Victor Hugo – Ruy Blas

Ma dernière lecture en date est un classique. Il s’agit de Ruy Blas de Victor Hugo, une pièce de théâtre mettant en scène Don Salluste qui va utiliser son valet pour séduire la reine d’Espagne.

Après avoir lu cette histoire, je me disais qu’elle m’en rappelait une autre. Et effectivement la folie des grandeurs est une adaptation de cette histoire même si ici, c’est plus tragique et on s’appitoie particulièrement sur le sort du pauvre Ruy Blas qui va être utilisé de bien étrange façon par son maître.

Les envolées lyriques de la reine et de Ruy Blas sont nombreuses et ce n’est pas la pièce la plus facile à lire. Néanmoins, l’intrigue est intéressante et les personnages sont plutôt charismatiques.

Voilà une pièce assez courte et agréable dans l’ensemble.

Escale 47/+75 : Madrid, Espagne

Auteur : Victor Hugo

Titre : Ruy Blas

Edition : Librio

Genre : Théâtre

Pages : 154

D’autres avis : Frankie

Françoise Sagan – Un piano dans l’herbe

Un piano dans l'herbe

Ce livre est un prêt d’un de mes collègues. J’avais une certaine crainte avant de commencer ce livre car je n’avais encore jamais lu de Sagan et c’est tout de même une grande dame de la littérature française. Finalement, mes peurs ont rapidement été balayées quand je me suis rendue compte que c’était une pièce de théâtre.

L’histoire se déroule en 1970 et nous suivons un groupe de  quarantenaires qui se retrouvent vingt ans après leur jeunesse. Leur hôte, Maud, a eu l’idée de les réunir afin de reproduire les aventures qu’ils ont vécu un certain été des années 50.

J’ai trouvé cette histoire agréable à lire. Chaque personnage a ses particularités, ses failles qu’il est intéressant de creuser. J’ai également apprécié qu’on s’intéresse aux parents de la génération 68, je n’avais encore jamais lu d’intrigue de leur point de vue même si la révolution n’est clairement pas au centre de cette pièce. Néanmoins, je pense que cette histoire peut davantage plaire à un public plus mature, à ceux qui subissent la crise de la quarantaine par exemple qui pourront mieux s’identifier aux protagonistes.

Le style est quant à lui, charmant bien que parfois un peu désuet. Les réflexions et les jolies phrases sont nombreuses.

Cette lecture fut donc une rencontre concluante avec la plume de Françoise Sagan. Je lirai surement d’autres œuvres de cette romancière sans appréhension. Avez-vous des titres à me conseiller ?

Auteur : Françoise Sagan

Titre : Un piano dans l’herbe

Edition : Pocket

Genre : Théâtre

Pages : 126

D’autres avis : Violette, Margotte

Corneille – Le Cid

Le cid

Le Cid est une pièce de théâtre tragique. Chimène et Rodrigue s’aiment et vont se marier. Mais l’honneur de leurs pères va les séparer…

J’ai beaucoup aimé cette histoire d’amour torturé. Que faut-il choisir entre le devoir et la passion ? C’est un peu la question que pose ici Corneille dans cette pièce. Rodrigue et Chimène sont des personnages intéressants qui vont jusqu’au bout de leurs idées même si ça leur crève le coeur.

Le style de Corneille est accessible. Je comprends maintenant pourquoi on le fait lire aux adolescents à l’école. Son écriture est aussi très jolie. Cela doit faire un grand effet que de voir jouer cette pièce.

Bref, Le Cid n’est pas ma pièce préférée mais je la trouve tout de même très belle et accessible. A conseiller à tous !

4 sur 5

Challenge un classique par mois

Auteur : Corneille

Titre : Le Cid

Edition : Le livre de poche

Genre : Théâtre, classique

Pages : 190

D’autres avis : EvyAkanthaLunaKincaid40MelisendeAudreyyClairdeluneMiharuKaegenCoffee-BookElarinyabal-des-livres-fousPanthèreEnjoyBooksMiddie

William Shakespeare – Le Songe d’une nuit d’été

Le songe d'une nuit d'été

En avril, je voulais choisir un classique pas trop volumineux vu que je savais que j’allais attaquer Proust en mai. C’est pourquoi, j’ai décidé de me lancer dans une pièce de théâtre. Cela faisait pas mal de mois que je n’en avais pas lu. Après avoir demandé conseils à mes camarades lecteurs, j’ai finalement fait ma têtue et choisie le Shakespeare qui m’inspirait le plus : Le songe d’une nuit d’été.

Avant tout, je dois vous dire que Shakespeare et moi ne sommes pas vraiment copains. J’ai lu par moi-même Roméo et Juliette quand j’étais adolescente et j’ai ensuite dû lire pour l’école Hamlet. A chaque fois, j’ai été déçue. Je trouve qu’il y a trop de personnages. Que tout se passe trop vite… Bref, je n’accroche pas alors que pourtant, j’aime d’autres pièces de grands auteurs tels que Molière ou Ibsen.

Je pensais donc que Le songe d’une nuit d’été allait être l’oeuvre qui allait me réconcilier avec Shakespeare. En effet, le thème me parlait bien. On y évoque la féérie entre autres. Mais bon, ça ne passe pas. J’ai dû me faire souffrance pour finir cette pièce de théâtre.

D’abord, toujours le même problème, il y a trop de personnages, je m’y perds et le temps que je trouve mes repères, la pièce est presque terminée. De plus, j’ai trouvé le caractère des personnages trop exagéré. Et j’ai encore eu cette impression que tout se passe trop vite, comme dans Roméo et Juliette.

Bref, je n’adhère toujours pas à l’oeuvre de Shakespeare. Je réessaierai peut-être dans 10 ans !

1 sur 5

Challenge un classique par mois

Auteur : William Shakespeare

Titre : Le songe d’une nuit d’été

Edition : Librio

Genre : Classique, théâtre

Pages : 96

D’autres avis : Lyra Sullivan, calypso, arlavor, Elora, Lefsö

Maurice Leblanc – Une aventure d’Arsène Lupin

Pour le combat d’auteurs, je voulais aussi lire du Maurice Leblanc mais je savais que j’aurais très peu de temps pour le lire. Heureusement, cet auteur a également écrit des histoires courtes. Une aventure d’Arsène Lupin en est un parfait exemple. C’est une scénette, une pièce de théâtre en un acte d’environ 20 pages qui se trouve dans le premier volume de l’intégrale publiée chez Omnibus.

De quoi ça parle ? Hé bien d’un superbe bijou en émeraude que ce cher Arsène a pour projet de dérober. Je ne vous raconte pas la suite, sinon vous saurez tout de cette petite pièce.

Ce qui est bien avec ce  format, c’est que toutes les descriptions, tous les moments creux sont exclus. On se concentre sur l’essentiel : Arsène et ses actions. C’est un personnage toujours aussi charismatique que dans mes souvenirs. J’adore trembler pour lui en me disant qu’il est foutu alors qu’en fait, non, il a tout prévu et a trois coups d’avance sur tout le monde. Il semblerait que ce ne soit pas le cas de toutes ses aventures mais pour l’instant, j’adore le voir tout maîtriser.

Au niveau de l’histoire, et bien, c’est dans la pure tradition des Arsène Lupin. On adore voir le personnage s’emparer des objets de riches et tenter de ne pas se faire repérer. Il n’y a pas à dire, c’est certainement le plus sympa des cambrioleurs.

Bref, c’était vraiment chouette de redécouvrir Arsène Lupin dans un format court. Evidemment, on a envie de rester plus longtemps en sa compagnie mais c’est idéal pour ceux qui ont une envie subite de Leblanc mais peu de temps devant eux.

4 sur 5

Auteur : Maurice Leblanc

Titre : Une aventure d’Arsène Lupin

Edition : Omnibus

Genre : Théâtre, policier

Pages : 20

Et hop, une chronique de plus pour :