Nina Blazon – La femme du vampire

Mon avis :

Jasna a 15 ans lorsque son père la vend à un étranger, Jovan Vukovic. Elle est alors promise au fils de la famille, Danilo. La jeune femme sera tout de suite repoussée au village et les ennuis commenceront pour elle.

Ne vous fiez pas à cette couverture très girly. Nous sommes ici dans un roman mêlant habilement un aspect historique et fantastique. Autant dire qu’avec ces deux ingrédients, je ne pouvais qu’adorer La femme du vampire !

Nous sommes donc plongés en plein pays slave au côté de la jeune Jasna, qui n’a pas la langue dans sa poche mais qui est pourtant très mature pour ses 15 ans.  L’atmosphère est très mystérieuse. Tout le monde est superstitieux. Bref, l’ambiance fantastique est tout à fait banale et pourtant…

Pourtant oui, j’ai vraiment adoré ce roman jeunesse car Nina Blazon ne nous laisse pas dans le brouillard pendant près de 400 pages. Oh non ! Les révélations sont nombreuses tout au long du livre, on suit de nombreuses pistes avant de se rendre compte qu’on était dans le faux. Je n’ai strictement rien vu venir. Mes intuitions étaient toujours mauvaises.

En plus, j’ai vraiment su m’attacher aux personnages.  A Jasna d’abord, car cette adolescente parachutée dans ce monde hostile va vraiment se faire sa place et sa quête de la vérité ne peut que nous plaire. Les hommes m’ont aussi beaucoup plu, que ce soit Danilio ou Duslan. On croit les connaitre et on en apprend énormément sur leur histoire au fur et à mesure. Il n’y a que Nema, la servante muette qui m’a tout de suite parue désagréable. Et je trouve bizarre qu’une muette arrive à « parler » presque comme n’importe qui seulement avec des gestes. Elle n’a pas appris la langue des signes pourtant, je trouve que son langage devrait être plus limité.

Mais bref, ce petit défaut ne m’a nullement empêchée d’apprécier La femme du vampire. Et au moment où je me disais que cette histoire fabuleuse qui mêle habilement action et mystère manquait d’amour, voilà que Nina Blazon me livre une très belle scène romantique.

En conclusion, La femme du vampire est un coup de coeur. La post-face est également intéressante vu que l’écrivaine nous explique de quels faits elle s’est inspirée pour son histoire. Vivement le prochain roman de cette jeune auteure allemande !

5 sur 5

Le petit plus : Le site de Nina Blazon (en allemand)

Et ça commence ainsi :

« L’étranger frappa à notre porte au milieu de la nuit. Réveillée en sursaut, je prêtai l’oreille. Lazar Kosac ! Pensai-je, la gorge serrée et le cœur battant. Dans la pénombre de ma chambre, je m’aperçus que Bela s’était elle aussi redressée sur son lit. Au dehors, l’un des nombreux orages de printemps sévissait. »

Auteur : Nina Blazon

Titre : La femme du vampire (VO : Totenbraut)

Édition : Seuil

Genre : Fantastique, jeunesse

Pages : 392

D’autres avis : wilhelmina, Lenelaï, Mivava, Micah, mariiine, vany49, Mycoton32, Agnah, Séverine, Anésidora, Bambi_slaughter, eidole, Luna

15 comments

  1. Stellabloggeuse says:

    Je n’avais encore jamais entendu parler de ce titre mais ton avis est tentant, on dirait que ce roman a tout pour me plaire 🙂 J’ai pas mal de vampires au programme en ce moment, mais le côté « historique » me séduit, ça fait longtemps que je n’ai rien lu de tel. Merci pour ce billet 😉

Laisser un commentaire

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.