Manga no mokuyobi [39]

Manga no Mokuyobi

Dans leur rendez-vous Manga no mokyubi, Azilis et TheChouille  nous proposent chaque jeudi de parler de nos dernières lectures mangas.

Barakamon, tome 11 de Satsuki Yoshino

 

barakamon11

C’est toujours un gros plaisir que de lire Barakamon. Surtout que le tome 10 se terminait par un beau cliffhanger ! On en saura donc plus sur une mystérieuse personne et Seichû va être amené à faire un grand choix sur sa vie future. Malgré ce côté « sérieux », rassurez-vous, l’humour est toujours au rendez-vous de ce onzième volume. Avec ce tome, on apprend également à connaître plus en profondeur les parents de Seichû. Bref, Barakamon est toujours plein de fraîcheur et de bonne humeur !

Moyasimon, tome 8 de Masayuki Ishikawa

moyasimon8

Ce huitième tome de Moyasimon avait également de quoi me plaire. En effet, on s’intéresse ici à la bière sous toutes ces formes. En tant que Belge, j’ai évidemment apprécié qu’on parle des bières de mon pays mais ce tome est également l’occasion de voir le fonctionnement des microbrasseries au Japon. Entre temps, les tomes 9 et 10 sont sortis en français mais je n’ai pas encore eu le temps de les découvrir.

One-Punch Man, tome 1 d’ONE et Yusuke Murata

one-punch man

One-Punch Man est un des gros cartons des dernières sorties manga. J’ai lu le premier tome par curiosité. J’ai trouvé certains moments bien fun mais je ne comprends pas le tapage médiatique autour car je le trouve moins percutant que d’autres mangas du même genre. Le dessin m’a également laissé indifférente. Bref, je me tâte encore pour découvrir la suite.

This entry was posted in Manga.

Delphine de Vigan – Rien ne s’oppose à la nuit

rien ne s'oppose à la nuit

Rien ne s’oppose à la nuit raconte l’histoire de Lucille, la mère de Delphine de Vigan. L’auteure tente d’écrire la biographie de sa mère avec justesse mais elle n’hésite pas également à nous parler de ses réflexions, de ce qui la pousse à vouloir nous raconter son histoire.

C’est grâce à ce livre que je découvre la plume de cette écrivaine et je suis vraiment sous le charme. J’ai été très rapidement envoûtée par la vie peu banale de Lucile. Delphine de Vigan arrive vraiment à retranscrire le charme et également le caractère changeant de sa mère.

J’ai trouvé ce récit très sincère, l’auteure ne cherchant pas à nous présenter sa mère sous un meilleur ou plus mauvais jour que ce qu’elle n’était réellement. Cela n’a pas dû être facile vu l’enfance de l’auteure et ses sentiments ambivalents envers celle qui lui a donné la vie.

Lucille n’a pas eu une vie très palpitante mais on ne peut nier la singularité de son destin. Du début à la fin, j’étais vraiment fascinée par cette femme me demandant bien ce qui allait lui arriver malgré que l’on sache l’épilogue depuis le début.

Bref, c’est vraiment une histoire qui m’a marquée et  je ne peux que vous le recommandez chaudement si vous vous intéressez aux secrets de famille ou à la relation mère-fille.

Pour ma part, je vais lire « D’après une histoire vraie » qui peut être considéré comme la suite mais je compte bien également découvrir les autres écrits de Delphine de Vigan car j’ai beaucoup apprécié sa plume.

Auteur : Delphine de Vigan

Titre : Rien ne s’oppose à la nuit

Edition : Le livre de poche

Genre : Biographie

Pages : 408

D’autres avis : Pauline, Hajar, Aniouchka, Hylyirio

Davy Mourier – La petite mort (intégrale)

la petite mort 1la petite mort 2la petite mort 3
A Noël dernier, j’ai reçu le coffret de la Petite Mort. J’avais déjà eu l’occasion de  feuilleter cette bande dessinée et j’aimais beaucoup les quelques planches que j’avais pu lire.

La petite Mort, c’est le titre de la BD mais également du personnage principal qui est un enfant de faucheuses. La petite Mort s’entraîne avec ses parents pour ôter la vie aux personnes qu’on leur désigne.

J’ai vraiment adoré l’humour noir de ces petites scénettes. Au fur et à mesure des 3 tomes, l’auteur a su faire évoluer ses personnages. J’ai tout de même trouvé le dernier tome moins drôle mais c’est peut-être parce que la Petite Mort est devenue un adulte qui a pas mal de soucis et qu’il en devient plus cynique.

Outre le contenu bien chouette, le coffret de la petite mort est également un bel objet. Les couvertures d’un noir jais sont duveteuses et ont véritable cachet. Le coffret offre également : un écusson à l’effigie de la petite mort.

Bref, je vous conseille La petite mort, c’est un chouette cadeau à (se) faire et vous passerez un très bon moment si vous êtes adepte d’humour noir !

Auteur : Davy Mourier

Titre : La petite mort (trilogie)

Edition : Delcourt

Genre : BD

Pages : 96 pages chaque tome

D’autres avis : Acr0Mr. ZombiAnGeeOrianeJulia Little DaisyhopeeeOukouloumougnoulittérature et françaismademoizelle.nebelBountyFreiPoisonPopsllyzasofynetAdéKaaStoryOfAReaderDame De PiqueBelykhalilLa chèvre grise

 

Kenizé Mourad – De la part de la princesse morte

de la part de la princesse morte

Bizarrement, je n’avais jamais entendu parler de ce livre avant de l’acheter d’occasion. Et c’est finalement en le commençant que je me suis rendue compte que beaucoup de personnes l’avaient lu et apprécié. J’avais donc fait une bionne pioche sans m’en rendre compte !

Ce qui m’avait intéressé dans le résumé, est que l’auteur y raconte l’histoire rocambolesque de sa  propre mère, qui naît fille de sultane à Istanbul et qui est ensuite condamnée à l’exil. Quel destin l’attend !

L’auteur prend bien le temps de décrire chaque période de la vie de sa mère et des différents des pays dans lesquels elle va séjourner. Cela compense le fait qu’il n’y ait quasiment pas de suspense dans ce récit étant donné que la quatrième de couverture spoile tous les grands événements de cette biographie.

Selma, qui est donc l’héroïne de ce roman est une jeune fille forte et indépendante. Elle ne comprend pas toujours tout à la géopolitique mais elle est futée et sait tirer son épingle du jeu. Elle est probablement considérée comme trop moderne pour son temps car les femmes, dans certains pays, doivent continuer à porter le hijab et à ne pas quitter la demeure familiale, ce que Selma a beaucoup de mal à accepter.

Le style de Kenizé Mourad est toujours aussi agréable. Les descriptions sont toujours légion et je regrette, comme pour De la ville d’or et d’argent que ces passages cassent vraiment le rythme du roman. Il y a parfois des dizaines de pages où on a l’impression de faire du surplace.

Je comprends que ce livre ait marqué de nombreux lecteurs car le destin de Selma est exceptionnel. Je vous conseille ce pavé pour vos lectures d’été, il vous entraînera vers des contrées lointaines avec une héroïne très attachante. Et pour ceux qui veulent prolonger l’aventure, une suite existe : Le jardin de Badalpour.

Challenge des globe-readers

Escale : 43/+75 : Istanbul, Turquie

Auteur : Kenizé Mourad

Titre : De la part de la princesse morte

Edition : Le livre de poche

Genre : Biographie

Pages : 857

D’autres avis : Maghily, Exulire, La livrophile

George R.R. Martin – Le trône de fer, intégrale 3

Le trône de fer, intégrale 3

Cela faisait un certain temps que j’avais mis cette saga en pause. Je me suis finalement remise pour une lecture commune avec Thalia et Nathalie. Et quelle joie de replonger dans l’univers sombre et torturé du Trône de fer !

Que dire sur cette 3ème intégrale ? On remarque avant tout sa longueur : 1150 pages, rien que ça ! Je ne pense que je l’aurais lu si rapidement si je n’avais pas été coachée par mes co-lectrices. Vu que j’avais déjà vu la série, je connaissais déjà pas mal l’intrigue mais il y a toujours des différences avec le livre qui sont de plus en plus flagrantes au fil des tomes. Continuer la lecture de la saga originale permet d’approfondir certains sujets.

Malgré sa grosseur, ce tome n’est pourtant pas à court de souffle. Au contraire, je trouve qu’il y a davantage d’actions dans ce tome. Même si le début m’a paru un peu lent, par la suite tout s’accélère et les révélations et les drames s’enchaînent. Ben oui, on est dans le trône de fer après tout !

J’ai aussi beaucoup apprécié l’exploitation des personnages dans ce tome. On découvre des nouveaux côtés à certains (Jaime Lannister en est l’exemple parfait mais on peut aussi citer Margaery Tyrell) et plusieurs personnages très charismatiques tels qu’Oberyn Martel ou la piquante Lady Olenna Tyrell.

Le style soutenu n’est toujours pas ma tasse de thé et je ne pense pas pouvoir lire davantage que 150, 200 pages par semaine sans m’en lasser. Je ne pense même pas pouvoir lire ces 200 pages d’un coup. Mais cela reste un style agréable à lire, c’est juste qu’il demande de prendre son temps et j’ai plutôt tendance à dévorer les bouquins.

Bref, ce troisième tome est certainement un des plus aboutis de la saga et je continuerai avec plaisir la saga avec mes co-lectrices ! Il y a encore beaucoup d’énigmes à résoudre après tout.

Retrouvez l’avis de Nathalie et de Thalia !

Auteur : George R.R. Martin

Titre : Le trône de fer, intégrale 3

Edition : J’ai lu

Genre : Fantasy

Pages : 1150

This entry was posted in Fantasy.