Tony Sandoval – Futura nostalgia, volume 1

Wouhou un nouveau Sandoval ! Et il va être en plusieurs volumes, double wouhou !

De quoi ça parle au juste ? D’une jeune fille qui rencontre une grenouille qui parle ou plutôt jure comme un charretier. Elle (la fille, pas la grenouille !) va ensuite essayer de séduire un garçon qui lui plaît. Le résumé parle lui d’une chronique adolescente bouleversée par l’irruption d’éléments fantastiques.

Et c’est exactement pour ce mélange de genres que j’aime Sandoval ! Et j’ai également beaucoup apprécié cette grenouille fort impertinente.

Quant aux dessins, c’est toujours du grand art pour moi. Je pourrais passer des heures à regarder les planches de cette BD.

Bref, encore un chouette titre de Sandoval. Vivement la suite !

Auteur : Tony Sandoval

Titre : Futura Nostalgia, tome 1

Edition : Muertito Press

Genre : BD

Pages : 64

Anne-Dauphine Julliand – Deux petits pas sur le sable mouillé

On quitte un peu le monde des romans pour un témoignage bouleversant. Tout commence lorsque la maman de Thaïs se rend compte que sa fille a un peu le pied qui tourne. Le jour de ses deux ans, le verdict tombe : elle souffre d’une maladie dégénérative et n’aura plus que quelques années au vivre au mieux. Une maladie dégénérative… je me demande s’il n’y a pas plus effroyable que ça. Voir un proche perdre peu à peu ses capacités puis ses sens. Mais alors comment survit-on à ça lorsque ça arrive à notre propre enfant de deux ans ?

C’est un peu de tout ça que va parler ce livre. Et cette famille nous donne une belle leçon : donner de la vie au jours à défaut de pouvoir donner plus de jours à la vie. C’est un formidable message d’espoir que nous transmet cette famille. La narratrice est également enceinte au moment où elle apprend la nouvelle et le futur bébé a 1 chance sur 4 d’avoir cette foutue maladie également.

Je crois que bon nombre de personnes auraient défailli dans ce genre de situation. Mais cette famille a beaucoup de soutien de tout côté et je trouve cela formidable. C’est vraiment ça qui leur permettra de résister à ces tragiques nouvelles.

Le récit est bouleversant et pourtant, plein de petites joies du quotidien. J’ai eu souvent les larmes à l’oeil avec ce livre, c’est vrai, mais j’ai eu tout autant de sourires.

Bref, une superbe histoire que je vous conseille de lire si ce n’est déjà fait.

Auteur : Anne-Dauphine Juliand

Titre : Deux petits pas sur le sable mouillé

Edition : J’ai lu

Genre : Témoignage

Pages : 247

Julie Klassen – Le secret de Pembrooke Park

688 pages de romance… Cela paraît beaucoup non ? Mais les avis étaient tellement enthousiastes que je me suis laissée convaincre. Et j’ai bien fait car c’est un véritable coup de coeur !

Tout commence lorsque Abigaïl et son père entendent parler de Pembrooke Park, un domaine à l’abandon depuis une vingtaine d’année. Les propriétaires proposant de louer ce bien à prix modique à la famille d’Abigaïl qui est dans une situation financière difficile est une vraie aubaine. C’est finalement seule qu’Abigaïl investit les lieux et les prépare à la venue de son père d’abord, et de sa mère et de sa soeur restées à Londres pour la Saison ensuite. Abigail est vraiment un personnage adorable. Elle fait tout pour faire plaisir à sa famille et à ses amis. C’est une jeune femme réfléchie, indépendante et très courageuse. On est très loin de la jeune fille mièvre qu’on trouve souvent dans les romances.

Ah oui, la romance ! Et bien rassurez-vous, elle est loin de prendre toute la place même si Abigail finira par avoir 3 prétendants ! C’est qu’il y a plein de choses à faire pour Abigail : aider à l’aménagement de la maison, se faire accepter par les locaux, résoudre les mystères de ce magnifique manoir. En fait, ce roman me fait penser à la fois à Jane Austen et aux romans gothiques car on y retrouve pas mal de parallèles : critique de la société, atmosphère inquiétante dans le manoir, etc.

Franchement, je n’ai pas du tout vu les pages défiler et j’ai pris énormément plaisir à suivre les aventures d’Abigail. Il faut dire qu’elle est bien entourée ! La famille Chapman a vraiment ma préférence. Il y a le padre, un peu bourru sur les bords mais on comprendra ensuite pourquoi, La mère, toute gentille et aimante, Lea, leur fille, une jeune femme effacée qui va peu à peu s’épanouir aux côtés d’Abigail, William le fils qui est vicaire et qui fait de superbes sermons ! Et il y a aussi les deux plus jeunes enfants, moins développés mais attachants tout de même.

Ce qui est aussi agréable dans ce récit, c’est qu’on n’est pas dans les bals et les froufrous comme souvent dans les romances historiques. Non, on est à la campagne avec toute sa simplicité et son charme !

Bref, au final, avouons-le, le futur amoureux d’Abigail  est intéressant mais il faut surtout lire ce livre pour savoir quel est le secret de Pembrooke Park et il vaut le coût, je vous le promets !

Auteur : Julie Klassen

Titre : Le secret de Pembrooke Park

Edition : Milady Romantique

Genre : Romance historique

Pages : 688

D’autres avis sur : Logo Livraddict

Julie Otsuka – Certaines n’avaient jamais lu la mer

Ce livre me tentait depuis sa sortie mais les chroniques m’ont refroidie et ce n’est que quand j’ai eu l’occasion de l’acheter en occasion que j’ai franchi le pas. Et je regrette d’avoir attendu, car j’ai finalement bien aimé !

Dans cette histoire, on suit un groupe de Japonaises qui quittent le pays du soleil levant en 1919 pour s’installer sur la côte ouest des Etats-Unis où leurs futurs époux les attendent. On les suit depuis leur trajet en bateau puis leur vie là-bas : la rencontre avec l’époux, la nuit de noce, le boulot,…

La puissance dans ce récit réside pour moi dans le sujet qui est toujours le « nous ». Nous étions ceci, nous faisions cela. On ne sait finalement de combien de femmes on parle mais j’ai beaucoup aimé cet aspect. Quant à l’intrigue, même si on sent ce qui va arriver, on prend grand plaisir à découvrir leurs petites vies se dérouler au fil des pages.

Le style est poétique et très original.

Bref, ce fut une charmante lecture !

Escale 48/+75 : San Francisco

Auteur : Julie Otsuka

Titre : Certaines n’avaient jamais vu la mer

Edition : 10/18

Genre : Historique

Pages : 139

This entry was posted in Livres.

Isabelle Filliozat – Il n’y a pas de parent parfait

La manière d’être parent est ancrée dans notre manière d’avoir été éduquée. Mais si on n’a pas eu une éducation qui nous plaît, ce n’est pas fatal. On peut tout à fait changer cela même si ça prend du temps. C’est un peu le propos d’Isabelle Filliozat dans ce livre. Elle nous apprend aussi à être bienveillant envers nous-même. Car ce n’est qu’en l’étant, que l’on peut ensuite l’être avec ses enfants.
A la fin de cet ouvrage, se trouve un carnet d’exercice que je n’ai, pour ma part, pas utilisé.

Auteur : Isabelle Filliozat

Titre : Il n’y a pas de parent parfait

Edition : Marabout

Genre : Non fiction

Pages : 320