Jacques Fuentealba – Emile Delcroix et l’ombre sur Paris

Emile Delcroix et l'ombre sur paris

Mais quel est cet OLNI (Objet littéraire Non Identifié) ? Ah mais c’est le premier roman de Jacques Fuentealba !

Emile Delcroix est étudiant aux Beaux-Arsestranges, une école d’art. Lorsqu’enfin, il arrive à créer une muse après l’avoir dessinée. Il se la fait immédiatement enlever ! Ne pouvant pas vivre sans elle, Emile part directement à sa recherche en compagnie de la jolie Floriane, une enfant de la fée verte.

Waow, que cet univers m’a plu ! Bien qu’il soit très fouillis, j’ai adoré découvrir toutes les créatures qui co-existent dans ce monde. J’ai également beaucoup apprécié la manière dont l’auteur utilise l’art comme une sorte de pouvoir magique. Ce monde est vraiment enchanteur et rien que pour ça, il mérite une bonne note. Il rendrait très bien dans un film d’animation.

L’intrigue m’a semblé bien décousue par moment et je ne savais du tout où l’auteur voulait m’emmener. Heureusement, la fin permet de reconstruire le puzzle et de tout bien comprendre. Le rythme est quant à lui très bon. On n’a pas trop le temps de souffler car plein d’évènements arrivent à Emile.

Emile, qui est le personnage principal d’ailleurs, ne semble pas avoir de bol. Dès le début du roman, on sent qu’il n’arrive pas à séduire la fille dont il est amoureux et à l’école, il n’est pas le meilleur élève non plus. Et puis, on va lui voler sa muse et les problèmes vont encore s’accentuer pour lui. On finit donc par la prendre en affection. Floriane, m’a paru encore trop mystérieuse pour que je puisse m’y attacher mais j’ai bien aimé le meilleur ami d’Emile, l’homme-chat qui a vraiment un caractère de félin.

Bref, j’ai passé un très bon moment avec ce roman. Je me suis éclatée à imaginer l’univers loufoque dans lequel évoluent les personnages. Et l’histoire tient bien la route. Un bon moment de détente finalement.

4 sur 5

Dans le cadre du challenge Globe-Readers :

1ère escale : Paris

Du même auteur :

Le syndrome de la page noire

La Boîte de Schrödinger, saison 2

 

Auteur : Jacques Fuentealba

Titre : Emile Delcroix et l’ombre sur Paris

Edition : Walrus

Genre : SF, fantasy, Steampunk

D’autres avis : Fraizochocolat

 

 

Jacques Fuentealba – La Boîte de Schrödinger, saison 2

La boîte de Schrödinger saison 2

Je ne peux commencer cette chronique qu’en soulignant la magnifique couverture de Sixio. Elle invite directement au voyage… Et le voyage sera éclectique car cinq grands thèmes sont abordés dans ce recueil : les monstres, les apocalypses, Les Trompe-la-mort, l’humour et les vampires. Chacun d’eux pouvant être acheté séparément.

J’ai été admirablement surprise par la diversité des textes de Jacques Fuentealba. Je ne peux malheureusement pas vous expliquer mon ressenti sur chaque nouvelle de ce recueil tellement elles sont nombreuses et je vais donc me contenter de vous dire que le thème des vampires m’a beaucoup plu. L’auteur arrive à s’affranchir du mythe déjà bien usé pour nous offrir des intrigues originales et décalées. J’ai beaucoup apprécié la nouvelle nous expliquant pourquoi les vampires n’avaient pas de reflet par exemple. J’ai également bien aimé  les histoires mettant en scène les Dieux, le diable ou le peuple amérindien. La partie relative à l’humour n’a pas su me tirer un sourire malheureusement. A croire que j’ai un problème en ce moment à ce niveau vu que depuis quelques semaines, je n’arrive plus à trouver mes lectures drôles même quand elles sont censées l’être. Bref !

Le style est quant à lui toujours aussi fluide. Je ne le trouve pas particulièrement transcendant mais j’arrive à me plonger dans les nouvelles sans problème. L’écriture s’efface donc au profit de l’histoire pour moi et ce n’est pas pour me déplaire.

Comme vous pouvez le voir, Jacques Fuentealba nous offre une palette complète de son talent ici. Ce recueil est peut-être la meilleure manière pour découvrir l’oeuvre de cet auteur ! Je vous le conseille ;).

4 sur 5

Du même auteur :

Le syndrome de la page noire

 

Auteur : Jacques Fuentealba

Titre : La Boîte de Schrödinger, saison 2

Edition : Walrus

Genre : Nouvelles, Fantastiques

Jacques Fuentealba – Le syndrome de la page noire

Le syndrome de la page noire

Le syndrome de la page noire est un recueil de micro-nouvelles. Cet exercice d’écriture nous plonge dans la tête d’un écrivain. On voit les idées d’histoires lui passer par la tête et on s’amuse des jeux de mots qu’il réalise.

Le livre est séparé en différents thèmes : les poètes, l’écrivain en herbe, tout ce qu’on a en horreur… En tout, ce sont 365 micro-nouvelles que nous propose Jacques Fuentealba. J’ai bien apprécié ce recueil. Les jeux de mots sont bien trouvés et sont souvent drôles. Cela permet également de nous rendre compte de toutes les idées qui peuvent fuser dans l’esprit d’un jeune écrivain.

Malheureusement, sur la longueur, le recueil peut lasser. Lire quelques micro-nouvelles est agréable mais lire tout le recueil d’une traite comme je l’ai fait ne permet pas vraiment de l’apprécier à sa juste valeur. Je vous conseille davantage de le feuilleter de temps en temps quand vous avez quelques minutes devant vous, dans une file d’attente par exemple.

Bref, même si mon intérêt s’est tari sur la fin, je veux tout de même vous recommander ce petit recueil à la fois drôle et intéressant pour découvrir l’envers du décor du métier d’écrivain mais également pour rencontrer la plume de Jacques Fuentealba.

3 sur 5

Auteur : Jacques Fuentealba

Titre : Le syndrome de la page noire

Edition : Walrus

Genre : Nouvelles

D’autres avis : Pierrick du Souffle numérique

Neil Jomunsi – Jésus contre Hitler, épisode 1 : Zombies nazis en Sibérie

Prenez Jésus, Hitler, des zombies et la Sibérie. Mélangez tout cela et vous obtenez le premier épisode d’une saga qui s’annonce hautement décalée.

J’espérais réussir mon challenge 1% de la rentrée littéraire sans trop me ruiner. Cela commence plutôt bien vu que cet épisode est gratuit jusqu’à la fin du mois de septembre. En le refermant, je ne savais pas trop quoi en penser. Mais je vais tout de même tenter de vous expliquer mon ressenti.

Pour l’instant, l’auteur ne développe pas beaucoup son idée de mélanger la religion, le nazisme et les zombies. Ce premier épisode reprend tout à fait l’histoire que je m’étais imaginée en lisant le titre.  On nous présente simplement les deux camps et le pourquoi du “retour” de ces deux personnages célèbres mais on ne va pas plus loin. Ce premier épisode n’est donc qu’une introduction et je pense qu’il va me falloir lire l’épisode 2 avant d’avoir un avis tranché sur cette nouvelle saga.

Le style de Neil Jomunsi est assez direct. L’épisode est assez court et l’auteur n’a pas envie de nous endormir avec de longues descriptions. C’est pour cela que l’on rentre rapidement dans l’action. Comme notre héros, David Golstein, on est directement plongé dans cette nouvelle guerre.

L’humour est également bien présent. Les amateurs de série B vont se régaler devant certaines répliques en passent de devenir cultes. Il y a également des passages assez WTF (la fin entre autres) mais c’est ce qu’on attend de ce genre d’ouvrages après tout !

Pour moi, ce premier épisode s’apparente plus à une bande-annonce. Il nous allèche, nous promet un bon divertissement mais n’est pas une intrigue en tant que telle. Il me donne tout de même envie de continuer pour savoir lequel des deux camps va gagner.

4 sur 5

Bilan : 1/7

Auteur : Neil Jomunsi

Titre : Jésus contre Hitler, épisode 1 : Zombies nazis en Sibérie

Edition : Walrus

Genre : Science-fiction, humour

Pages : 48

D’autres avis : Helran