Mathias Malzieu – Le plus petit baiser jamais recensé

Le plus petit baiser jamais recensé

Après Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi et La mécanique du cœur, Mathias Malzieu nous offre un nouveau conte moderne et poétique. C’est donc l’histoire d’un jeune homme qui va se faire embrasser par une jeune fille invisible, le plus petit baiser jamais recensé. Et cela va le chambouler complètement et il va donc commencer une quête pour retrouver la jeune demoiselle qui lui a offert ce tout petit bisou.

C’est un roman léger et mignon comme tout que je chronique ici. Les personnages ont la joie de vivre et sont plein d’espoir pour que notre inventeur retrouve sa dulcinée. Par la suite, l’intrigue se complexifie et on voit que notre héros a encore du mal à cicatriser de sa dernière relation amoureuse. Ah l’amour que ça peut-être compliqué !

Au centre du livre, on retrouve un carnet de poèmes. J’imagine que c’est l’impression qui a contraint à le mettre en plein milieu mais il aurait été plus logique de le mettre plus loin là, où on commence à parler de ce carnet car au moment où on tombe dessus à la moitié du récit, on ne sait pas de quoi il en retourne.

En tout cas, Le plus petit baiser jamais recensé est une jolie parenthèse lyrique qui se lit en une bonne heure sans peine.

Auteur : Mathias Malzieu

Titre : Le plus petit baiser jamais recensé

Edition : J’ai lu

Genre : Conte

Pages : 154

D’autres avis : Karline, Marinette, Nane

Sarah Pinborough – Contes des Royaumes, tome 1 : Poison

poison

Comme beaucoup je pense, c’est la couverture de cette nouvelle saga qui m’a fait craqué. En plus, le livre est brillant et avec une couverture épaisse (hardcover), c’est définitivement un bel objet.

Mais quant est il du contenu ? Poison revisite le conte de Blanche-Neige en nous présentant une Blanche-Neige moins ingénue et une belle mère plus complexe.

J’ai beaucoup apprécié que le personnage de la belle mère de Blanche-Neige ait été approfondi. Cela lui donne plus de profondeur et d’humanité, on ne la voit plus seulement comme la méchante et on essaie de la comprendre. En revanche, j’avoue que je ne suis pas partisane de cette réécriture assez coquine du conte.

De 1, on ne peut pas dire que les changements soient si radicaux que ça, peu de choses changent en fait à part qu’on glisse un peu plus vers l’érotique et que la fin diffère par rapport au conte original.

En revanche, l’écriture Sarah Pinborough est plutôt sympathique et même si l’histoire n’est pas plus emballante que ça, on arrive au bout de celle-ci sans trop de difficultés.

Bref, un livre divertissant mais vite oublié pour ma part !

Auteur : Sarah Pinborough

Titre : Contes des Royaumes, tome 1 : Poison

Edition : Milady

Genre : Fantasy, romance

Pages : 222

D’autres avis : Mycoton, Jess, JessEpica

François Coupry – Le grand cirque du cavalier chinois

le grand cirque du cavalier chinois

Le grand cirque du cavalier chinois est une étrange fable. On y suit le petit Italo recevoir la visite de ses ancêtres. Ceux-ci lui racontent les contes qu’un certain cavalier chinois a évoqué jadis.

Ce livre est avant tout un bel objet : couverture cartonnée, illustrations en couleur et magnifique couverture ; c’est vraiment le cadeau idéal pour Noël ! Et le contenu n’est pas en reste. Même si au début, je me suis vraiment demandée où j’étais tombée, j’ai rapidement pris goût à ces étranges histoires contées par le vieux chinois. Ces fables sont vraiment originales et intéressantes. De plus, ce livre est plus qu’un recueil vu que le personnage principal, Italo, tente de lier ces histoires, d’appliquer leurs morales et surtout de comprendre pourquoi il reçoit ses contes en héritage.

Le style de François Coupry permet vraiment de s’immerger dans cette intrigue mais aussi d’installer du suspense car je pense qu’on a tous envie au fil des pages de savoir à quoi vont servir tous ces contes en héritage.

Bref, c’est vraiment un bel ouvrage que je vous conseille même si le prix (30 €) pourra en rebuter plus d’un.

Auteur : François Coupry

Titre : La grand cirque du cavalier chinois

Edition : Pascal Galodé

Genre : Fantastique, conte

Pages : 220 pages

D’autres avis : Michel Dubat

Valérie Bonenfant – Les quatre éléments, tome 1 : L’eau

Les quatre éléments l'eau

Une invitation à prendre un bain d’histoires mouillées. Fraîches, pétillantes, vivifiantes,… mais aussi douces, légères, poétiques, elles vont vous éclabousser de rêve, de tendresse, de sourires…

Pour les illustrer, des images d’Emile Clément qui restituent magnifiquement la qualité de l’eau : belle transparence, profondeur, beauté des textures. L’eau, comme si vous y étiez !

Booxmaker lance une nouvelle collection : Les contes de Valérie Bonenfant. Cette première série de quatre tomes s’attarde sur les quatre éléments. J’ai eu l’occasion de découvrir le premier d’entre eux : L’eau.

Ce sont donc 8 contes illustrés autour de l’eau. Les histoires sont mignonnes et permettent de vraiment faire un tour d’horizon de l’univers aquatique : neige, marécage, pluie,… Les protagonistes peuvent être l’eau eux-mêmes : goutte, iceberg ou issus de la faune et la flore tels que les têtards, les homards ou les arbres. Néanmoins, j’avoue que deux semaines après ma lecture, j’ai du me replonger dans le livre afin de vous faire ma chronique car j’avais quasiment tout oublié. Toutefois, j’ai été bien charmé par certains contes : So Prane et Le voyage d’un Iceberg

Les dessins sont très beaux et permettent vraiment de se plonger (désolé, elle était facile celle-là !) dans les contes.

Le style de Valérie Bonenfant est parfaitement adapté pour une lecture à haute voix. Elle prend bien le temps de planter le décor et de nous présenter les personnages avant de nous raconter leur petite histoire. Les contes sont plutôt courts et je crois qu’on peut facilement en enchaîner 2 ou 3 en une séance de lecture.

Bref, voilà une lecture sympathique qui plaira aux plus jeunes.

Isabelle Rozenn-Mari – Les Enfants de Dana, tome 1 : L’anneau de mémoire

Les enfants de Dana cycle 1

Si vous aimez la fantasy, ou tout simplement si vous aimez rêver, ce livre est fait pour vous ! Magie et aventures au coeur de la forêt de Brocéliande vous emporteront et vous envouteront ! Partez à la découverte des légendes celtes, partagez les secrets d’une confrérie de druides séculaire et faites connaissances avec les Dananns…
Après l’avoir lu, si vous partez flâner dans cette forêt de légende, vous vous surprendrez à chercher Maël Audren… un jeune garçon promis à un destin exceptionnel qui n’a pas fini de vous surprendre…

Tout public, de 12 à 120 ans…
« Lorsque le Roi Arthur a trouvé la mort lors de la bataille de Canlann, une légende est née : il est dit qu’il reviendra un jour… Cette prophétie s’est depuis perdue dans les brumes du temps, et peu y croient encore… »
Maël est un jeune garçon qui vit dans un petit village niché au cœur de la forêt de Brocéliande. Entouré de ses amis, il mène une existence paisible et heureuse. Pourtant une succession de faits étranges vient peu à peu lézarder le socle de ses croyances.
Il assiste tout d’abord à l’apparition d’une jeune fille qui semble sortir tout droit du Lac aux Fées où lui et ses amis aiment se retrouver. Nimbée de lumière, vêtue de blanc, elle ressemble à une princesse ou à une… Fée ?
Puis tout s’enchaîne très rapidement : il rencontre des personnages tout droit sortis de la mythologie celte, il fait des rêves bien trop réalistes pour n’être qu’oniriques et surtout il découvre l’existence d’une confrérie de druides qui semble s’intéresser d’un peu trop près à lui…
Tandis qu’un mystérieux ennemi progresse dans l’ombre, Maël doit chercher quel est le lien entre tous ces événements et affronter d’incroyables révélations qui bouleverseront sa vie à tout jamais…

Commençons cette chronique directement par le positif : c’est un bon conte pour la jeunesse dans le contexte enchanteur des légendes celtes. Je ne connais pas beaucoup cette culture et ici, j’ai eu l’occasion de découvrir plusieurs histoires de cet univers. C’était vraiment très sympa à suivre.

Après, je me suis moins attachée aux personnages que j’ai trouvé beaucoup trop lisses.  Mael et sa petite troupe d’amis m’ont paru beaucoup trop parfaits. Leur relation avec leurs parents est idyllique. Ils sont fort respectueux et ne semblent jamais faire de grosses conneries. Même les romans de la Comtesse de Ségur contiennent plus de piquant à ce niveau pour moi.

Je trouve aussi que pour un livre jeunesse, il est un peu trop long. J’ai quelquefois décroché car je voulais que ça aille plus vite. Quelques coupures auraient été les bienvenues. Je pense par exemple au début où la mise en place des personnages et de l’intrigue qui prend bien trop de temps.

Mais globalement, je dirais tout de même que c’est un livre jeunesse assez sympathique. Les légendes celtes sont vraiment au coeur du roman.J’ai toutefois préféré un autre roman de l’auteure : L’héritage des damnés. Je vous en parlerai une autre fois.

Maël s’obligeait à détacher son regard de la touffe de cheveux roux qu’il voyait dépasser d’un rocher, à une dizaine de mètres de lui. Mais il ne pouvait s’empêcher d’y jeter des coups d’œil fréquents.Un éclat de rire suivi d’un cri ravi attira alors son attention et il tourna la tête dans cette direction. Laurine et Quentin, ses deux meilleurs amis étaient en train de s’éclabousser joyeusement en bordure du lac. Comme aurait dit Quentin, Laurine faisait « sa fille » en criant pour la forme, mais son rire en cascade suivait aussitôt.