Catherine Lejealle – J’arrête d’être hyperconnecté !

J’ai lu ce livre car il faut bien le dire, j’ai bien besoin d’une détox digitale ! Et ce livre très pratique donne justement des clés et des pistes pour y arriver. Tout au long de ces 21 jours, il y a des exercices à faire pour se rendre compte de son addiction, de voir comme laisser notre smartphone un peu de côté ne nous provoque pas de tort. Bon, j’avoue que j’ai seulement lu le livre et que je ne l’ai pas encore mis en pratique mais je pense qu’il est fort utile.

J’ai aussi aimé le fait qu’il n’y a aucune culpabilisation dans ce livre. C’est nous-mêmes qui entreprenons la démarche et qui voyons notre avancée. Bien sûr, le livre est là pour nous booster mais c’est tout de même le lecteur qui fait tout le travail thérapeutique, si je peux dire. Et les objectifs quotidiens clairs et simples à exécuter.

Le livre est parsemé de petits dessins, de tableaux, de titres colorés, d’anecdotes, de statistiques etc. Bref, c’est un plaisir à feuilleter. Il y a aussi des témoignages. Ça montre qu’on n’est pas tous seuls et c’est très motivant !

Bref, je suis charmée par ce livre et son contenu. Je pense en lire d’autres de la même collection car je trouve ces livres pratiques fort bien conçus. Bon, et il faut aussi que je mette ça en application !

Auteur : Catherine Lejealle

Titre : J’arrête d’être hyperconnecté !

Edition : Eyrolles

Genre : Pratique, Non fiction

Pages : 224

Céline Alvarez – Les lois naturelles de l’enfant

Les lois naturelles de l'enfant de Céline Alvarez

Ce livre est une vraie claque !

Dans cet essai, Céline Alvarez nous parle des lois naturelles de l’enfant et comment elle l’a appliqué à une classe d’élève de maternelles pendant 3 ans. Le résultat est tout simplement bluffant : la plupart savent lire, ont une compréhension d’enfants âgés de 3 ou 4 ans de plus. Et tout ça, simplement en laissant l’enfant faire ce qu’il aime. Bien sûr, en tant qu’institutrice, Céline Alvarez les a guidé, leur a montré certains apprentissages. Mais l’émulation s’est faite en groupe, en s’observant les uns, les autres. Pendant que les petits apprennent en regardant leurs aînés, ceux-ci consolident leurs acquis en expliquant à leurs cadets.

Ce livre m’a vraiment fait un effet boeuf. Je n’ai qu’une envie : que ma fille dispose de la même éducation ! Mais il y a un monde entre ce que prône Céline Alvarez et la réalité du terrain. Les écoles « alternatives » ne sont pas légion et sont hors de prix et les écoles publiques ont des décennies de retard. Ce que j’en retiens aussi personnellement est l’usage des bons mots avec les enfants. Pas besoin de diminutif : bibi pour biberon par exemple ou appeler un cube, un carré. Au plus le vocabulaire qu’entend l’enfant est riche, au plus le sien, le sera. Bon, j’avoue que ce n’est pas évident pour moi qui ai souvent du mal à construire mes phrases et qui utilise à longueur de journées des trucs, machins et bidules sans trouver le bon mot.

Bref, Les lois naturelles de l’enfant est vraiment un super livre qu’on devrait mettre dans les mains des parents, du corps enseignant et surtout des gouvernements. Il est plus que temps de respecter les lois naturelles de l’enfant pour un apprentissage autonome et épanoui !

Auteur : Céline Alvarez

Titre : Les lois naturelles de l’enfant

Edition : Les Arènes

Genre : Essai

Pages : 350

D’autres avis : Meuraie

Amanda Conner, Jimmy Palmiotti et Chad Hardin – Harley Quinn, tome 6 : Tirée par les cheveux

Suite et fin du comics dédié à Harley Quinn avec ce sixième volume intitulé Tirée par les cheveux. Suis-je satisfaite ? Plutôt oui !

Même si j’adore Harley, je pense qu’il était temps de conclure la saga ici car l’intrigue commençait à tourner en rond. Ce n’est pas facile de nous faire aimer une fille aussi déjantée qu’Harley. On est parfois dans l’excès, parfois dans la normalité et le mélange n’est pas toujours harmonieux.

Les dessins en revanche, sont toujours aussi remplis de peps. J’adore toujours autant les couleurs flashys utilisés et le trait de Jimmy Palmiotti.

Le comics présente aussi quelques touches d’humour bienvenus.

Je suis contente de terminer cette saga. J’ai pu en apprendre plus sur Harley et davantage m’attacher à elle. J’ai aimé la voir se détacher du Joker et prendre petit à petit son envol.

Au revoir Harley, à la prochaine !

Auteurs : Amanda Corner, Jimmy Palmiotti, Chad Hardin

Titre : Harley Quinn, tome 6 : Tirée par les cheveux

Edition : Urban Comics

Genre : Comics

Pages : 136

Bilan de novembre

De retour pour vous présenter le bilan de novembre 2017

Lectures

 

Un chouette mois en lectures avec les très bons La Dame du Nil de Pauline Gedge, Les lois naturelles de l’enfant de Céline Alvarez et Anno Dracula de Kim Newman. J’ai aussi apprécié J’arrête d’être hyperconnecté ! de Catherine Lejaele, Locke & Key, intégrale 2 de Joe Hill et Gabriel Rodriguez ainsi que GTO, tome 5 de Tôru Fujisawa.

Films

 

Get out était sensationnel ! Lego Batman et Baby Boss étaient funs. Quand à Transformers : the last knight et Omoide poro poro, ce furent de gros flops ! Je vous passe sous silence les revisionnages de classiques (les sagas Jurassic Park et Harry Potter).

Séries

 

J’ai regardé deux saisons complètes : Beyond Stranger Things qui raconte les coulisses de Stranger Things et Van Helsing, saison 1 que j’ai trouvé assez moyen. J’ai aussi regardé quelques épisodes de La planète bleue : au coeur des océans.

This entry was posted in Bilans.

Pauline Gedge – La Dame du Nil

Connaissez-vous le règne d’Hatchepsout ? Personnellement, je ne m’étais jamais trop intéressée à son parcours. Je me rappelle de mes cours d’histoire égyptienne et je me souviens de l’aversion de mon professeur envers cette usurpatrice. Mais il faut bien avouer qu’une femme pharaon est très rare et j’ai eu envie de découvrir son parcours, de savoir comment elle a pu convaincre l’Egypte qu’elle était l’incarnation d’Amon, même si elle n’était pas un homme.

J’ai beaucoup aimé suivre son enfance et son adolescence dans cette biographie romancée. J’ai trouvé Hatchepsout, vive et lumineuse ! Un tel rayon de soleil ne pouvait qu’éclipser les autres prétendants au trône (il faut dire qu’ils ne semblaient pas très charismatiques). J’ai malheureusement moins apprécié la pharaonne. Plus froide, elle se prend très rapidement pour une déesse, une élue et en devient inaccessible et pas franchement sympathique. Mais ça en reste une femme de caractère qui sait ce qu’elle veut et qui arrive à mobiliser les foules.

Le style de Pauline Gedge est tout à fait adéquat : fluide, avec des descriptions mais pas trop, on avance à bon rythme dans ce récit. J’ai aimé aussi suivre les aventures d’Hatchepsout à travers Senmout, le jeune architecte qui tape dans l’oeil d’Hatchepsout.

Bref, voilà un très bon roman historique si vous voulez en apprendre sur Hatchepsout.

Auteur : Pauline Gedge

Titre : La Dame du Nil

Edition : Le livre de poche

Genre : Historique

Pages : 597

D’autres avis : Mandorla