Michel de Grèce, Stéphane Allix – Les mystères d’Alexandre le Grand

les mystères d'alexandre le grand

J’étais vraiment très curieuse de découvrir ce livre. Je ne connais pas bien la vie d’Alexandre le Grand alors quand j’ai vu que les avis négatifs venaient surtout de fins connaisseurs qui n’avaient pas appris grand chose, je me disais que ce n’était pas grave vu que j’étais novice en la matière.

Finalement, l’ouvrage en lui-même est vraiment bien construit. Les auteurs ont fait le choix de commencer les chapitres par des extraits de la vie officielle d’Alexandre puis entrent dans les détails pour nous révéler sa face cachée. Le style n’est pas désagréable et va directement à l’essentiel. Mais après tout, on ne lit pas ce genre d’ouvrage pour la beauté de la plume de l’auteur.

Là où le bât blesse pour moi est dans la personnalité d’Alexandre. Vu qu’il est un grand personnage historique, je me disais que j’allais retirer quelque chose de sa vie. Finalement, rien de tout ça. J’ai trouvé qu’Alexandre n’était qu’un gamin capricieux, né dans une grande famille. Grâce à la prophétie, il sait qu’il a un grand destin à accomplir alors il fonce dans le tas sans réfléchir car il sait que son heure n’est pas arrivé. Quasiment aucune stratégie n’anime ce grand conquérant, tel un enfant, il décide de s’emparer de tel ou tel pays car des personnes lui disent que ce serait intéressant de le faire. Et puis, c’est un homme cruel. Il peut décider, sans aucune raison, de tuer tous les habitants d’une ville.

Bref, malgré un ouvrage bien écrit, je n’ai pas vraiment apprécié ma lecture car j’ai trouvé qu’Alexandre était un être abject.

Challenge des globe-readers

Escale : 44/+75 Babylone, actuelle Irak

Auteurs : Michel de Grèce, Stéphane Allix

Titre : Les mystères d’Alexandre le Grand

Edition : J’ai lu

Genre : Non fiction, Biographie

Pages : 224

Sorj Chalandon – Retour à Killybegs

retour à killybegs

Cela fait très longtemps que je voulais découvrir cet ouvrage. J’avoue que je ne connais pas grand chose sur l’affrontement qu’il y a eu entre l’Irlande et l’Irlande du Nord. Ici, avec ce livre, on se trouve au coeur de l’organisation terroriste IRA.

Je trouve ce livre intéressant car on peut alors comprendre comment une personne peut se retrouver à rejoindre un tel organisme. On découvre le jeune Tyreese très jeune. On voit son père violent, sa fuite avec sa famille vers Belfast, le traitement qu’ils ont des catholiques, l’incendie de leur maison. On sent la haine au fond de lui qui n’attend qu’à être mise à contribution.

Tyreese est un personnage complexe avec de bonnes qualités mais également de cruels défauts. C’est un personnage qui paraît très crédible. Au début, je croyais même que c’était du vécu mais je me suis ensuite rendue compte que Sorj Chalandon n’est pas vraiment irlandais. Néanmoins, j’ai l’impression qu’il a su découvrir l’essence de ce peuple et complètement se mettre dans leur peau.

Le style de ce roman est sous forme de journal, de confession, je dirais même qui nous permet d’être au plus proche des sentiments de Tyreese.

Bref, Retour à Killybegs est pour moi une lecture marquante qui fait mouche. Je vous le conseille vivement !

Auteur : Sorj Chalandon

Titre : Retour à Killybegs

Edition : Le livre de poche

Genre : Contemporain

Pages : 336

D’autres avis : Lounapil

Challenge des globe-readers

Escale : 36/+75 : Killybegs, Irlande

David Van Reybrouck – Congo, une histoire

congo une histoire

Depuis la parution de ce livre, j’ai eu très envie de le découvrir. Congo, une histoire est un essai retraçant l’histoire de cet énigmatique pays qu’est le Congo. David Van Reybrouck, historien a décidé de se pencher sur le sujet après avoir remarqué l’absence d’ouvrage de référence sur ce thème. Et il a bien fait…

Avec ses plus de 800 pages et son écriture minuscule, Congo, une histoire permet d’avoir un panorama complet de cette contrée mystérieuse. Je dois bien avouer que je ne me suis rarement penché sur la République démocratique du Congo. Pour moi, petite Belge, c’était surtout un immense pays qui avait été une colonie de la Belgique. Un pays à la fois étrange et mystique… Ce livre m’a énormément appris sur le peuple congolais, leur souffrance, la richesse de leur pays. Et pourtant, je dois dire qu’il reste une part de mystère qui fait, j’imagine, partie du charme de cette contrée.

David Van Reybrouck a su, avec cet essai, écrire un ouvrage complet comme si c’était un roman. On est happé par cette histoire ou plutôt cette myriade de petites histoires qui forme l’âme de ce pays. Le style de David Van Reybrouck est gracieux, addictif et profondément respectueux envers les personnes qu’il interviewe.

Cette lecture m’a grandement marquée et je ne peux que le conseiller à tous ceux qui ont envie d’en apprendre plus sur le Congo. C’est une très bonne entrée en matière !

Challenge des globe-readers

Escale 27/+75 : République démocratique du Congo

Auteur : David Van Reybrouck

Titre : Congo, une histoire

Edition : Actes Sud

Genre : Essai

Pages : 864

Mitsuru Nishimura, Takuro Kajikawa – Le Chef de Nobunaga, tome 1

Le Chef de Nobunaga tome 1

Ken est un chef cuisinier contemporain. Quand un beau jour, il se retrouve propulser en pleine époque Sengoku (XVIème siècle), il devient amnésique mais ne perd pas ses compétences de cuisinier et va se faire repérer le gouverneur féodal Nobunaga.

Vous l’aurez compris en lisant ce petit résumé, ce manga va allier deux grands thèmes : l’Histoire du Japon et la gastronomie. Et vous savez quoi ? J’adore les deux ;).

Alors commençons par parler un peu de Ken, c’est un personnage peu expressif qui fait son petit bonhomme de chemin grâce à ses connaissances culinaires. Je trouve dommage qu’il ait oublié d’où il vient car je suis sûre que ça aurait rendu l’histoire plus intéressante. Mais il en sait tout de même assez pour donner un peu de piment (ok, elle était facile 😉 ) à cette intrigue. Il sait qui est Nobunaga et la manière dont il va évoluer, il a également un bagage totalement anachronique vu qu’il sait quelles sont par exemple les saveurs coutumières des Occidentaux alors qu’ils viennent à peine de débarquer sur l’île du Soleil Levant.

Nobunaga dégage une grande puissance. A tout moment, j’ai l’impression qu’il peut pendre Ken pour une raison X ou Y mais Ken arrive à chaque fois à réussir les défis que le gouverneur lui lance et haut la main de surcroît. Des défis qui sont, comme vous pouvez l’imaginer, des plats à réaliser. Alors, on pourrait penser que ce n’est pas ça qui va rythmer l’histoire mais finalement si. Et les plats que préparent Ken sont vraiment très alléchants et il explique bien (grâce à ses pensées) en quoi ils répondent parfaitement à la demande de Nobunaga. A la fin, on retrouve même une recette à faire soi-même. Youpi ;).

Le dessin ne m’a pas emballé plus que ça. Les personnages m’ont semblé assez inexpressifs mais cela ne m’a pas empêcher de m’immerger facilement dans ce premier tome.

Bref, Le Chef de Nobunaga est pour moi une bonne surprise. Et j’ai hâte de voir ce que Ken va nous concocter dans le tome 2 déjà sorti !

 

Auteur : Mitsuru Nishimura, Takuro Kajikawa

Titre : Le Chef de Nobunaga, tome 1

Edition : Komikku

Genre : Manga, Seinen

Pages : 192

 

Lorànt Deutsch – Métronome

J’ai pu découvrir Métronome après l’avoir gagné chez Jess Livraddict (merci encore ^^). Cet essai reprend toute l’histoire de France. Celle-ci nous est distillée siècle par siècle, en partant à chaque fois d’une station de métro différente. Je ne sais pas si c’est très clair mais rassurez-vous, ça l’est dans le livre :).

Allez hop, commençons cette chronique par les petits détails qui m’ont chagrinée. D’abord, je pense que la version illustrée aurait vraiment été un plus. Lorànt Deutsch aime nous expliquer en long et large la cartographie de Paris mais si vous n’êtes pas Parisiens, vous aurez un peu de mal à tout visualiser. Voilà pourquoi, je vous conseille de parcourir la version enrichie en photos et images si vous en avez l’occasion ou de regarder le documentaire qui en a été tiré.

Je regrette également le manque de transitions entre les chapitres. Chacun d’entre eux équivaut à un siècle particulier et à une station de métro. Sauf que lorsqu’on est plongé dans une période historique, cela fait un peu étrange de tourner la page et de « se retrouver » à nouveau dans le métro.

Après, ces petits défauts ne m’ont pas empêché d’apprécier cette lecture. Lorànt Deutsh est un incroyable conteur. J’ai rapidement été aspirée par ce qu’il nous racontait. Je m’imaginais déjà aux côtés de tous ces rois de France. L’écriture est assez simple, l’auteur a su vulgariser son propos même si parfois, l’auteur s’emballe pour nous parler de détails insignifiants…

Si vous êtes un féru d’histoire, je ne sais pas si ce livre vous intéressera, mais si comme moi vous avez quelques lacunes et désirez retracer rapidement l’histoire de France (20 siècles en 400 pages tout de même !), je pense que vous serez comblés.

Bref, Métronome est un livre tout aussi facile à lire qu’instructif. Un livre plus à picorer qu’à lire d’une traite car le manque de transition entre les chapitres est assez gênant. Mais il reste bougrement intéressant !

4 sur 5

Auteur : Lorànt Deutsch

Titre : Métronome

Edition : Michel Lafon

Genre : Documentaire, Essai

Pages : 380

Ce livre a été lu dans le cadre d’une lecture commune en compagnie de Petitepom, Jelydragon, Aaliz, Frankie, Mamzelle Bulle, Mamzelle Sweety et Shunrai.