Pauline Gedge – La Dame du Nil

Connaissez-vous le règne d’Hatchepsout ? Personnellement, je ne m’étais jamais trop intéressée à son parcours. Je me rappelle de mes cours d’histoire égyptienne et je me souviens de l’aversion de mon professeur envers cette usurpatrice. Mais il faut bien avouer qu’une femme pharaon est très rare et j’ai eu envie de découvrir son parcours, de savoir comment elle a pu convaincre l’Egypte qu’elle était l’incarnation d’Amon, même si elle n’était pas un homme.

J’ai beaucoup aimé suivre son enfance et son adolescence dans cette biographie romancée. J’ai trouvé Hatchepsout, vive et lumineuse ! Un tel rayon de soleil ne pouvait qu’éclipser les autres prétendants au trône (il faut dire qu’ils ne semblaient pas très charismatiques). J’ai malheureusement moins apprécié la pharaonne. Plus froide, elle se prend très rapidement pour une déesse, une élue et en devient inaccessible et pas franchement sympathique. Mais ça en reste une femme de caractère qui sait ce qu’elle veut et qui arrive à mobiliser les foules.

Le style de Pauline Gedge est tout à fait adéquat : fluide, avec des descriptions mais pas trop, on avance à bon rythme dans ce récit. J’ai aimé aussi suivre les aventures d’Hatchepsout à travers Senmout, le jeune architecte qui tape dans l’oeil d’Hatchepsout.

Bref, voilà un très bon roman historique si vous voulez en apprendre sur Hatchepsout.

Auteur : Pauline Gedge

Titre : La Dame du Nil

Edition : Le livre de poche

Genre : Historique

Pages : 597

D’autres avis : Mandorla

Dulce Maria Cardoso – Le retour

Le retour raconte l’histoire de Rui, qui doit quitter l’Angola et retourner en métropole c’est-à-dire au Portugal car la guerre civile a éclaté et que bientôt l’Angola prendra son indépendance. Malheureusement, le jour du départ, son père est embarqué pour un crime qu’il n’a pas commis.

Le retour est un roman très intéressant qui permet d’imaginer ce que les Portuguais pensaient de leurs colonies et de la relation qu’ils ont avec les locaux. Mais ce roman, c’est aussi l’occasion de voir comment ils s’en sortent en métropole.

Le style est assez familier. On suit les pensées de Rui tout au long du roman. Il me fait énormément penser à L’attrape-coeurs de  J.D. Salinger.

Dans les romans historiques, il est toujours aussi intéressant de découvrir l’Histoire avec un grand H avec l’histoire d’un personnage. Dulce Maria Cardoso s’est basée sur son propre vécu pour écrire ce roman et cela se ressent dans l’intrigue de ce roman.

Bref, Le retour est une belle découverte pour moi !

Escale 45/+75 : Angola

 

Auteur : Dulce Maria Cardoso

Titre : Le retour

Genre : Historique

Pages : 320

Mary Higgins Clark – La clinique du docteur H.

Vu que j’ai beaucoup aimé Nous n’irons plus au bois, je me suis rapidement décidé à ouvrir un autre ouvrage de Mary Higgins Clark. Et la mayonnaise a pris également !

L’histoire se passe donc dans le milieu hospitalier, dans une clinique miracle où des femmes infertiles arrivent enfin à avoir un bébé. Il n’y a pas beaucoup de suspense ici vu qu’on connait rapidement l’assassin mais j’ai aimé voir l’évolution de l’enquête.

Le style est toujours aussi fluide et le rythme est assez soutenu. J’ai tout de même préféré Nous n’irons plus au bois mais La clinique du docteur H. reste un bon opus.  Je ne sais pas encore quel sera mon prochain Mary Higgins Clark mais il y en aura d’autres pour sûr !

Auteur : Mary Higgins Clark

Titre : La clinique du docteur H.

Edition : Le livre de poche

Genre : Policier

Pages : 312

D’autres avis : Peaceandlivres, Blondreader, Lynnae

Mary Higgins Clark – Nous n’irons plus au bois

nous-nirons-plus-au-boisWaw, quel roman ! Malgré que je ne sois pas une grande adepte des romans policiers, je dois avouer que j’ai vraiment beaucoup aimé celui-ci.

On y suit une jeune femme, Laurie, qui, à l’âge de 4 ans a été enlevée puis retrouvée 2 ans plus tard sans avoir de souvenir de sa captivité. Mais à la mort de ses parents, tout dérape et elle souffre de personnalités multiples.

Je ne sais pas si vous regardez cette série mais j’ai trouvé ce roman digne d’un bon épisode d’Esprits criminels. Je l’ai trouvé vraiment haletant grâce aux chapitres très courts (3 ou 4 pages max). Je n’ai eu aucun mal à me plonger dedans ! Franchement, une fois commencé, on n’a qu’une envie, c’est de savoir ce qui va arriver à Laurie.

Les personnages semblent vraiment réels. Ils sont tous complexes, fragiles. Il n’y a pas de gentils ou de méchants dans cette histoire, juste des personnes qui tentent d’avancer dans leur vie malgré le tourbillon qui les tourmente. Et puis la psychiatrie est aussi au coeur du roman vu qu’on essaie de voir et de comprendre les personnalités multiples de Laurie.

Le style ne m’a paru ni trop facile, ni trop difficile. Mary Higgins Clark vogue bien entre dialogues et descriptions. Les pages défilent vraiment toutes seules devant nos yeux, on a rien à faire !

Bref, je vous recommande vivement ce livre et je suis à votre écoute si vous avez d’autres titres de cette romancière à me proposer car là, je suis conquise !

Auteur : Mary Higgins Clark

Titre : Nous n’irons plus au bois

Edition : Le livre de poche

Genre : Policier

Pages : 310

D’autres avis : Anna

Delphine de Vigan – Rien ne s’oppose à la nuit

rien ne s'oppose à la nuit

Rien ne s’oppose à la nuit raconte l’histoire de Lucille, la mère de Delphine de Vigan. L’auteure tente d’écrire la biographie de sa mère avec justesse mais elle n’hésite pas également à nous parler de ses réflexions, de ce qui la pousse à vouloir nous raconter son histoire.

C’est grâce à ce livre que je découvre la plume de cette écrivaine et je suis vraiment sous le charme. J’ai été très rapidement envoûtée par la vie peu banale de Lucile. Delphine de Vigan arrive vraiment à retranscrire le charme et également le caractère changeant de sa mère.

J’ai trouvé ce récit très sincère, l’auteure ne cherchant pas à nous présenter sa mère sous un meilleur ou plus mauvais jour que ce qu’elle n’était réellement. Cela n’a pas dû être facile vu l’enfance de l’auteure et ses sentiments ambivalents envers celle qui lui a donné la vie.

Lucille n’a pas eu une vie très palpitante mais on ne peut nier la singularité de son destin. Du début à la fin, j’étais vraiment fascinée par cette femme me demandant bien ce qui allait lui arriver malgré que l’on sache l’épilogue depuis le début.

Bref, c’est vraiment une histoire qui m’a marquée et  je ne peux que vous le recommandez chaudement si vous vous intéressez aux secrets de famille ou à la relation mère-fille.

Pour ma part, je vais lire « D’après une histoire vraie » qui peut être considéré comme la suite mais je compte bien également découvrir les autres écrits de Delphine de Vigan car j’ai beaucoup apprécié sa plume.

Auteur : Delphine de Vigan

Titre : Rien ne s’oppose à la nuit

Edition : Le livre de poche

Genre : Biographie

Pages : 408

D’autres avis : Pauline, Hajar, Aniouchka, Hylyirio