Gail Carriger – Le protectorat de l’ombrelle, tome 4 : Sans coeur

sans coeur

Après avoir trouvé le tome 3 un peu en deça, j’ai été ravie de retrouver Alexia Tarabotti dans cette quatrième aventure que j’ai adoré de bout en bout ! Pour tout vous dire, il ne m’a fallu qu’un week-end pour venir à bout de ce roman de plus de 400 pages.

On retrouve Alexia quelques mois après les événements du tome 3. Elle est en fâcheuse posture et pour changer, il y a encore des êtres surnaturels qui tentent de la tuer. Oh et puis elle doit mener une enquête très étrange sur une menace qui semble peser sur la reine Victoria. Bref, alors qu’Alexia, vu son état, devrait se reposer, elle va devoir être plus active que jamais !

J’ai retrouvé dans ce tome tout ce que j’adore dans cette saga : les dialogues savoureux entre Alexia et Maccon, les personnages secondaires que j’adore (Lord Akeldama et le Professeur Lyall). Ce tome permet également d’en apprendre plus sur certains personnages ou de découvrir ce qu’est la vie d’un jeune loup grâce au petit dernier de la meute.

Bref, Sans coeur fut un vrai régal et je n’ai plus qu’une hâte : connaître le fin mot de l’histoire grâce au tome 5 : Sans âge !

Auteur : Gail Carriger

Titre : Le protectorat de l’ombrelle, tome 4 : Sans coeur

Edition : Le livre de poche

Genre : Fantastique, Steampunk

Pages : 445

D’autres avis : Ethernya, Salhuna, Frankie, Mortuum, Nane, Karline, Evy, Acr0, Mina, Mycoton

Roy Lewis – Pourquoi j’ai mangé mon père

pourquoi j'ai mangé mon père

Voilà une éternité que je voulais lire Pourquoi j’ai mangé mon père de Roy Lewis. On m’avait vanté un roman à la fois drôle et instructif sur le préhistoire. J’en sors tout de même très mitigée…

L’histoire est celle d’Ernest, un jeune garçon qui a un père, Edouard, passionné par l’évolution et les nouvelles découvertes. La petite famille va voir son confort s’améliorer grâce à l’arrivée du feu mais c’est loin d’être la seule invention d’Edouard.

Bon, au niveau de l’humour, je n’ai rien à redire. Je n’ai pas ri en lisant ce livre mais j’ai souri à de nombreuses reprises tellement les anachronismes et les dialogues des personnages sont marrants. J’ai beaucoup aimé voir l’oncle réfractaire aux nouvelles inventions ou encore voir comme certains accidents provoquent des découvertes.

Néanmoins, on ne peut pas dire que j’ai appris grand chose. Il y a finalement très peu d’ancrage social ou historique. Bon, ok, il y a un oncle qui voyage et qui voit ce qu’il se passe dans les autres continents mais ce n’est que quelques lignes sur un roman qui compte une bonne centaine de pages.

Au niveau de l’intrigue, je dirai simplement qu’on suit l’évolution de cette famille mais il n’y a pas vraiment de réels enjeux ou remises en question.

Bref, j’ai souri en lisant cet ouvrage mais je ne pense pas en garder un souvenir impérissable.

Auteur : Roy Lewis

Titre : Pourquoi j’ai mangé mon père

Edition : Pocket

Genre : Historique, Humour

Pages : 192

D’autres avis : Hajar, Tomisika

Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, René Goscinny et Albert Uderzo – Astérix, tome 36 : Le papyrus de César

Le papyrus de César

Bon… Ce n’est pas facile avec tout ce qui se passe en ce moment. Mais comme moi, vous avez peut-être besoin en cette période sombre de penser à autre chose… Je ne pouvais reprendre l’activité de ce blog qu’en parlant d’Astérix. Après tout, ce petit village gaulois qui résiste à l’envahisseur romain est une parfaite source d’inspiration et de motivation pour nous tous !

Mais alors que vaut ce 36ème opus ? J’avoue l’avoir un peu moins apprécié que les Pictes. J’ai trouvé certaines blagues un peu lourdes, comme si les auteurs avaient voulu trop en faire. Néanmoins, l’esprit de la série reste bien présente et c’est toujours agréable de retrouver nos valeureux Gaulois.

Au niveau du dessin, je n’ai rien à redire non plus. Les personnages sont toujours parfaitement croqués et c’est agréable de retrouver César.

Bref, un tome un peu en deça du précédent mais tout de même agréable et avec une bonne idée de départ.

Auteurs : Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, René Goscinny et Albert Uderzo

Titre : Astérix, tome 36 : Le papyrus de César

Edition : Albert René

Genre : BD

Pages : 48

D’autres avis : PaulineMoncoinlivresqueTachanbardikaRVkl0unyLinelopilyenmerryfantasyLucy13Madame_LoveSockscranberriesAlex-Mot-à-Motslovematsujun

 

Emmanuel Despujol – Le dixième peuple, tome 1 : Aha

Le dixième peuple

Aujourd’hui, je vous parle d’une BD que j’ai lu l’année passée. Mon souvenir est donc très lointain et la chronique risque d’être fort courte. Désolée !

En tout cas, j’aime beaucoup la couverture de ce premier tome. A l’intérieur, on découvre d’abord une carte et on voit que des civilisations avec des tas d’animaux existent. Déjà, ça, ça me plait j’avoue !

La suite est très agréable aussi vu qu’on suit le nain Aha, pas piqué des vers qui va devoir tenter de réunir les différents peuples. La force de cette BD est sans conteste Aha, son côté ripailleur nous le rend directement attachant. C’est également intéressant de découvrir son pouvoir (mais je ne vous en dirai pas plus 😉 ).

Bref, voilà une bande dessinée qui  a du potentiel ! Mais j’avoue être un peu craintive quand je me rends compte qu’il s’agit d’un diptyque. Cela me semble très peu pour développer cet univers qui parait pourtant foisonnant.

Auteur : Emmanuel Despujol

Titre : Le dixième peuple, tome 1 : Aha

Genre : BD, Fantasy

Edition : Paquet

Pages : 46

Vaïnui de Castelbajac – Docteur Rorschach

Docteur Rorschach

Docteur Rorschach est une BD qui se lit en moins d’un quart d’heure. Le concept est simple : une case par page dans laquelle on retrouve toujours le docteur Rorschach dans son fauteuil et un ou plusieurs patients sur le sofa.

La couverture vous donne le ton. On est ici face à un ouvrage à une BD comique rempli de jeux de mots en tout genre.  Ça ne vole jamais haut, c’est très court mais c’est fort amusant.

J’aime beaucoup le style épuré de Vaïnui de Castelbajac, les couleurs sont jolies, éclatantes et on peut facilement se concentrer sur le texte car l’image n’est pas trop envahissante. Et on voit toutes sortes de personnages et d’objets se bousculer chez le psychiatre !

Bref, je vous conseille cet ouvrage pour un bon moment de détente.

Auteur : Vaïnui de Castelbajac

Titre : Docteur Rorschach

Genre : BD

Edition : Delcourt

Pages : 96