Philippe Claudel – Les âmes grises

les âmes grises

Voilà une éternité que je n’ai plus lu de romans de Philippe Claudel. Pourtant, je suis fan de sa plume si poétique.

Les âmes grises est un de ses titres les plus connus mais également un des plus sombres. Le roman se passe pendant la première guerre mondiale dans un village près du front. La vie est plutôt tranquille et pourtant une atmosphère assez lugubre s’installe doucement.

Cette ambiance s’ombre s’installe presque sans crier garde. On m’avait pourtant prévenu que ce roman était dur mais je ne m’attendais pas à ça. Je m’attendais à ce qu’un événement horrible se passe et pousse tout ce beau monde dans un grand cauchemar. Mais Philippe Claudel est plus fin que ça. C’est petit à petit que tout cela prend forme et finalement, cela rend l’intrigue plus oppressante.

Quant au style, je suis à nouveau charmée ! L’écriture de Philippe Claudel est tellement belle, sensible. Elle me touche en plein coeur et je n’ai aucun mal à imaginer ce que l’auteur a voulu nous transmettre.

Bref, Les âmes grises est effectivement un roman dur, à ne pas mettre entre toutes les mains mais c’est tout de même une histoire qui mérite d’être lue.

Auteur : Philippe Claudel

Titre : Les âmes grises

Edition : Le livre de Poche

Genre : Historique

Pages : 280

D’autres avis : Nathalie

Chris Womersley – Les affligés

Les affligés

Dans cette histoire, on suit le jeune Quinn de retour après 10 ans dans sa ville natale qu’il a fui lorsqu’il avait 16 ans parce qu’on l’avait trouvé en sang et un couteau à la main à côté du cadavre de sa petite soeur. Il est de retour pour montrer son innocence mais sa quête ne va pas être facile…

Ce roman est vraiment captivant de bout en bout. J’ai suivi fébrilement Quinn qui tente de comprendre ce qui l’a poussé à retourner à Flint, sa ville natale. C’est vraiment un personnage très attachant. Il sera accompagnée de Sadie Fox, une petite fille et étrange qui semble connaître beaucoup de choses.

Ce roman est à lire juste pour son ambiance particulière et indescriptible. J’y ai retrouvé tout l’aspect mystique de l’Australie. Les affligés parle également de thèmes divers : la première guerre mondiale, la vie rurale en Australie de l’Ouest, la relation fraternelle, la mémoire et la vengeance.

Le style de Chris Womersley est hypnotique. Je suis arrivé au bout de ce livre sans m’en rendre compte. Je pense en découvrir d’autres de cet auteur, La mauvaise pente par exemple.

Mon seul regret ? Que le roman ne soit pas surprenant. On voit assez facilement où l’auteur veut en venir et j’aurais aimé être davantage surprise par cette histoire. C’est dommage car le coup de coeur n’était vraiment pas loin mais je vous conseille tout de même très vivement ce récit dont on ne sort pas indemne.

Challenge des globe-readers

Escale 25/+75 : Flint, Australie

Auteur : Chris Womersley

Titre : Les affligés

Genre : Drame, Historique

Edition : J’ai lu

Pages : 318

D’autres avis : clarajosteinjeromeBettyStephanie-plaisir de lireReadingintherainAlex-Mot-à-MotspaikanneKyradieuse

Antonia Medeiros – Les Crèvecoeur, tome 1 : Edith

Crevecoeur

Raphaël vient d’apprendre que l’homme qu’il croit être son père n’est pas le bon. Il a alors envie d’approfondir la vie de Germain Crèvecoeur, l’homme qui lui a donné la vie. On fait des allers retours entre le passé et le présent avec lui. On y découvrira entre autres Edith, une jeune femme qui s’est mariée début du siècle dernier et qui était infirmière pour les blessés allemands pendant la première guerre mondiale.

Les Crèvecoeur est une série qui démarre tout en douceur. On ne peut pas dire que ce soit une saga fort rythmée. Mais on prend plaisir à dénouer le passé en compagnie de Raphaël. Les nombreux flashbacks permettent vraiment de s’imprégner de la vie d’Edith et de son exécrable mari. L’immersion historique était bien au rendez-vous.

J’avoue que le style d’Antonia Medeiros ne m’a pas particulièrement marquée. C’est peut-être une bonne chose que son écriture s’efface face à l’histoire après tout. Le récit est efficace bien qu’assez court.

Néanmoins, vous devez le sentir dans cette chronique, je n’ai pas été subjuguée par ce premier tome et j’avoue ne pas en avoir grand souvenir une semaine après ma lecture. Néanmoins, je lirai peut-être le second opus car il faut bien avouer que j’ai tout de même passé un agréable moment en lisant ce premier volume.

C’est donc maintenant à vous de voir si le résumé titille votre curiosité ou non ;).

un genre par mois avril

Auteur : Antonia Medeiros

Titre : Les Crèvecoeur, tome 1 : Edith

Edition : La Bourdonnaye

Genre : Historique

Pages : 185

D’autres avis : Les Reines de la nuit, Queenofreading