Cathy Dujardin – Féelynides, tome 1 : Attraction

Couverture de Féelynides, tome 1 : Attraction

Tiens, un peu de fantastique, ça fait longtemps ! J’ai plongé avec délice dans ce premier tome des Féelynides. Aux côtés d’Aidan Trevor, jeune californien parti s’exiler avec sa mère à Cork en Irlande, j’ai essayé de soulever le mystère qui entoure les habitants de cette ville.

Commençons par ce que j’ai moins aimé, comme ça, on n’en parle plus après ! Il y a d’abord le caractère trop lisse d’Aidan. Gentil et prévenant, il manque un peu de piquant à mon goût.

Ensuite, il y a l’intrigue en elle-même, qui bien que réussie, m’a semblé un peu longue à mettre en place. Je ne sais pas si c’est le premier roman de l’autrice mais j’ai retrouvé dans cet écrit les mêmes petites faiblesses à savoir une mise en contexte très longue comme si on voulait à tout prix bien planter le décor avant que l’histoire ne commence. Du coup, j’avoue que j’ai eu un petit coup de mou vers la moitié du livre. Car je trouvais que les rebondissements et les premières révélations sur les événements étranges qui se déroulent à Cork mettaient du temps à arriver.

Mais à part ça, j’ai passé un très bon moment ! L’écriture de Cathy Dujardin est travaillée et très agréable. Il y a un vrai style derrière !

J’ai aussi aimé la petite troupe autour d’Aidan. C’est une bande de jeunes adultes soudés avec des caractères distincts et ils sont assez attachants.

Et enfin, j’ai apprécié cette incursion dans les mythes locaux. C’est toujours un plaisir pour moi que de voir la légende arthurienne dans de nouveaux récits. Je regrette peut-être juste que l’auteur ne nous parle pas plus du décor. Après tout, l’Irlande est tellement magnifique !

Bref, c’est un premier tome réussi qui mérite toute votre attention donc lisez-le si vous en avez l’occasion !

Auteur : Cathy Dujardin

Titre : Féelynides, tome 1 : Attraction

Edition : AFNIL

Genre : Fantastique

Pages : 336

D’autres avis : Fantaza Books, Le blog littéraire de Joe, Lost in a book

Graham Joyce – Comme un conte

Pour tout vous dire, je n’avais jamais entendu parler de ce livre avant. Mais il était dans ma liseuse, par je ne sais quel hasard, et je l’ai donc commencé en ne m’attendant à rien de spécial.

Dans ce livre qui débute le jour de Noël, la famille de Peter est chamboulée. Tara, sa soeur disparue vingt ans plus tôt, vient de toquer à la porte de ses parents. Elle va rapidement affirmer qu’elle a été enlevé au pays des contes dans lequel seulement six mois se sont écoulés.

Ce que j’ai beaucoup aimé dans ce récit, c’est qu’on ne sait jamais où se trouve la réalité ! Est-ce que Tara fabule ou ce monde de fées existe vraiment ? Tout le mystère est là. J’avoue que les autres personnages ne m’ont pas trop marqué à part Richie, l’ex-petite ami de Tara, qui ne semble pas encore désabusé par la vie de trentenaire ou quarantenaire. Il y a encore une flamme en lui, qui le rend attachant.

Le style est plutôt fluide même si l’intrigue est assez lente. Mais j’ai globalement aimé cette lecture même si on n’a pas toutes les réponses à la fin.

Auteur : Graham Joyce

Titre : Comme un conte

Edition : Folio SF

Genre : Fantastique

Pages : 469

Thomas Day, Olivier Ledroit – Wika et les fées noires

wika-et-les-fees-noires

On ne l’attendait plus mais la voici : la suite de Wika !

Une suite en parfaite adéquation avec le premier tome. Les dessins sont toujours à tomber : que de détails, que de couleurs.

C’est encore un vrai travail d’orfèvre que nous propose Olivier Le droit.

Bien que le scénariste soit différent, je trouve qu’on se rapproche davantage de Requiem Chevalier Vampire dans le scénario avec davantage de combats.

Puis les fées sont sublimes et très richement illustrés.

Bref, encore un vrai régal de bout en bout !

Auteurs : Thomas Day, Olivier Ledroit

Titre : Wika et les fées noires

Genre : BD

Edition : Glénat

Pages : 64

Alissandre – Sirellia

sirellia

Sirellia est un one-shot de fantasy destiné aux pré-adolescents. On y suit Clément, un jeune homme de 17 ans qui va se retrouver intimement lié à un peuple de fées qu’il va devoir protéger. Il sera pour cela accompagné d’Ambre qui semble également avoir des pouvoirs particuliers.

« Mignon » est certainement le premier terme qui me vient à l’esprit pour vous parler de cet ouvrage. L’auteure, Alissandre, arrive à nous faire rêver avec son joli peuple de fées caché dans nos forêts. D’autres créatures fantastiques font également une apparition pour un peu étoffer l’univers.

Néanmoins, je trouve que ce (premier ?) roman souffre d’erreurs de jeunesse. Les personnages, par exemple, manquent pour moi un peu de profondeur. J’ai beaucoup de mal à les imaginer avoir 16 ou 17 ans car ils agissent tout à fait comme des pré-ados de 12-13 ans auquel est destiné l’ouvrage. Par exemple, tout est très platonique en terme d’amours et les hormones semblent laisser nos héros tranquilles. Ils semblent également assez réfléchis. Bref, je n’ai pas vraiment eu l’impression d’être face à des ados.

L’intrigue met également peu de temps à s’installer. Tout semble facile pour nos héros et ils butent rarement longtemps sur des difficultés.

Néanmoins, je retiendrai de Sirellia sa magnifique couverture de Rozenn Illiano et son univers enchanteur. Pas mal mais sans plus en somme !

Auteur : Alissandre

Titre : Sirellia

Genre : Jeunesse, Fantasy

Edition : Sortilège

Pages : 270

D’autres avis : Elenah, Natiora, Gr3nouille, Thalie, Lady K, Jess

Ben Aaronovitch – Le dernier apprenti sorcier, tome 5 : Les disparues de Rushpool

Les disparues de Rushpool

Peter Grant est de retouuuuuur 😀 ! Une fois n’est pas coutume, il sort de Londres pour se rendre dans le Herefordshire, entre l’Angleterre et le pays de Galles. Là, il enquête sur la disparition de 2 fillettes de 11 ans. Pour l’instant, rien ne laisse supposer que la magie soit impliquée et pourtant…

J’aime beaucoup cette saga de Ben Aaronovitch. C’est divertissant et l’univers de la magie est fort diversifié. On n’en apprend plus dans chaque tome ! Peter Grant est également un personnage charismatique qu’on prend plaisir à suivre. Ce qui est particulièrement intéressant dans ce cinquième opus est de voir Peter évoluer en solo ; Nightingale étant resté à Londres. Ah et puis il y a Beverley qui commence à prendre un rôle significatif et ce n’est pas pour me déplaire !

L’écriture de Ben Aaronivitch est toujours aussi efficace. Il fait monter la pression mais laisse ces personnages vivre leur vie en dehors d’elle (et avoir des relations, manger dans un resto, etc.). Bon, c’est peut-être un détail ou un défaut pour certains mais je trouve que voir les protagonistes évoluaient en dehors de leur enquête permet de les rendre plus humains et attachants.

L’intrigue subit également quelques rebondissements bienvenus et l’enquête est loin d’être simpliste. Impossible pour moi de deviner ce qui expliquait l’enlèvement des deux enfants. Il y a également une ambiance particulière qui se dégage de ce récit. L’auteur a bien sû décrire la campagne anglaise et ses habitants. On sent que tout le monde se connait dans le village et qu’ils n’ont pas l’habitude du tapage médiatique qui peut être engendré part un faits divers. Les gens semblent également plus « ouverts » concernant la magie. Il y en a même qui croient aux aliens.

Bref, j’ai passé un super moment avec Les disparues de Rushpool. Tous les fans de la saga peuvent se jeter dessus, il vient de paraître aux éditions J’ai Lu. Si je ne devais reprocher qu’une seule chose, c’est la couverture qui en dévoile peut-être un peu trop… Dommage !

Challenge des globe-readers

Escale 32/+75 : Herefordshire, Royaume-Uni

Auteur : Ben Aaronovitch

Titre : Le dernier apprenti sorcier, tome 4 : Les disparues de Rushpool

Edition : J’ai Lu

Genre : Fantastique

Pages : 378