Davy Mourier – La petite mort (intégrale)

la petite mort 1la petite mort 2la petite mort 3
A Noël dernier, j’ai reçu le coffret de la Petite Mort. J’avais déjà eu l’occasion de  feuilleter cette bande dessinée et j’aimais beaucoup les quelques planches que j’avais pu lire.

La petite Mort, c’est le titre de la BD mais également du personnage principal qui est un enfant de faucheuses. La petite Mort s’entraîne avec ses parents pour ôter la vie aux personnes qu’on leur désigne.

J’ai vraiment adoré l’humour noir de ces petites scénettes. Au fur et à mesure des 3 tomes, l’auteur a su faire évoluer ses personnages. J’ai tout de même trouvé le dernier tome moins drôle mais c’est peut-être parce que la Petite Mort est devenue un adulte qui a pas mal de soucis et qu’il en devient plus cynique.

Outre le contenu bien chouette, le coffret de la petite mort est également un bel objet. Les couvertures d’un noir jais sont duveteuses et ont véritable cachet. Le coffret offre également : un écusson à l’effigie de la petite mort.

Bref, je vous conseille La petite mort, c’est un chouette cadeau à (se) faire et vous passerez un très bon moment si vous êtes adepte d’humour noir !

Auteur : Davy Mourier

Titre : La petite mort (trilogie)

Edition : Delcourt

Genre : BD

Pages : 96 pages chaque tome

D’autres avis : Acr0Mr. ZombiAnGeeOrianeJulia Little DaisyhopeeeOukouloumougnoulittérature et françaismademoizelle.nebelBountyFreiPoisonPopsllyzasofynetAdéKaaStoryOfAReaderDame De PiqueBelykhalilLa chèvre grise

 

Kenizé Mourad – De la part de la princesse morte

de la part de la princesse morte

Bizarrement, je n’avais jamais entendu parler de ce livre avant de l’acheter d’occasion. Et c’est finalement en le commençant que je me suis rendue compte que beaucoup de personnes l’avaient lu et apprécié. J’avais donc fait une bionne pioche sans m’en rendre compte !

Ce qui m’avait intéressé dans le résumé, est que l’auteur y raconte l’histoire rocambolesque de sa  propre mère, qui naît fille de sultane à Istanbul et qui est ensuite condamnée à l’exil. Quel destin l’attend !

L’auteur prend bien le temps de décrire chaque période de la vie de sa mère et des différents des pays dans lesquels elle va séjourner. Cela compense le fait qu’il n’y ait quasiment pas de suspense dans ce récit étant donné que la quatrième de couverture spoile tous les grands événements de cette biographie.

Selma, qui est donc l’héroïne de ce roman est une jeune fille forte et indépendante. Elle ne comprend pas toujours tout à la géopolitique mais elle est futée et sait tirer son épingle du jeu. Elle est probablement considérée comme trop moderne pour son temps car les femmes, dans certains pays, doivent continuer à porter le hijab et à ne pas quitter la demeure familiale, ce que Selma a beaucoup de mal à accepter.

Le style de Kenizé Mourad est toujours aussi agréable. Les descriptions sont toujours légion et je regrette, comme pour De la ville d’or et d’argent que ces passages cassent vraiment le rythme du roman. Il y a parfois des dizaines de pages où on a l’impression de faire du surplace.

Je comprends que ce livre ait marqué de nombreux lecteurs car le destin de Selma est exceptionnel. Je vous conseille ce pavé pour vos lectures d’été, il vous entraînera vers des contrées lointaines avec une héroïne très attachante. Et pour ceux qui veulent prolonger l’aventure, une suite existe : Le jardin de Badalpour.

Challenge des globe-readers

Escale : 43/+75 : Istanbul, Turquie

Auteur : Kenizé Mourad

Titre : De la part de la princesse morte

Edition : Le livre de poche

Genre : Biographie

Pages : 857

D’autres avis : Maghily, Exulire, La livrophile

George R.R. Martin – Le trône de fer, intégrale 3

Le trône de fer, intégrale 3

Cela faisait un certain temps que j’avais mis cette saga en pause. Je me suis finalement remise pour une lecture commune avec Thalia et Nathalie. Et quelle joie de replonger dans l’univers sombre et torturé du Trône de fer !

Que dire sur cette 3ème intégrale ? On remarque avant tout sa longueur : 1150 pages, rien que ça ! Je ne pense que je l’aurais lu si rapidement si je n’avais pas été coachée par mes co-lectrices. Vu que j’avais déjà vu la série, je connaissais déjà pas mal l’intrigue mais il y a toujours des différences avec le livre qui sont de plus en plus flagrantes au fil des tomes. Continuer la lecture de la saga originale permet d’approfondir certains sujets.

Malgré sa grosseur, ce tome n’est pourtant pas à court de souffle. Au contraire, je trouve qu’il y a davantage d’actions dans ce tome. Même si le début m’a paru un peu lent, par la suite tout s’accélère et les révélations et les drames s’enchaînent. Ben oui, on est dans le trône de fer après tout !

J’ai aussi beaucoup apprécié l’exploitation des personnages dans ce tome. On découvre des nouveaux côtés à certains (Jaime Lannister en est l’exemple parfait mais on peut aussi citer Margaery Tyrell) et plusieurs personnages très charismatiques tels qu’Oberyn Martel ou la piquante Lady Olenna Tyrell.

Le style soutenu n’est toujours pas ma tasse de thé et je ne pense pas pouvoir lire davantage que 150, 200 pages par semaine sans m’en lasser. Je ne pense même pas pouvoir lire ces 200 pages d’un coup. Mais cela reste un style agréable à lire, c’est juste qu’il demande de prendre son temps et j’ai plutôt tendance à dévorer les bouquins.

Bref, ce troisième tome est certainement un des plus aboutis de la saga et je continuerai avec plaisir la saga avec mes co-lectrices ! Il y a encore beaucoup d’énigmes à résoudre après tout.

Retrouvez l’avis de Nathalie et de Thalia !

Auteur : George R.R. Martin

Titre : Le trône de fer, intégrale 3

Edition : J’ai lu

Genre : Fantasy

Pages : 1150

This entry was posted in Fantasy.

David Safier – Maudit karma

Maudit-Karma

Oulah, voilà une éternité que je n’ai rien publié ici. Je vous rassure, je vais très bien. J’ai juste une vie bien chamboulée depuis quelques mois.

Je reviens aujourd’hui sur Maudit karma de David Safier, un livre bien drôle sur la réincarnation.

Dans ce livre, on suit donc Kim Lange, une animatrice de talk show qui est une vraie garce au début du livre. Elle fait passer sa carrière avant sa fille et ne pense qu’à tromper son mari juste pour pimenter son quotidien. Bref, on la déteste et on se demande comment on va faire pour la supporter pendant tout le roman !

Après une mort tout à fait ridicule, Kim est réincarnée en fourmi et va rencontrer Casanova qui malgré des tas de réincarnations n’arrive pas à amasser du bon karma afin de se réincarner en « créature plus élaborée ». Pour Kim, cette série de réincarnation va permettre une grande remise en question de ses objectifs dans la vie. J’ai aimé voir son évolution et m’attacher à elle petit à petit. Finalement, elle voit chaque réincarnation comme un pas pour retrouver ceux qu’elle aime.

Les remarques acerbes de Kim et le romantisme à deux balles de Casanova donnent une bonne touche d’humour à ce livre que je qualifierai de « feel good ». Vous pouvez donc le lire dès que la déprime s’installe !

Le style, bien qu’il ne m’aie pas impressionné reste agréable et efficace. Il ne gêne pas la lecture et permet au contraire de la fluidifier.

Bref, « Maudit karma » fut un très bon moment de détente pour moi. Je vous le conseille !

Auteur : David Safier

Titre : Maudit karma

Edition : Pocket

Genre : Humoristique

Pages : 343

D’autres avis : Galleane, Frankie, Ethernya, Thalia, Cajou, Jess

Svetlana Alexievitch – La supplication

la supplication

Tchernobyl. Ce mot est aujourd’hui indubitablement associé à la catastrophe nucléaire qui s’est produit. On pense aux nuages, aux malformations mais est-ce qu’on sait vraiment intéresser à ceux qui ont vécu ce drame ? A ceux qui habitaient tout près de la centrale ? Avec cette série de témoignage, c’est ce qu’a voulu faire Svetlana Alexievitch.

J’ai découvert ce livre en audiobook, les témoignages m’ont semblé encore plus retentissants vu qu’ils étaient joués par des acteurs.

Alors, je vous le dis tout de suite, il faut s’accrocher avec La supplication. Les témoignages sont bruts, ils sont sincères et on ne peut que se sentir en totale osmose avec les personnes qui ont vécu ce drame. J’ai pleuré en écoutant leur vécu, leur misère et leur détresse. On se sent tellement impuissant face à eux, qui vivaient simplement et naïvement avant le drame. On a envie d’hurler en entendant les discours qu’on leur a dit, ces fausses communications rassurantes. On a aussi envie de pleurer lorsqu’on voit le résultat désastreux sur les enfants. Je crois que c’est lorsqu’une jeune mère explique qu’elle va devoir appuyer sur le ventre de sa petite fille de 4 ans toutes les 30 minutes toute sa vie durant afin de l’aider à uriner. Comment peut-on accepter pareille vie ?

Aujourd’hui, à l’heure où on essaie de tirer les centrales nucléaires jusqu’à leur dernier souffle, il serait bon que les politiques lisent ce genre d’ouvrages pour se rendre compte du risque qu’ils nous font courir. C’est aussi évidemment à nous de nous soulever lorsque de telles décisions sont prises ou de faire des choix éclairés.

La supplication fait froid dans le dos car il explique un cauchemar que des tas de personnes ont vécu pas très loin de chez nous mais également car il risque à tout moment de se reproduire.

Auteur : Svetlana Alexievitch

Titre : La supplication

Edition : J’ai lu

Genre : Non fiction, Témoignage

Pages : 250