience.

La bande dessinée n’est pas qu’un support pour la fiction. On peut parler de tas de choses sous cette forme ! Et avec cette lecture, j’ai pu découvir un ouvrage pratique pour apprendre à jardiner bio.

La bande dessinée se prête d’ailleurs super bien aux propos. On peut faire des pleines planches pour expliquer les différentes couches du sol. On peut utiliser les cases pour les dialogues ou pour montrer une évolution.

Au départ, je me disais que cette lecture serait idéale pour les grands enfants à partir de 9-10 ans mais finalement, on rentre tellement dans les détails que je le conseillerai plutôt à partir de 15 ans.

Ce livre est plutôt à considérer comme une petite bible où on recense les bonnes pratiques en terme de compost, de permaculture, d’apprentissage de la terre.

J’ai beaucoup appris grâce et je crois qu’il va me suivre pendant de nombreuses années pour améliorer mon jardin et mon potager.

Il y a également des petites touches d’humour ainsi q’un dessin simple et bon enfant (celui de Pic) qui permettent de rendre la lecture agréable et aérée.

Bon aller, tous au jardin maintenant !


Et c’est Moka qui nous accueille dans son espace aujourd’hui

  • Auteurs : Karel Schelfhout, Michiel Panhuisen, Denis Pic Lelièvre
  • Commencé le : 18/02/2019
  • Terminé le : 18/02/2019
  • Edition : Mama éditions
  • Genre : BD
  • Pages : 128
  • Sorti le : 28/02/2019
  • Note : 4/5