Zombillénium, tome 4 : La fille de l’air


Le parc Zombillénium ne s’est jamais aussi bien porté : sa cote de popularité atteint des sommets suite aux réformes démoniaques opérées par Behemoth, qui décide alors de jouer sa propriété au cours d’une compétition bien spéciale… Un sabbat de sorcières ! Gretchen, Aurélien et Von Bloodt ont quant à eux monté un réseau d’évasion clandestin afin d’offrir aux damnés la chance d’une reconversion, loin des neuf cercles de l’Enfer. Des opérations périlleuses, sous le manteau, qui ne font pas du tout les affaires des dirigeants. Déterminés à y mettre un grand coup de balai, ils s’offrent les services d’une redoutable enchanteresse qui donnera du fil à retordre à sa rivale attitrée : Gretchen. Sous terre comme dans les airs, le combat promet d’être épique !

5 ans ! On aura donc attendu 5 ans pour avoir la suite de Zombillénium. Bon entre deux, il y a eu le film d’animation évidemment mais quand même, ce parc d’attraction m’avait bien manquée.

On retrouve dans cet album tous les ingrédients des premiers tomes : de l’humour, du fantastique, de la culture pop. Bref, tout ce que j’aime ! En plus, Gretchen est bien mise en avant dans ce volume.

En revanche, ce n’est pas le cas d’Aurélien qui m’a bien manqué, je l’avoue. Les nouveaux personnages ne m’ont pas emballés non plus.

Difficile à exprimer, mais il manque “un truc” à cette quatrième aventure, une ambiance, un attachement envers les personnages, un goût de reviens-y,… Il manque ce petit quelque chose qui faisait qu’on avait de découvrir la suite ou de relire les tomes.

Bref, même si cette saga me tient à coeur, je trouve quand même que cet album est un peu en de ça. Je ne sais si c’est vraiment sa qualité ou la longue attente qui justifie cette petite déception.

Je lirai tout de même la suite quand elle sortira, en espérant qu’elle soit meilleure que cet opus.


Stéphie vous convie pour la BD de la semaine.

  • Autrice :
  • Commencé le :
  • Terminé le :
  • Edition :
  • Genre :
  • Pages :
  • Sorti le :
  • Note :

Ti’tâne l’âne ne quitte plus sa tétine


Une collection joliment illustrée pour aider les plus petits à reconnaître, à comprendre et à bien vivre avec leurs émotions.

Dans la même collection que Pistache la vache dit toujours non, voici Ti’tâne qui adoooore sa tétine. Cacahuète a la même addiction alors elle a pu facilement s’identifier à Ti’tâne.

L’histoire est mignonne et bienveillante. Et les illustrations toujours de grande qualité.

C’est vraiment dommage que cette maison d’édition ferme car j’aurais bien acheté d’autres de cette collection !


  • Autrice :
  • Commencé le :
  • Terminé le :
  • Edition :
  • Genre :
  • Pages :
  • Sorti le :
  • Note :

Ma bête


Ma Bête, c’est ainsi que Weston Forrester surnomme Duncan Smith qu’il capture à Boston, sur le parking d’une station-service. Le ravisseur veut faire de sa victime le meurtrier qu’il n’a pas le courage de devenir. Weston Forrester a tous les atouts pour mener le jeu et faire de Duncan Smith un criminel. La rencontre de ces deux hommes, dans un face à face tendu, va les amener à se découvrir aux limites de leurs forces et de leurs valeurs respectives.

Sous cette jolie couverture colorée se cache en fait un thriller bien angoissant. On suit donc l’histoire de cette capture de plusieurs points de vue : celui du kidnappeur, celui de la victime et un autre qui intervient un peu plus tard.

L’intrigue est vraiment haletante de bout en bout. En fait, pour tout dire, j’avais l’impression d’être dans un épisode d’esprits criminels, une série que j’aime beaucoup. C’est sûrement le fait d’être dans la tête du criminel ! J’avoue que ça a aussi un côté dérangeant et que cela m’a provoqué un certain malaise en même temps.

J’ai aussi par moments, trouvé certaines scènes prévisibles. Mais dans l’ensemble, j’ai apprécié ce roman noir.


  • Autrice :
  • Commencé le :
  • Terminé le :
  • Edition :
  • Genre :
  • Pages :
  • Sorti le :
  • Note :

Pistache la vache dit toujours non


Une collection joliment illustrée pour aider les plus petits à reconnaître, à comprendre et à bien vivre avec leurs émotions.

Je suis très peinée de la fermeture des éditions Piccolia. J’aimais beaucoup leurs collections, en particulier, une des dernières nées qui parle des émotions et des problèmes des tout-petits.

C’est le cas de cet ouvrage qui met en scène Pistache, une petite vache qui est en pleine période d’opposition ou d’affirmation.

Ce que j’aime dans cet ouvrage, c’est qu’il permet à la fois à l’enfant de comprendre ce qu’il vit mais donne également des clés de compréhension et des astuces pour les parents.

Les dessins sont léchés, colorés. Je les apprécie beaucoup, surtout sur un papier glacé du plus bel effet.


  • Autrice :
  • Commencé le :
  • Terminé le :
  • Edition :
  • Genre :
  • Pages :
  • Sorti le :
  • Note :
This entry was posted in Album.

Chère Ijeawele


A une amie qui lui demande quelques conseils pour élever selon les règles de l’art du féminisme la petite fille qu’elle vient de mettre au monde, Chimamanda Ngozi Adichie répond sous la forme d’une missive enjouée, non dénuée d’ironie, qui prend vite la tournure d’un manifeste. L’écrivain nigériane examine les situations concrètes qui se présentent aux parents d’une petite fille et explique comment déjouer les pièges que nous tend le sexisme, à travers des exemples tirés de sa propre expérience. Cette lettre manifeste s’adresse à tous : aux hommes comme aux femmes, aux parents en devenir, à l’enfant qui subsiste en nous et qui s’interroge sur l’éducation qu’il a reçue. Chacun y trouvera les clés d’une ligne de conduite féministe, qui consiste à croire en la pleine égalité des sexes et à l’encourager.

Bon, tout est bien résumé dans la 4ème de couverture !

J’ai bien aimé ce manifeste qui donne vraiment des pistes pour élever sa fille dans un monde encore si sexiste. Il est en plus enrichi de petites touches humoristique.

L’ouvrage est très bref et peut être lu rapidement, même par les jeunes parents débordés. Mais c’est en même temps un désavantage pour moi : c’est tellement court ! J’ai un goût de trop peu.

En résumé, c’est un manifeste très inspirant et je ne manquerai pas d’appliquer certains conseils avec Cacahuète.


  • Autrice :
  • Commencé le :
  • Terminé le :
  • Edition :
  • Genre :
  • Pages :
  • Sorti le :
  • Note :