Thomas d’Ansembourg – Cessez d’être gentil, soyez vrai !

J’étais un avocat gentiment et très poliment déprimé et démotivé. Aujourd’hui, j’anime avec
enthousiasme conférences, séminaires et entretiens d’accompagnement. J’étais un célibataire terrifié
par l’engagement affectif, comblant sa solitude par l’hyperactivité. Aujourd’hui, je suis marié, père
et comblé. Je vivais dans une tristesse intérieure bien dissimulée mais constante, je me sens aujourd’hui
empli de confiance et de joie.
Que s’est-il passé?
J’ai pris conscience qu’en ignorant mes propres besoins depuis longtemps je me faisais violence et
que j’avais tendance à reporter cette violence sur la tête des autres. J’ai accepté que j’ai des besoins, que
je peux les écouter, les différencier, établir entre eux des priorités et en prendre soin moi-même plutôt
que de me plaindre du fait que personne ne s’en occupe. Toute l’énergie que je consacrais auparavant à
me plaindre, à me révolter et à être nostalgique, je l’ai ainsi petit à petit rassemblée, recentrée pour la
mettre au service de la transformation intérieure, de la création et de la relation. J’ai également pris
conscience et accepté que l’autre a lui aussi des besoins, et que je ne suis pas forcément la seule personne
compétente et disponible pour les satisfaire.

J’ai eu envie de découvrir cet ouvrage quand j’ai vu que l’auteur avait parlé de la Violence Educative Ordinaire, un thème qui m’est cher en ce moment. Dans ce livre, Thomas d’Ansembourg nous apprend à exprimer nos besoins sans brusquer l’autre.

Le point fort de cet ouvrage est qu’il permet de rentrer en douceur dans la communication non violente. Un système de communication révolutionnaire qui demande pas mal d’entraînement. Et ce que j’ai surtout adoré dans ce livre c’est la liste des besoins et des sentiments ainsi que l’exercice de regarder un peu chaque jour comment on se sent.

Néanmoins, j’ai trouvé le propos fort rébarbatif. Franchement, après 50 pages, on a tous compris le principe et je n’ai pas vu d’avantages à avoir poursuivi l’aventure. J’imagine qu’un livre n’est pas suffisant pour nous exercer dans la communication non violente et qu’il faut certainement en passer par des formations.

Mais il est agréable à lire et permet une bonne introduction au concept si ça vous intéresse !

Auteur : Thomas d’Ansembourg

Commencé le : 23/01/2018

Terminé le : 24/01/2018

Edition : Editions de l’homme

Genre : Non fiction, essai

Pages : 256

Sorti le : Octobre 2013

Note : 3/5

Annette Swodoba – Dudu s’habille

Dudu met ses vêtements mais il se met à pleuvoir. Changement de plan !

Voici un petit album très court pour apprendre les différentes étapes de l’habillage. Le format est petit et maniable pour les petits.

Toutefois, je n’ai pas trop apprécié les dessins brouillons, qui font très vieille école.

Qu’en a pensé ma fille de 16 mois ?

Elle l’a un peu feuilleté mais n’a pas accroché des masses.

6/20

Autrice : Annette Swodoba

Titre : Dudu s’habille

Edition : Tourbillon

Genre : Album

Pages : 12

Sorti le : 01/01/2004

Masayuki Kusumi, Jirô Taniguchi – Le promeneur

À la faveur des petits événements ordinaires de sa vie professionnelle et personnelle (la recherche d’un vélo disparu, une réunion de travail au sommet d’une tour de bureaux, etc.), un quadragénaire se laisse aller à des escapades impromptues au hasard de la géographie urbaine, sur les innombrables chemins de traverse qu’offre la grande ville – pour peu qu’on sache les voir et s’y abandonner… Une balade après l’autre, cette pulsion vagabonde prendra bientôt les allures d’un cheminement sentimental au fil des méandres de la mémoire, ponctuées d’images inopinément ressurgies de l’enfance et de la jeunesse du promeneur. Conçues par Masayuki Kusumi, déjà scénariste des histoires culinaires du Gourmet solitaire, ces déambulations nostalgiques, à la tonalité nonchalante et chaleureuse, ont initialement été publiées au Japon dans un magazine d’art de vivre, Tsuhan Seikatsu. Interprétées dans le registre intimiste dont Jirô Taniguchi a fait son signe distinctif depuis L’Homme qui marche, transfigurées par son humanisme pudique et serein, elles acquièrent une résonance universelle, dans laquelle se retrouveront les nombreux fidèles du maître japonais.

Cela fait des années que je devais découvrir Taniguchi. Voilà enfin chose faite !

Il s’agit ici d’un manga un peu spécial vu que c’est un recueil de nouvelles mettant en scène la promenade. Le personnage va se laisser errer dans chacune de ses nouvelles et faire des rencontres ou des découvertes insoupçonnées.

Je ne conseillerai pas ce livre à n’importe car il faut bien dire qu’on est plus dans la tranche de vie que dans un scénario haletant. Néanmoins, j’ai apprécié le voyage et cette ode à la promenade.

Les dessins de Taniguchi m’ont plu. Je les ai trouvé tendres, se prêtant bien à la thématique.

Bref, une jolie lecture qui me donne envie de poursuivre la découverte de l’oeuvre de Taniguchi !

Auteurs : Masayuki Kusumi, Jirô Taniguchi

Titre : Le Promeneur

Edition : Casterman

Genre : Manga

Pages : 210

Cindy Van Wilder – La lune est à nous

Ahala par où commencer pour vous parler de ce fabuleux roman ? Le résumé ? Ah oui, ce n’est pas bête.
On suit deux personnages dans cette histoire : Olivia, une jeune fille black, populaire sur les réseaux sociaux et Max, un ado qui débarque en Belgique après le divorce de ses parents et est complexé. Tout semble les opposer mais pourtant, une amitié va rapidement naître entre eux.

Dans ce roman, Cindy Van Wilder parle des problèmes actuels des adolescents. On y parle de coming out, de surpoids, d’harcèlement en ligne. Bref, il parlera sans nul doute aux jeunes d’aujourd’hui. Et pour les (un tout petit peu) moins jeunes comme moi, il nous permet à la fois de nous mettre dans leur peau pour mieux les comprendre mais aussi se remémorer sa propre adolescence.

Je me suis beaucoup attachée aux personnages que j’ai immédiatement perçu comme des amis tellement ils m’ont paru réels et authentiques. J’ai aussi aimé retrouver des lieux familiers, l’intrigue se passant dans mon plat pays.

Mais j’ai surtout adoré l’ambiance de ce roman, la sensation qu’il me procurait. Il m’a donné de la pêche, de l’espoir, une envie de m’assumer davantage. Bref que du bon !

J’aurais vraiment adoré le lire ado !

Autrice : Cindy Van Wilder

Titre : La lune est à nous

Edition : Scrineo

Genre : Jeunesse, Ado

Pages : 377

D’autres avis : Mycoton, Crouton

Sylvain Cordurié, Bojan Vukic – Oracle, tome 10 : Le déchu

Dans ce dixième volume d’Oracle, nous sommes au coeur de l’Olympe, rien que ça ! Un tome qui ne tourne qu’autour des dieux cette fois et où Homère a un rôle crucial à jouer.

J’ai trouvé l’intrigue assez originale et elle aurait pu l’être jusqu’au bout mais j’ai trouvé la fin plus convenue.

Les dessins de Borjan Vukic sont truffés de détails et fort réalistes. Les couleurs de Guillaume Lopez sont plutôt pâles sauf certains vêtements qui sont vifs et qui tranchent par rapport au décor.

Ce tome aurait vraiment pu être le meilleur de la série si la fin avait été plus audacieuse mais là, du coup, je suis un peu déçue. Mais cela reste une excellente série sur la mythologie grecque.

On se retrouve chez Moka cette semaine !

Auteurs : Sylvain Cordurié, Bojan Kuvic

Titre : Oracle, tome 10 : Le déchu

Edition : Soleil

Genre : BD

Pages : 56