Eva Ibbotson – Reine du fleuve

Reine du fleuve est un roman d’Eva Ibbotson que j’avais déjà apprécié dans Le secret du quai 13 et Recherche sorcière désespérément. Ici, point de fantastique mais une histoire toute mignonne d’une jeune fille pas gâtée par la vie qui découvre l’Amazonie. Maya est donc une orpheline qui, un jour, se fait adopter par des parents lointains vivant au Brésil. Sur place, la jeune enfant déchantera car cette famille s’enferme constamment dans leur maison et ne veulent pas découvrir la culture mais aussi la faune et la flore qui les entoure.

Les personnages sont un peu manichéens avec la famille Carter donc, très fermée sur elle-même qui rejette tout ce qui n’est pas anglais et Maya et les amis qu’elle se fera sur place qui sont ouverts, sympathiques et gentils. Néanmoins, Reine du fleuve reste une histoire attendrissante avec quelques rebondissements bienvenue et avec une fin comme on les aime avec les « gentils » qui gagnent et les « méchants » qui ont ce qu’ils méritent.

Cette histoire permettra également aux jeunes lecteurs de découvrir Manaus et l’Amazonie en général. Dommage qu’Eva Ibbotson n’a pas insufflé un peu plus de morale dans ce livre, je pense que ça aurait pu l’améliorer.

Finalement, ce livre est celui que j’ai le moins préféré d’Eva Ibbotson. Il m’en reste encore quelques-uns à découvrir. Le prochain sera probablement L’étoile de Kazan !

3 sur 5

Auteur : Eva Ibbotson

Titre : Reine du fleuve

Edition : Albin Michel Wiz

Genre : Jeunesse, aventure

Pages : 380

Couverture : Pierre Mornet

D’autres avis : Betty, Chocolatine, Solenn

Jacqueline Wilson – Violette

La couverture me plaisait beaucoup alors j’ai emprunté ce roman pour ado.

Mon résumé:

Violette, 13 ans, n’arrive pas à s’imposer face à son frère Will, 16 ans. Elle fait toujours ce qu’il dit. Un jour, une nouvelle, Jasmine fait son apparition au collège et ça va tout changer…

Mon avis:

J’ai beaucoup aimé le personnage de Violette, cette jeune ado passionnée par les fées de Casper Dream. Elle n’est pas très sûre d’elle et très timide. Will nous parait tout de suite comme un personnage bizarre. Son rapport avec sa sœur est malsain. Il lui impose des jeux qu’elle ne veut pas, il donne des ordres et elle s’exécute, etc…

Puis vient Jasmine, la nouvelle meilleure amie de Violette que j’ai tout de suite détestée. Je n’aime pas ses manies et à chaque apparition, elle m’énervait mais j’essayais d’être patiente car je pensais qu’elle allait jouer un rôle déterminant dans cette histoire.

Après avoir refermé ce livre, j’ai été plutôt déçue. Je m’étais beaucoup attachée à Violette et Jacqueline Wilson a tourné son histoire d’une manière que je n’apprécie guère. En fait, je ne vois pas vraiment le but de cette histoire. Ça sert à montrer quoi ? Il n’y a quasi aucune leçon à en tirer.

Je donne donc la note de 7,5 car j’ai vraiment trouvé le personnage de Violette bien façonné, bien imaginé et bien développé mais l’histoire est décevante. Ce n’est pas ce à quoi je m’attendais et je trouve la fin sans intérêt. Je ne suis pas convaincue… Mais je vais tenter de lire un autre Wilson pour voir si c’est entre les idées de l’auteur et les miennes que ça ne colle pas ou si c’est juste pour ce roman-ci.

3 sur 5

Auteur: Jacqueline Wilson

Titre: Violette (VO: Midnight)

Édition: Albin Michel Wiz

Genre: Jeunesse, ado

Pages: 231

Neil Gaiman – L’étrange vie de Nobody Owens

Je n’ai pas lu Coraline. Ce livre-ci était donc mon premier Gaiman. Mais j’ai vu Coraline en film, j’ai plutôt bien aimé mais ce n’était pas un coup de coeur ou une révélation pour moi. C’est un peu la même chose avec ce roman jeunesse…

Mon résumé:

Un bébé s’enfuit de chez lui la nuit même où toute sa famille est assassinée. Il est recueilli par les habitants du cimetière qui vont l’appeler Nobody (surnom: Bod) et vont tenter de le protéger de celui qui veut absolument le tuer.

Mon avis:

Neil Gaiman sait raconter de jolies histoires qui plairont à tous les âges. « L’étrange vie de Nobody Owens » nous plonge dans la vie de ce garçon mais aussi dans celui des fantômes, des goules et des sorcières !

C’est une histoire très divertissante et qui ne fait même pas peur. Le rythme est assez bon entre les moments de calme et ceux d’action.

Les personnages ne sont pas particulièrement attachants mais on se plait quand même aux côtés de Bod, de son tuteur Silas (lui, je l’ai beaucoup aimé !) et des autres.

Le style est parfaitement adapté à la jeunesse mais ne gêne en rien le lecteur adulte.

Bref, ce fut une bonne lecture divertissante et originale mais qui manque pour moi de ce petit truc qui le rendrai inoubliable.

4 sur 5

Auteur: Neil Gaiman

Titre: L’étrange vie de Nobody Owens (The graveyard book)

Édition: Albin Michel, Wiz

Genre: Fantastique, jeunesse

Pages: 310

Eva Ibbotson – Recherche sorcière désespérément

Je flânais dans ma bibliothèque publique en quête du Graal, hum non, plutôt de ma prochaine lecture. Puis je suis tombée sur la rangée des Ibbotson. J’ai pris celui qui m’intriguait le plus. J’ai trouvé la couverture très jolie. Et hop sans réfléchir, il est atterri chez moi ! Mon instinct m’a bien guidé cette fois :).


Résumé:
Arriman le Terrible, grand sorcier du Nord, souhaite prendre épouse.
Il convie donc toutes les sorcières de la région à un grand concours afin de choisir la plus maléfique. Très vite, la cruelle Mme Olympia se révèle être la concurrente la plus redoutable. Face à elle, Belladonna se dit qu’elle n’a aucune chance avec sa magie trop blanche… Hélas ! car elle est tombée follement amoureuse d’Arriman et voudrait devenir sa Femme. Mais comment ?


Mon avis:

Je sais ce que vous vous dites: encore de la littérature jeunesse ? Oui et alors ? Ibbotson nous raconte ici une chouette histoire de sorcière. Elle inverse complètement notre vision des choses. Les héros, ici, sont les méchants ! On se retrouve dans un récit plein de noirceur, de sorts. Et pourtant l’atmosphère n’est pas lugubre du tout ! La petite touche humoristique égaye ce récit fantastique. Si vous aimez les récits loufoques, vous allez surement adorer celui-ci.

Comme je l’ai dit plus haut, les héros sont en fait des méchants. Cela n’empêche pas les sorcières d’être attachantes surtout Belladonna. Belladonna, toujours exclue, car elle ne sait faire que de la magie blanche.. Comment voulez-vous dans ces conditions séduire le plus grand mage noir du Nord ? Un autre personnage très important est le petit garçon du récit… mais chut, je ne peux rien vous dire !

L’écriture est simple sans être simpliste. On tourne les pages comme rien. La preuve, je l’ai lu en moins de 24h ! Je pense lire d’autres romans d’Ibbotson surtout qu’il y en a à ma bibliothèque municipale. Je me demande s’ils sont tous aussi drôles.

Petit bémol, la trame de l’histoire est assez simpliste. On devine très facilement ce qui va se passer. Mais peut-on vraiment dire en vouloir à un roman jeunesse pour ce défaut-là ?

4 sur 5

Auteur: Eva Ibbotson
Titre: Recherche sorcière désespérément (Vo: Witch Wich ?)
Édition: Albin Michel Wiz
Genre: Fantastique, jeunesse
Pages: 235

Et ça commence ainsi :
Dès la naissance de leur fils, M. et Mme Canker comprirent que ce n’était pas un bébé comme les autres.
Premier signe, il était né avec une dentition complète et passait des heures à déchiqueter d’énormes os de mouton dans son landau, tout en mordant dès qu’il le pouvait le nez des vieilles dames assez imprudentes pour vouloir l’embrasser. Ensuite, même s’il poussait des cris de colère quand on le changeait, il n’avait jamais la moindre larme aux yeux. Enfin, et c’était peut-être là le fait le plus étrange de tous, dès que ses parents le ramenèrent de l’hôpital et allumèrent une belle flambée au salon, la fumée qui sortit de la cheminée, sur le toit, se mit à refluer contre le vent.


Bilan: 12/26