Le Gardien du phare

Bon, j’ai été intriguée par cette histoire de ces 3 femmes qui vivent isolées sur une petit île. Et puis qui est ce mystérieux gardien de phare que l’on ne voit jamais ?

J’ai rapidement déchanté et je suis complètement passée à côté de ce récit. Impossible de m’intéresser au destin de l’une ou de l’autre. J’ai eu l’impression qu’elles ne faisaient que se plaindre et que leur vie n’était guère passionnante.

Bref, totalement à côté de mes pompes, j’ai poussé un ouf de soulagement arrivée à la fin en me disant quand  même que j’avais perdu du temps à lire cet ouvrage qui ne m’apporte vraiment rien et m’a beaucoup ennuyée.

Bref, je ne ferai que reprendre une réplique de Gandalf pour exprimer mon avis « Fuyez, pauvres fous ! »

L’amant de Patagonie

Je n’avais jamais entendu parler de cet ouvrage et je l’avais simplement acheté lors d’une escapade en librairie où j’avais profité d’une offre des éditions Livre de Poche : 2 + 1 gratuit.

J’ai bien aimé la couverture énigmatique qui laissait présager d’une jolie aventure historique.

Au moment où j’ai décidé de le lire, je n’ai pas relu le résumé. Grand bien m’en fasse car je trouve qu’il révèle déjà trop de chose à mon goût comme l’identité de l’amant et ce qu’il arrive après.

J’ai donc simplement suivie Emily dans son périple. Cette jeune fille dont la mère est morte en lui donnant naissance n’a pas eu une enfance facile. Elle permet son père au début de son adolescence et se retrouve adoptée par une famille de pasteur. Dans cette maison, de nombreux pasteurs et missionnaires racontent leurs aventures au bout du monde, ce qui fait énormément fantasmer Emily. Alors quand un beau jour, on demande à son père adoptif s’il ne connaîtrait pas une jeune fille qui pourrait seconder sa femme qui vient de donner naissance à son cinquième enfant et partir en Argentine, à ce qui deviendra bientôt Ushuaïa, elle n’hésite pas une seconde.

Ce récit m’a beaucoup fait penser à Mille femmes blanches. On est de la même manière catapulté dans une autre civilisation avec d’autres mœurs, d’autres traditions, d’autres corps. Mais ce qui m’a vraiment le plus plu dans ce roman est le fait qu’Emily n’a pas une vision idyllique des Indiens et de l’Argentine. Elle a même une vraie vision d’horreur lorsqu’elle voit pour la première fois les visages de cette population si différents de ceux qu’elle connait depuis toujours.

Emily peut vraiment être fataliste par moment et reste une femme écossaise dans ses discours et dans ses pensées jusqu’au bout. Elle ne fait pas un trait sur son passé ou sur tout ce qu’elle a appris juste parce qu’elle tombe amoureuse et c’est vraiment une force pour moi.

Je n’ai rien à dire au style de l’autrice. C’est haletant et j’ai dévoré ce livre en quelques heures seulement alors que j’étais à l’hôpital pour un examen de routine. Ce livre m’a évadée, secouée, émue.

Bref, c’est une jolie pépite que je vous conseille et je serai vraiment ravie d’en discuter avec vous !

Un cri d’amour au centre du monde


Qu’advient-il de l’amour quand l’être aimé disparaît ?
Sakutaro et Aki se rencontrent au collège dans une ville de province du Japon. Leur relation évolue de l’amitié à l’amour lorsqu’ils se retrouvent ensemble au lycée. En classe de première, Aki tombe malade. Atteinte de leucémie, elle sera emportée en quelques semaines.
Sakutaro se souvient de leur premier baiser, de leurs rendez-vous amoureux, du pèlerinage en Australie entrepris en sa mémoire. Quel sens donner à sa souffrance ? Comment pourrait-il aimer à nouveau ?
Puissant et pudique à la fois, le roman de Kyoichi Katayama est devenu au Japon un véritable phénomène de société, le plus grand best-seller de tous les temps, adapté au cinéma, et sous forme de manga.

Voici une très jolie histoire d’amour racontée par Sakurato. Il raconte sa passion dévorante pour Aki et comment son amour survit malgré les décennies.

C’est beau, très poétique, une vraie ode à l’amour conjugal et charnel. Il y a évidemment beaucoup de tristesse et une certaine adoration presque malsaine mais voilà, j’ai apprécié le voyage.

C’était comme une parenthèse enchantée et nostalgique.


  • Auteur : Kyoichi Katayama
  • Commencé le : 10/10/2018
  • Terminé le : 10/10/2018
  • Edition : Le livre de poche
  • Genre : Contemporain
  • Pages : 232
  • Sorti le : 02/03/2006
  • Note : 3/5

Les délices de Tokyo

Ah Tokyo ! Que j’aime cette ville grouillante. Ce petit roman contemporain m’a permis de m’évader dans les rues tokyoïtes pendant quelques temps. Il raconte la rencontre détonante entre un vendeur d’un petit snack vendant des dorayakis et d’une vieille dame qui recherche un travail et sait faire la pâte d’haricots rouges comme personne.

Bien que l’intrigue n’est pas sensationnelle, j’ai bien aimé apprécier ce roman pour son ambiance presque villageoise et et ses personnages qui semblent tous en quête de quelque chose. Une belle leçon d’amitié et de solidarité qui revigore.

Je le conseille pour vos longues soirées d’hiver, il vous mettra du baume au coeur !

Auteur : Durian Sukegawa

Commencé le : 09/09/2018

Terminé le : 17/09/2018

Edition : Le livre de poche

Genre : Contemporain

Pages : 224

Sorti le : 03/05/2018

Note : 3/5

Grandir avec ses émotions

Petite nouveauté dans la bibliothèque des parents bienveillants, Grandir avec ses émotions est un ouvrage de Clarisse Gardet qui nous permet d’en découvrir plus sur les émotions et surtout de nous donner des exercices pratiques pour permettre aux enfants de les exprimer de manière civilisée. On y trouve beaucoup de techniques de méditation et de sophrologie par exemple. J’ai particulièrement aimé les mécanismes pour combattre la peur, un des grands défis de ma petite en ce moment.

C’est un ouvrage dont le propos ressemble pas mal à Au coeur des émotions d’Isabelle Filliozat mais je trouve que celui-ci amène d’autres solutions et un autre point de vue.

La qualité de l’ouvrage est aussi appréciable : beaucoup de couleurs, un texte large, des encadrés, des pistes audio de méditations, etc.

A savoir tout de même, les solutions proposés sont plutôt destinés aux grands enfants, à partir de 5 ans je dirais et jusqu’à l’adolescence. Je n’ai pas vu beaucoup de pistes pour gérer les émotions de ma fille de 2 ans et le Filliozat est donc plus approprié à ce niveau.

Je garde donc ce livre au chaud pour plus tard et le conseille pour les parents de grands !

2/6

Autrice : Clarisse Gardet

Commencé le : 26/09/2018

Terminé le : 26/09/2018

Edition : Le livre de poche

Genre : Essai, éducation

Pages : 192

Sorti le : 12/09/2018

Note : 4/5