Manga no Mokuyobi [14]

Bonjour à tous !

Manga no Mokuyobi

J’ai décidé de rejoindre Azilis et TheChouille dans leur rendez-vous Manga no mokyubi qui a lieu chaque jeudi et qui va me permettre de vous parler des mangas que j’ai lu chaque semaine. Vu qu’en général, j’ai du mal à faire de longues chroniques et que j’ai envie de lire plus de mangas en ce moment, ce rendez-vous tombe à pic ! Je chroniquerai désormais les sagas que lorsqu’elles seront complètes. J’aurais alors plus de choses à raconter ^^.

 

La cité Saturne, tome 4 d’Hisae Iwaoka

La cité saturne tome 4

Il était temps que je reprenne La cité Saturne même si le dernier tome m’avait laissé mitigée. J’ai eu la même impression en commençant ce quatrième volume mais heureusement les nuages ont laissé place au soleil et je commence enfin à voir le fil rouge de cette histoire. Et ça me donne même très envie de continuer. Donc, je suis bien contente d’avoir repris la saga avec ce tome charnière. Espérons que la suite sera à la hauteur de mes espérances !

Manga no Mokuyõbi [8]

Manga no Mokuyobi

Bonjour à tous !

J’ai décidé de rejoindre Azilis et TheChouille dans leur rendez-vous Manga no mokyubi qui a lieu chaque jeudi et qui va me permettre de vous parler des mangas que j’ai lu chaque semaine. Vu qu’en général, j’ai du mal à faire de longues chroniques et que j’ai envie de lire plus de mangas en ce moment, ce rendez-vous tombe à pic !

La cité saturne 3

La Cité Saturne, tome 3 d’Hisae Iwaoka

Ce tome me rend à nouveau perplexe. Je me suis un peu ennuyée et je n’arrive décidément pas à trouver le fil rouge de cette histoire. Néanmoins, je vais la continuer vu que j’ai la série complète.

Princess Jellyfish 8

Princess Jellyfish, tome 8 d’Akiko Higashimura

Je m’éclate toujours autant avec ce manga. C’est drôle, léger, parfait après une journée de boulot. Et puis l’air de rien, l’histoire évolue et les personnages deviennent plus attendrissants.

Manga no Mokuyõbi [6]

Manga no Mokuyobi

Bonjour à tous !

J’ai décidé de rejoindre Azilis et TheChouille dans leur rendez-vous Manga no mokyubi qui a lieu chaque jeudi et qui va me permettre de vous parler des mangas que j’ai lu chaque semaine. Vu qu’en général, j’ai du mal à faire de longues chroniques et que j’ai envie de lire plus de mangas en ce moment, ce rendez-vous tombe à pic !

La cité Saturne tome 2

La Cité Saturne, tome 2 d’Hisae Iwaoka

Enfin de retour pour vous parler de mangas ! Alors, j’ai lu récemment le deuxième volume de la Cité Saturne que j’ai préféré au premier. Je suis arrivée à apercevoir la trame principale de l’histoire et je commence vraiment à m’attacher à Mitsu. Il fait de nombreuses rencontres intéressant dans ce deuxième tome. Bref, j’accroche de plus en plus et j’ai très envie de découvrir la suite.

Manga no Mokuyõbi [5]

Manga no Mokuyobi

Bonjour à tous !

J’ai décidé de rejoindre Azilis et TheChouille dans leur rendez-vous Manga no mokyubi qui a lieu chaque jeudi et qui va me permettre de vous parler des mangas que j’ai lu chaque semaine. Vu qu’en général, j’ai du mal à faire de longues chroniques et que j’ai envie de lire plus de mangas en ce moment, ce rendez-vous tombe à pic !

La cité saturne

La Cité Saturne, tome 1 d’Hisae Iwaoka

J’ai commencé cette semaine la saga La Cité Saturne que j’avais repéré chez Lelf. J’ai trouvé ce premier tome très spécial. Dans ce monde, les humains ne vivent plus sur terre mais dans un anneau qui a été construit autour de lui à 35 000 mètres d’altitude.Mitsu est un garçon sortant du collège qui va commencer à travailler en tant que laveur de vitres. Son boulot est donc de sortir de l’anneau et de nettoyer les vitres extérieures.

On ne peut manquer le côté poétique indéniable de cette oeuvre. Comme Mitsu, on apprécie de regarder la Terre de loin. J’ai été plus déstabilisée par l’histoire. En effet, pour l’instant, je ne perçois pas encore le fil conducteur de cette intrigue. Mitsu travaille, enchaîne les missions qu’on lui confie mais je ne sais pas du tout vers quoi l’on se dirige. A voir dans le tome 2 !

Serge Brussolo – Ce qui mordait le ciel…

Pour le combat d’auteurs, j’avais envie de découvrir un livre de science-fiction de Serge Brussolo. Mon choix s’est finalement arrêté sur Ce qui mordait le ciel… qui semble assez apprécié. Mais de quoi, ça parle au juste ? David est employé dans une société de pompes funèbres intergalactique. Son patron s’est rendu compte qu’ils ont fait une bévue il y a plusieurs dizaines d’années. Au lieu d’injecter un vaccin à des tomocks (des bisons de plusieurs mètres de haut), ils leur ont administré une substance qui transforme le corps une fois mort en quartz géant. Les tomocks ont reçu une dose très conséquente (100 x la dose pour un humain). David est donc chargé d’aller à Sumar, la planète où vivent ces tomocks afin de voir quelles sont les répercussions de cette regrettable erreur…

De Brussolo, j’avais seulement lu un Peggy Sue quand j’étais adolescente. Bien que cette histoire-ci n’a rien à voir avec cette saga jeunesse, je retrouve tout de même l’imagination inépuisable de l’auteur. Il a vraiment pensé à toutes les conséquences que cette bévue peut avoir sur la vie des habitants cette planète. Au fil du périple de David, nous découvrirons plusieurs peuples qui tentent tant bien que mal de survivre au milieu des montagnes de quartz de plus en plus nombreuses. Je regrette tout de même une scène de sexe qui arrive vraiment comme un cheveu sur la soupe et qui n’a strictement aucune utilité. Je m’en serai bien passé.

La plume de Serge Brussolo est tout à fait correcte. Il n’y a rien de superflu dans ces 217 pages et l’auteur va directement au coeur du sujet, sans toutefois oublier de nous donner quelques explications sur les choix politiques de certains peuples. J’avoue que les personnages m’ont laissé indifférente. David, n’est comme nous, qu’un spectateur de l’histoire qui se déroule devant lui tandis que les autres protagonistes semblent bien trop atteints de folie pour être attachants.

Ce roman est donc plus une découverte d’un nouveau monde original qu’une intrigue excitante. La fin est d’ailleurs frustrante car elle est bien trop ouverte. J’aurais aimé que l’auteur nous donne un indice sur le choix qu’allait faire David. Il reste tout de même un très bon divertissement et je suis toujours aussi ébahie devant l’imagination de Serge Brussolo !

4 sur 5

Auteur : Serge Brussolo

Titre : Ce qui mordait le ciel…

Edition : Folio SF

Genre : SF, planet opera

Pages : 217

D’autres avis : Betty, Nathalie