Tôru Fujisawa – Tokkô (3 tomes)

Tokkô est une saga en 3 tomes de Tôru Fujisawa (GTO, Young GTO,…). Tokkô est aussi un seinen rythmé qui nous emmène dans un monde où des monstres s’emparent des êtres humains. Chacun des trois tomes s’attachent à des personnages particuliers. Tous (si je me rappelle bien) sont originaires d’un même immeuble, le premier à avoir été transformé par les monstres. Aujourd’hui devenus adultes, ces personnages prennent beaucoup de plaisir à massacrer les monstres qui ont autrefois décimés leurs familles.

Cette série est un mix entre histoire d’horreur et thriller. L’histoire est très bien développée même si je regrette la fin abrupte de ce 3ème tome. Tokkô est considéré comme une saga finie mais je n’ai pas du tout cette impression. Surtout que l’anime qui a été créé de ce manga est lui parfaitement abouti. C’est pourquoi, je vous conseillerais plus de visionner l’anime plutôt que de lire les mangas qui ne nous donnent pas toutes les clés de l’intrigue.

En conclusion, Tokkô est une manga d’action très dynamique doté d’un scénario original mais la fin qui n’en est pas vraiment une m’a laissé pantoise.

4 sur 5

Auteur : Toru Fujisawa

Titre : Tokko (3 tomes)

Edition : Pika, collection Senpai

Genre : Seinen

Pages : 240 pages par tome

Christine et Madeleine Féret-Fleury – Atlantis, tome 1 : L’héritière

Mon avis :

Atlantis est un roman que j’ai reçu en troc grâce à Lia (merci encore miss 😉 ). C’est donc l’histoire d’Adel, une jeune fille de 13 ans qui vit dans un orphelinat. En fouillant le grenier de l’établissement, elle trouve les affaires que ses parents lui avait laissé. Elle découvre entre autres un carnet de notes et un médaillon étrangement chaud. L’aventure commence !

J’avais déjà lu la trilogie Chaân de Christine Féret-Fleury. C’était une chouette aventure mettant en scène une jeune chasseresse de la préhistoire. Ici, on retrouve une autre héroïne. Mais là où Chaân était forte et déterminée, la jeune Adel parait plus fragile, plus sensible.

L’histoire pas forcément originale reste distrayante. On suit Adel qui découvre son passé, son histoire tout en vivant des aventures trépidantes avec des lutines, des monstres cauchemardesques et de méchants hommes qui la traquent sans relâche.

L’écriture est entraînante, pas trop enfantine. Les écrivaines jonglent bien entre descriptions et dialogues. Le rythme est également adapté. Ni trop vite ni trop rapide, il permet de se questionner sur cet univers tout en enchaînant les aventures.

Sans être le roman du siècle, le premier tome d’Atlantis reste une très bonne histoire fantasy pour les jeunes lecteurs. Néanmoins, ce roman ne fait qu’esquisser le sujet de cette saga, l’Atlantide. J’ai hâte de me plonger dans les 2 autres tomes pour en apprendre plus.

3 sur 5

Et ça commence ainsi :

Paris, novembre 1863

– Adel, viens tout de suite ! Je te l’ordonne, tu entends, je te l’ordonne ! Sors immédiatement de ta cachette ou je te…

La voix aigre et criarde de Melle Lelonbec marqua une pause, comme si la vieille mégère peinait à imaginer une punition appropriée à l’indiscipline de sa pupille.

Auteur : Christine et Madeleine Féret-Fleury

Titre : Atlantis, tome 1 : L’héritière

Edition : Hachette jeunesse

Genre : Jeunesse, fantasy

Pages : 310

D’autres avis : PaulineEthernyaArchessia

Jean-David Morvan, Naoki Saito – Contes cruels du Japon

Mon avis :

J’ai tout de suite été attirée par la couverture de cette bande dessinée. Dragons, monstres étranges et surtout le titre m’ont poussée à la lire rapidement. En plus, un livre qui allie bande dessinée, contes et Japon avait tout pour me plaire. Verdict ?

J’ai adoré ! Quel plaisir de découvrir ces contes joyeux, tristes ou cruels ! J’ai beau m’intéresser à la culture nippone depuis longtemps, aucun de ces contes ne m’était connu. Bref, que de l’inédit ! De plus, chaque conte est précédé d’une introduction nous expliquant la région ainsi que l’époque dans laquelle cette histoire va se passer. Même les non initiés aux différentes ères japonaises pourront apprécier ce volume.

Le dessin vogue quant à lui entre esthétisme manga, européen et fait même parfois penser à la peinture japonaise du XIXème siècle. On n’hésite pas à faire éclater les planches pour nous offrir des dessins pleines pages.

Vous l’avez compris, c’est un coup de cœur ! Une des meilleures BD que j’ai lu cette année. Je vous le conseille vivement. Rien est à jeter et cette bande dessinée peut ravir ce qui adore le pays du soleil levant comme ceux qui n’y connaissent rien.

5 sur 5

Auteur : Jean-David Morvan, Naoki Saito

Titre : Contes cruels du Japon

Édition : Delcourt

Genre : BD, conte

Pages : 64

Robert E. Howard – Conan

Ce livre est en fait une sorte de best of de l’univers de  Conan. Il regroupe 8 nouvelles de Conan que voici :

  1. Cimmérie
  2. La Tour de l’Éléphant
  3. La Fille du Géant du Gel
  4. La Reine de la Côte Noire
  5. Le Peuple du Cercle noir
  6. Une sorcière viendra au monde
  7. Les Clous rouges
  8. Au-delà de la rivière Noire

Mon avis :

Je ne connaissais pas beaucoup l’univers de Conan. Je voulais vraiment en apprendre plus sur ce barbare en lisant l’œuvre originale. Ce livre m’a permis de m’en donner un aperçu.

Dès l’introduction, on nous esquisse Robert E. Howard, l’auteur, comme un des précurseurs de l’heroic fantasy. Ça promet ! Conan, c’est beaucoup plus qu’une série de batailles. C’est un univers nouveau avec de nombreuses contrées et peuplades, chacune avec des caractéristiques et des paysages qui lui sont propres.

En découvrant les premières nouvelles, j’ai vraiment eu l’impression d’être dans un jeu vidéo. Et c’est loin d’être péjoratif ! Nous sommes au côté de Conan durant toutes ces aventures et j’ai souvent eu l’envie de prendre une manette pour qu’il puisse mener à bien sa mission, ses combats. J’étais vraiment curieuse avant chaque de combat de découvrir quel sera l’adversaire à battre, ses points et ses points faibles.

Ses ennemis sont d’ailleurs souvent des animaux. Le bestiaire est très présent. Il n’est toutefois pas fort original mais des araignées géantes , c’est toujours du plus bel effet. J’ai beaucoup aimé ce point. J’aime bien découvrir de nouvelles créatures à travers la littérature fantasy. Ici, j’ai été comblée.

J’avais un peu peur de trouver de la misogynie dans ces nouvelles vu qu’elles ont été écrites dans les années 30. Je m’attendais vraiment à trouver des jolies princesses à sauver. Mais rien à voir ! De beaux rôles sont donnés aux femmes. Elles savent vraiment tenir tête à Conan et ne servent pas qu’à décorer.

Et Conan dans tout ça ? Malgré son caractère assez froid, Conan a su m’intéresser. Il ne réfléchit pas beaucoup avant d’agir mais malgré son côté sauvage, il a vraiment un petit charme. Et puis il n’est pas si bête que cela. Malgré son caractère bourru, l’homme a des principes, des valeurs.

Malgré tous ces points positifs, je trouve que les aventures sont parfois un peu  trop classiques. On prédit souvent ce qu’il va se passer. Mais bon, c’est un peu normal pour le précurseur d’un genre non ? Les nouvelles qui ont su le plus me combler sont La Tour de l’éléphant, Une sorcière viendra au monde et Les clous rouges. Je vous les recommande ;).

De plus, les nouvelles se passent à des moments différents. Résultat, j’étais parfois un peu perdue me demandant comment Conan était arrivée à la tête de telle tribu ou comment il s’était rendu dans tel pays. J’imagine que lire l’intégrale me permettrait de combler toutes ces ellipses.

Pour conclure, cette édition remplit parfaitement son rôle : nous donner un aperçu des aventures de Conan. Bien que ces nouvelles aient été écrites il y a plus de 70 ans, le style est très accessible. Bref, une bonne découverte !

Un grand merci à Milady et à Livraddict de m’avoir permis d’en apprendre plus sur le légendaire Conan !

4 sur 5

Le petit plus : Un film vient de sortir avec Jason Momoa dans le rôle de Conan. De plus, si vous désirez découvrir tout l’univers de Conan, les intégrales sont sorties chez Bragelonne.

Et ça commence ainsi :

« Je me souviens

Les forêts ténébreuses, masquant les pentes des sombres collines ;

L’éternelle voûte de plomb des nuages gris ;

Les eaux opaques des rivières s’écoulant ans bruit

Et les vents solitaires qui mugissaient le long des défilés. »

Auteur : Robert E. Howard

Titre : Conan

Édition : Milady

Genre : Fantasy

Pages : 512

Hajime Sawada – Blood of matools, tome 2 à 6

Mon avis :

C’est avec grand plaisir que j’ai continué et terminé cette saga d’Hajime Sawada.

Alors que le premier tome mettait en place l’univers, ces 5 derniers tomes sont remplis d’actions et de révélations. Nous retrouvons donc Kai et Sophy qui tentent de trouver un matools. L’intrigue évoluera au cours des tomes et d’autres personnages importants feront leur apparition. Mais je n’ose pas vous en dire plus, ça vous gâcherait tout le plaisir !

La fin –à laquelle on nous prépare d’ailleurs- ne m’a pas réellement enchantée. J’aurai désiré autre chose. Mais Blood of matools reste un très chouette manga à la fois pour les filles et pour les garçons. Certaines scènes étant vraiment fortes en émotion, je conseillerai ce titre au plus de 14-15 ans pour ne pas traumatiser les plus jeunes.

Blood of matools est définitivement une saga qui ne mérite pas de tomber dans l’oubli comme ça semble être le cas. C’est un excellent shonen où bagarre et sentiment s’entremêlent avec en arrière-plan une trame complexe amenant la réflexion.

4 sur 5

Auteur : Hajime Sawada

Titre : Blood of matools, tome 2 à 6

Edition : Ki-Oon

Genre : Manga, fantasy

Pages : 158 à 210 pages suivant les tomes