J’ai perdu Albert

Ma dernière lecture de Didier Van Cauwelaert, à savoir L’éducation d’une fée, m’avait permis de me réconcilier avec l’auteur après Un aller simple que je n’avais pas du tout aimé. Néanmoins, j’étais un peu réticente avec ce titre. Il s’agit d’une comédie et comme souvent avec ce genre, ça passe ou ça casse !

Et heureusement, j’ai plutôt passer un bon moment aux côtés de Albert Einstein, qui squatte depuis de nombreuses années la tête de Chloé, qui a profité de ce don pour se lancer dans la voyance. Mais tout bascule lorsque Albert décide de s’exiler dans la tête de Zac, un garçon de café qui est également apiculteur. La première est horrifiée de ne plus pouvoir exercer son métier, le second, franchement dérangé par cette petite voix dans sa tête.

Les personnages sont vraiment attachants. J’avoue que j’ai quand même eu plus de mal avec Chloé mais en apprenant son passé, j’ai su mieux l’apprécié. Zac, en revanche, m’a plu immédiatement. C’est un garçon qui a des convictions et qui a du mal à trouver les fonds pour arriver à ses fins. Ce qu’on entrevoit d’Albert est plutôt singulier mais j’ai également aimé sa présence.

Le style est plutôt simple et le roman se lit rapidement. C’est un parfait petit moment de divertissement. en somme !

Auteur : Didier Van Cauwelaert

Commencé le : 05/04/2018

Terminé le : 09/04/2018

Edition : Albin Michel

Genre : Contemporain

Pages : 224

Sorti le : 28/03/2018

Note : 4/5

Laisser un commentaire

CommentLuv badge