Frédéric Mars – Les écriveurs, tome 1 : La cité lumineuse

les écriveurs tome 1

Quand on rencontre Lara, on se doute qu’on aura affaire à une histoire peu commune parce que c’est bien lors d’une tentative d’assassinat sur sa personne que nous la découvrons. Cette expérience va lui permettre de se réveiller et de découvrir le monde des écriveurs. Les écriveurs, ce sont des enfants et adolescents chargés d’écrire la vie  des humains. Ils vivent tous sur une petite île inconnue appelée Hometown.

J’ai bien aimé cet univers des écriveurs, il offre vraiment beaucoup de possibilités d’intrigues mais je pense qu’il doit nécessiter une vigilance toute particulière de l’auteur pour éviter de se contredire. Je sais que certains lecteurs se sont demandés qui était le premier écriveur. Moi, j’ai eu un autre questionnement : où s’arrête le travail des écriveurs et où commence le libre arbitre ? J’ai passé mon temps à me poser cette question pour chaque personnage, à chacune de leurs actions.

Le récit bien rythmé et le style fluide est parfaitement adapté aux adolescents auxquels s’adresse cet ouvrage. On y trouve pas mal d’actions et de mystères. Peut-être même un peu trop car au bout de ce premier tome, j’ai encore tout un tas de questions.

Le personnage de Lara m’a beaucoup plu. Je l’ai trouvé vive et loyale. Elle sait ce qu’elle veut et se donne les moyens d’y arriver. Maintenant comme je le disais au-dessus, je ne sais pas si c’est vraiment elle ou seulement la direction que veut lui donner son écriveur… Les autres personnages sont encore trop peu présents à mon goût pour que je puisse m’y attacher.

En conclusion, j’ai vraiment été très agréablement surprise par ce premier tome des écriveurs et son univers énigmatique. J’ai hâte de me plonger dans le deuxième volume en espérant qu’il offre quelques éléments de réponses tout de même.

2014 1 mois 1 consigne

La consigne de janvier pour le challenge 1 mois = 1 consigne était de lire un premier tome. Voici donc le mien !

Auteur : Frédéric Mars

Titre : Les écriveurs, tome 1 : La cité lumineuse

Edition : Baam !

Genre : Fantastique, jeunesse

Pages : 340

D’autres avis : Jess, Karline, Voz’, Ptitetroll, Phooka, Dup

Ludovic Rosmorduc – L’héritière du temps

Mon avis :

L’héritière du temps est la suite du roman Le tertre des âmes, que je n’ai pas lu. Mais pas de souci, ce livre-ci peut être lu tout à fait indépendamment. On y raconte l’histoire de Sixela, Dungal et Yorel. Ces personnages vont être confrontés à un mal qui vient du Sud. L’Eglise est persuadée que le diable est derrière tout ça mais est-ce vraiment le cas ?

Comme vous pouvez le voir, la magnifique couverture illustre parfaitement ce qu’on va retrouver dans le livre.

Passons tout de suite à ce qui m’a de suite interloqué : les chapitres très courts ! Cela donne un rythme assez soutenu au récit, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Mais fâcheuse conséquence, je trouve que cette histoire manque de profondeur, de complexité. Tout se passe trop vite à mon goût. Les protagonistes résolvent leurs problèmes bien trop facilement.

Au niveau des personnages, peu ont su aiguiser mon intérêt. La jeune Sixela est bien trop effacée pour moi. Dungal m’a paru trop bourru, un peu bête. Mais Yorel et Ambroise m’ont vraiment intriguée. Ma partie préférée est d’ailleurs celle qui se penche sur les mémoires d’Ambroise. J’ai trouvé ces moments palpitants et j’aimerai beaucoup découvrir un livre rien que sur ce personnage si mystérieux.

Le thème de l’inquisition est bien amené et pourra permettre aux jeunes lecteurs de découvrir cette facette de notre histoire. Même si on parle beaucoup de l’Eglise, le sujet n’est jamais pompeux et facilement compréhensible.

L’héritière du temps est un bon roman de fantasy mais qui peine à sortir son épingle du jeu selon moi. Bref, une histoire divertissante mais pas inoubliable. J’ai été un peu déçue que l’aspect fantasy ne prenne pas plus de place : pas de dragons ou de batailles légendaires.

3 sur 5

Le petit plus : Merci à Bookenstock d’avoir organisé ce partenariat qui m’a permis de découvrir l’univers de Ludovic Rosmorduc !

Et un grand merci également aux 3 demoiselles avec qui j’ai participé à cette lecture commune : Olya, Heclea, Elodesigns. C’était une chouette expérience de discuter du livre avec vous !

Et ça commence ainsi :

Les étals avaient envahi les abords de la cathédrale, s’étendant depuis le parvis jusqu’à la place de l’Oratoire, qui jouxtait l’abside. Des auvents de toile fleurissaient peu à peu et transformaient le coeur de la cité fortifiée en une mosaïque aux couleurs éclatantes. Un brouhaha commençait à se répandre à travers  les ruelles. Chaque veille de solstice d’été, depuis des décennies, un imposant marché s’installait à Sétiladom. Les villageois s’y pressaient dès l’ouverture, afin d’entamer au plus vite la préparation des festivités du lendemain, qui célébreraient le plus long jour de l’année. Quelques marchands venaient même de contrées reculées, pour réaliser de bonnes affaires et profiter d’une agréable journée de divertissement.

Auteur : Ludovic Rosmorduc

Titre : L’héritière du temps

Genre : Fantasy

Edition : Baam !

Pages : 382

Laura Gallego Garcia – Deux cierges pour le diable

La littérature ado regorge de joyaux littéraires. Ce roman en fait partie. C’est la première fois que je découvre la littérature fantastique espagnole et elle n’a rien à envier aux autres.

Résumé:

« Si tu allumes un cierge pour Dieu, allumes-en deux pour le diable » – Proverbe Bulgare –

De nos jours, plus personne ne croit aux anges, même s’il y a des gens qui croient aux démons.
Pourtant les anges existent vraiment. Ils ont toujours existé.
Comment je le sais ?
Parce que mon père en était un.
Avant d’être assassiné.
Je n’ai désormais plus qu’une idée en tête : trouver le démon qui a fait ça et le tuer de mes propres mains.

Mon avis:
Après Fablehaven, voilà que mon nouveau coup de cœur est encore de la littérature pour ado. C’est la première fois que je rentre dans le monde des anges et des démons. Ce sont vraiment des êtres immortels intéressants. De un, parce qu’ils vivent depuis vraiment très longtemps. Alors que pour un vampire, on parle en siècles ou parfois en millénaires, avec ces êtres on est plutôt dans l’ordre de millions d’années. De deux, parce que leur état est plus complexe qu’il n’y parait.

Laura Gallego Garcia m’a permis de m’évader du froid glacial et de la neige de nos contrées. Le voyage est à la fois géographique (aah la chaleur de l’Espagne, de l’Italie,…) et historique (vu l’âge des anges, ils en ont des trucs à raconter, vous imaginez bien).

Parlons un peu de l’héroïne: Cat. C’est une adolescente de 16 ans qui veut à tout prix venger son père, un ange. Et on la comprend bien : qui n’aurait pas soif de vengeance quand on tue votre seule famille ? De plus, le père de Cat était un ange mineur qui ne participait pas à la guerre entre anges et démons. Bref,c’était un brave type qui n’embêtait personne. Comme tout ado rebelle, Cat ne mâche pas ses mots. Et pourtant, elle est si fragile à l’intérieur.

Mais celui qui fait que ce livre se hisse parmi mes coups de cœur a un nom: Angelo. Non, non, ne vous fiez pas à son nom: c’est un démon ! Mais quel démon… A côté, les vampires me paraissent bien fades. Voici un anti-héros mystérieux et sexy (ah ben oui évidemment) mais qui, pour moi, a un charme fou. Ah, je suis tombée dans ses filets dès le début, moi !

J’ai beaucoup aimé l’histoire. Bon ça reprend des ingrédients connus: une quête, de l’action, de l’amour et un puzzle à reconstruire. Mais la recette fonctionne parfaitement et on tourne les pages vitesse grand V. La fin est une vraie fin même si l’auteur nous laisse l’interpréter (Vous n’avez qu’à le lire, vous me comprendrez).

Vous l’avez donc compris, je vous conseille ce petit bijou de littérature angélique (je ne sais pas si ça existe mais bon chuuut). J’espère que l’ère bit-lit sera suivie par une ère anges et démons. L’avenir me dira si mes vœux seront exaucés.

5 sur 5

Auteur: Laura Gallego Garcia
Titre: Deux cierges pour le diable (Vo: Dos velas para el diablo)
Édition: Baam!
Genre: Fantastique
Pages: 438

Et ça commence ainsi:
« Le journal télévisé donne l’impression qu’il n’arrive que des horreurs. Il est difficile de croire en Dieu ou aux anges devant les images d’une guerre, d’une épidémie, d’une catastrophe naturelle,… Alors qu’il est aisé de croire que les démons existent et que l’enfer est bien plus proche de ce qu’on imagine.
Ce n’est pas juste. Bien sûr, il se passe plein de choses terribles mais pas seulement. Il y a aussi des bonnes nouvelles. Tous les jours. Sauf que nous avons tendance à les ignorer. Nous semblons éprouver une curiosité malsaine envers le malheur ou la violence. Peut-être parce que ça nous montre, par contraste, à quel point nous avons de la chance – ou au contraire parce que ça nous confirme dans l’idée que le monde est pourri. »

Deux cierges pour le diable était une lecture commune avec Pauline. J’espère qu’elle a autant aimé que moi, allez donc voir son avis !

Et ce livre rentre dans le cadre du challenge abc 2010 !

Bilan: 10/26