Tao Lin – Richard Yates

richard yates

J’étais vraiment impatiente de découvrir ce roman. Les critiques étaient plus qu’élogieuses sur ce livre qui brosse le quotidien de la génération Y. Et effectivement, c’est un livre qui marque. Attention, c’est un O.V.N.I littéraire !

Dakota Fanning et Haley Joel Osment aiment chatter ensemble. Non, ce ne sont pas les acteurs éponymes mais bien de simples inconnus. Leur quotidien est morose et leur relation en dents de scie.

Bon, c’est typiquement le roman que je ne vous conseillerai pas si vous êtes un brin déprimé. Le mal-être des personnages est omni-présent et ils ont continuellement envie de mettre fin à leur jour. Mais cela reste tout de même un portrait très instructif de la jeunesse actuelle. Jeunesse qui a perdu tous ses repères, qui n’a aucune foi en l’avenir, qui a des difficultés à se projeter plus loin que quelques jours en avant mais surtout une jeunesse qui ne sait plus comment entretenir des relations. Dans ce monde où l’individualisme est devenue une valeur, il est difficile de mener à bien une aventure amoureuse. Ce sujet sera au coeur de la deuxième partie de ce roman. Dakota et Haley sont touchants par leur incapacité à mener à bien leur amour. Haley demande toujours plus à Dakota qui tente d’être à la hauteur des exigences de Haley mais qui se sent complètement nulle et misérable par rapport à lui.

Un sujet donc captivant et intéressant. Mais le style de Tao Lin qui fait certainement partie de ce tout m’a empêché de dévorer ce livre. L’auteur a pris le parti d’en faire un récit très oral et répétitif. Le nom de Dakota Faning et Haley Joel Osment est repris en intégralité dès qu’ils sont mentionnés, ce qui donne vraiment un aspect répétitif à l’ensemble.

Ce livre ne sera donc pas un coup de coeur même s’il restera une lecture marquante.

Auteur : Tao Lin

Titre : Richard Yates

Edition : J’ai lu

Genre : Contemporain

Pages : 213

D’autres avis : Tuc & Moshi, Davidhbrt

Inio Asano – Un monde formidable (2 tomes)

Mon avis :

J’avais adoré Solanin du même auteur il y a un peu plus d’un an. Ce petit bijou m’avait fait passer par une grande palette d’émotions. Je m’identifiais à chaque personnage.

Ici, il m’est arrivé la même chose. Pourtant, nous n’avons pas affaire à une seule histoire linéaire. C’est plutôt une série de courtes histoires qui s’enchainent tout en ayant un lien entre elles.

On retrouve tous les âges de la population nippone dans ce manga. De l’enfant qui subit l’hijime (le souffre-douleur) de ces camarades à l’homme qui commence sa retraite.

Même si on fait que les apercevoir, j’ai vraiment su m’attacher à chacun de ces personnages qui essaient comme ils peuvent de conjuguer la vie difficile qu’ils vivent et les rêves qu’ils veulent réaliser.

Comme Solanin, l’ambiance est assez sombre dans ce manga pourtant, on finit toujours par apercevoir cette petite touche d’espoir qui habite chaque personnage.

Toutes ces histoires sont regroupées dans 2 tomes que je vous invite à enchaîner. Même si ce livre peut-être perçu comme un recueil de nouvelles, il est bon de les lire à la suite car certaines font échos à d’autres et surtout car on assiste au retour de certains personnages et il vaut mieux se rappeler de leur histoire pour bien apprécier cette oeuvre.

Bref, aucun faux pas pour Inio Asano avec ce manga qui est comme Solanin, un véritable chef d’oeuvre pour moi.

5 sur 5

Le petit plus : Seulement en 2 tomes !

Retrouvez aussi mes avis sur d’autres mangas d’Inio Asano :

– Les 2 tomes de Solanin

Le quartier de la lumière, un manga qui m’avait déçue

Auteur : Inio Asano

Titre : Un monde formidable

Edition : Made In

Genre : Manga, seinen

Pages : 202 et 211