Olivier Boiscommun, Sylvain Runberg – Le Règne, tome 1 : La Saison des démons

Un tigre, une guéparde, un bouc. Un trio de mercenaires unis par cette réalité intemporelle : l’union fait la force. Car le règne de l’Humanité est révolu. Et de ses cendres est né le règne de la violence.

J’ai été attirée par cette bande dessinée à la bibliothèque par cette magnifique couverture de Boiscommun. J’avoue que je ne suis pas une grande fan de l’anthropomorphisme mais le résumé me tentait plutôt bien. On se trouve donc dans un monde post-apocalyptique où les hommes ont disparu et ont laissé en héritage aux animaux qui se développent désormais en société une terre ravagée par les dérangements climatiques.

Le règne de la violence est là. On trouve dans ce livre des nobles, des pillards, des esclaves, des mercenaires. Bref, tout le monde tire un peu la couverture à soi pour tenter de survivre dans ce monde où la météo n’en fait qu’à sa tête. Je ne suis pas fan de toute cette violence même si elle sert effectivement l’histoire. L’intrigue du coup, en est un peu amoindrie et les auteurs choisissent de nous donner plus de détails sur ce monde à la fin de la BD, sous forme de quelques textes hors cases. Je trouve ça un peu dommage de devoir faire un “à côté” pour expliquer l’univers. C’est peut-être un signe que la BD est mal construite…

Niveau dessin, j’ai vraiment été charmée par le trait d’Olivier Boiscommun. J’aime beaucoup l’utilisation de l’aquarelle. Le fait d’utiliser des animaux permet également de montrer l’étendue de son talent de dessinateur.

Même si mon avis peut sembler en demi-teinte, j’avoue être quand même emballée par le concept de cet univers post-apo. Je pense lire le 2ème (et dernier tome du cycle) si j’ai l’occasion de le croiser.

On se retrouve ce mercredi chez Noukette !

Zoo géographique : Asie : Tigre

Auteurs : Sylvain Runberg, Olivier Boiscommun

Titre : Le Règne, tome 1 : La Saison des démons

Edition : Le Lombard

Genre : BD

Pages : 56

Robert Kirkman, Charlie Adlard – Walking Dead, tome 14 : Piégés !

walking dead 14

Après plus de deux ans d’arrêt, je reprends enfin le comics Walking Dead. Je ne sais pas vraiment pourquoi j’ai attendu si longtemps avant de lire cette suite. Peut-être parce que j’ai trop de livres à lire. En attendant, la série adaptée du comics commençait à rattraper le comics, il était donc plus que temps que je lise ce quatorzième opus pour ne pas me faire spoiler.

Finalement, je n’ai aucun mal à me replonger dans cette histoire ! Alors que le tome 13 était plutôt calme, ici, comme le laisse supposer le titre et la couverture, c’est beaucoup plus mouvementé pour le groupe de Rick ! La tension monte bien dans ce tome et les drames s’enchaînent.

Bref, ça m’a vraiment donné à la bouche et j’ai maintenant bien envie de continuer avec le tome 15 sans traîner !

Auteurs : Charlie Adlard, Robert Kirkman

Titre : Walking Dead, tome 14 : Piégés !

Edition : Delcourt

Genre : Comics

Pages : 144

D’autres avis : Frankie, Walpurgis

Brandon Sanderson – Coeur d’acier

coeur-d-acier-brandon-sanderson

Qui dit super vilains dit super héros derrière pour pouvoir les combattre. Mais s’il existait des méchants dotés de super pouvoirs et personne pour les contrer ? C’est dans cet univers que tient place l’intrigue de cette nouvelle série de Sanderson. On y suit David, un jeune homme de 18 ans qui rêve de rejoindre les Redresseurs, un groupe d’humains qui tentent d’éliminer les Épiques.

Cela devient une constante avec Sanderson : j’ai adoré ! Brandon Sanderson arrive vraiment à créer une histoire de science-fiction originale, cohérente et addictive. Les personnages sont, encore une fois, ultra charismatiques. J’aime David et la fougue de sa jeunesse mais également tous les Redresseurs qui cachent tous des qualités et des faiblesses. Les Epiques sont également très intriguants. J’ai aimé découvrir comment ils sont classifiés et l’étendue de leur pouvoir. Typique de Sanderson, Coeur d’acier (qui est bien le nom du grand méchant et non du héros !) est vraiment redoutable et parait impossible à battre. Rien que de voir son nom, on en frissonne !

L’univers de Coeur d’acier est très sombre, très post-apo. Heureusement la “fraicheur” vient de la relation entre les personnages, de leur tentative d’humour ou des sentiments qui commencent à émerger en eux.

Bref, Brandon Sanderson nous propose encore une histoire impeccable et haletante dans un monde sensationnel. Vite, la suite !

Auteur : Brandon Sanderson

Titre : Coeur d’acier

Edition : Orbit

Genre : Science-fiction

Pages : 324

D’autres avis : Nathalie, Phooka, Mycoton, Ptitelfe , Koré 

Pierre Bordage – Chronique des ombres

Chroniques des ombres

Chroniques des ombres ? C’était super génial ! Ah vous voulez que je développe ? Allez, c’est parti.

Chroniques des ombres est un roman post-apo de plus de 800 pages. Le genre humain est divisé en deux parties. D’un côté, il y a les citées unifiées. Celle que nous allons suivre, NyLoPa regroupe New-York, Londres et Paris. Dans ces cités, la technologie est reine et chaque citoyen est doté d’une micro-puce. Les fouineurs sont des ultra-flics doté d’une puce améliorée qui est reliée à la base de données générale et qui permet d’analyser les situations et d’établir des statistiques précises. En dehors des cités, le chaos règne sur le pays horcite. Après les guerres nucléaires, ce peuple délaissé s’est regroupé en clans et tentent de survivre malgré les nombreuses maladies et transformations.

Voilà le topo de ce monde enchanteur. C’est à travers de 4 personnages que nous allons découvrir son évolution. Il y d’une part deux fouineurs parisiens : le fraîchement nommé Ganesh et le baroudeur Théodore. En pays horcite, nous suivrons Naja, jeune femme de 20 ans du clan Pégase et Deux lunes, un guérisseur du clan de Haut lieu.

Pierre Bordage choisit d’alterner les chapitres entre NyLoPa et le pays horcite. C’est un moyen très intéressant de faire de cet ouvrage un vrai turn over vu qu’évidemment, il termine chaque chapitre d’une manière à nous donner tout de suite envie de retrouver les personnages.

L’univers de ce post-apo m’a semblé particulièrement d’actualité. Les citées unifiées semblent être une parfaite conséquence d’un monde qui troque sa liberté afin de gagner en sécurité. Le pays horcite, lui, nous rappelle que la paix que nous vivons aujourd’hui en Europe peut voler en éclat dans un monde en chaos.

Bref, ce livre m’a vraiment apporté une réflexion sur notre façon d’appréhender le monde mais m’a également permis de passer un super moment. Car c’est vraiment un roman d’aventures avec une bonne dose de thriller ou de roman policier. Il y a vraiment de quoi se régaler !

En plus, j’ai trouvé les personnages très réalistes et charismatiques.

J’ai adoré Chroniques des ombres et j’espère que vous allez vous précipitez sur sa version poche qui vient de sortir.

Auteur : Pierre Bordage

Titre : Chroniques des Ombres

Genre : Science-fiction, post-apo

Edition : J’ai lu

Pages : 862

D’autres avis : gruz, valunivers, Séverine de Songe d’une nuit d’été, Cornwall, Lune

Olivier Péru, Sophian Cholet, Simon Champelovier – Zombies, tome 3 : Précis de décomposition

zombies tome 3

Pour ma première participation de l’année à la BD du mercredi, j’ai repris une série qui n’a jamais su totalement me convaincre mais à qui je donne régulièrement de nouvelles chances de me séduire. Me voilà donc partie dans le troisième tome de Zombies qui m’a encore plus laissé mitigée que les précédents. Explications.

L’eau a coulé depuis la sortie du dernier tome de Zombies. Peut-être trop d’ailleurs car j’ai eu un mal fou à me rappeler de tous les personnages. J’étais d’autant plus perdue que les auteurs ont décidé d’introduire pas mal de  nouveaux personnages.

Alors pour moi le gros souci de cette série, c’est qu’elle est sur les mêmes plates-bandes que Walking Dead mais qu’elle ne lui arrive pas à la cheville. Alors qu’auparavant, cette saga avait trouvé un angle d’attaque original, dans Précis de décomposition, on se retrouve avec les mêmes questionnements concernant la survie que dans Walking Dead.

Deuxième défaut qui n’est pas des moindres : les auteurs ont décidé de clôturer assez brutalement ce cycle mais en laissant tellement de questions en suspens qu’on sent très bien qu’ils ont envie de continuer l’aventure. Cela me laisse un goût amer en bouche car j’ai vraiment l’impression que c’est l’aspect mercantile qui pousse cette saga et non l’intrigue qui mérite plus de développement. La dernière page de ce volume montre qu’ils ont envie de transposer cet univers dans d’autres endroits de la planète, par exemple en Europe. Et là, je me suis dit : Mais c’est génial de placer cette histoire en Europe car la configuration n’est pas du tout la même (ne serait-ce que pour la libre circulation des armes qui n’est pas pareille qu’en Amérique). Puis je me suis rendue compte que les auteurs auraient pu le faire dès le début et que cela aurait permis de se démarquer dès le départ des productions américaines.

Néanmoins, je suis vraiment admirative du dessin de Sophian Cholet. Les personnages et les décors sont minutieusement détaillés, les couleurs sont loin d’être criardes et font vraiment naturelles. Les planches montrant des paysages sont à couper le souffle.

Vais-je lire les autres cycles de Zombies ? J’avoue ne pas savoir encore…

Découvrez d’autres BD dans le rendez-vous de Mango :

BD du mercredi

Auteurs : Olivier Péru, Sophian Cholet, Simon Champelovier

Titre : Zombies, tome 3 : Précis de décomposition

Edition : Soleil

Genre : BD, SF, Post-apocalyptique

Pages : 46

D’autres avis plus enthousiastes : Madoka, Yaneck, Sin City