Chantal Deltenre, Maximilien Dauber – Japon Miscellanées

Japon Miscellanées

J’ai acquérir cet ouvrage quelques mois avant de partir au Japon. Je connaissais déjà bien ce pays via mes cours de japonais, les mangas, les anime et les nombreux reportages ou livres fictionnels que j’ai pu découvrir au cours de mon existence (ben oui, je suis fan !). Le Lonely Planet a également été d’une grande inspiration. Mais cet ouvrage-ci apporte tout de même autre chose.

Il est constitué d’un tas de petits textes sur tous les aspects de ce pays que ce soit la religion, les coutumes, la manière de vivre au quotidien,… C’est comme un kaléidoscope littéraire. Ce n’est pas peut-être pas le livre à glissere dans sa valise avant de partir mais je trouve qu’il est intéressant de le lire avant le départ car on a déjà un peu l’impression d’être là-bas et surtout cela permet de mieux comprendre ce pays une fois sur place.

C’est un ouvrage que l’on peut grignoter par ci par là. Vu que ce sont des miscellanées, il n’a aucune structure et on passe du coq à l’âne donc vous pouvez vraiment le lire sur le long terme sans perdre le fil. Vous pouvez aussi juste le consulter quand vous désirez plus en apprendre sur un sujet grâce à l’index à la fin du livre.

Bref, une jolie pépite pour tous les amoureux du Japon et tout ceux qui désirent en savoir plus sur ce pays !

Auteurs : Chantal Deltenre, Maximilien Dauber

Titre : Japon Miscellanées

Edition : Pocket

Genre : Non fiction

Pages : 250

Didier Van Cauwelaert – Un aller simple

Mon avis :

Ami 6, qu’on surnomme Aziz a été retrouvé bébé dans une voiture. Il sera élevé parmi les tsiganes dans le quartier nord de Marseille. Le jour de ses fiançailles, la police vient l’arrêter et le gouvernement décide de le réinsérer dans son pays d’origine. Pays d’origine ? Aziz ne sait pas où c’est, personne ne le sait d’ailleurs vu qu’on la recueillit tout petit mais le faux passeport qu’on lui a confectionné est marocain. Le jeune homme va donc découvrir un tout nouveau pays ainsi que rencontrer de nouvelles personnes, très différentes des bohémiens avec qui il a grandit.

Ce court roman de Didier Van Cauwelaert est le premier que je lis de l’auteur. Cette chronique va être difficile à écrire car ce roman m’a laissé parfaitement indifférente.

Les personnages sont d’abord froids. Je n’ai pas su m’attacher à eux. Aziz et la jeune femme vivent trop au jour le jour. Coucher avec quelqu’un ? Cela se fait en quelques minutes, sans se poser de question, sans savoir le prénom de l’autre. Je n’aime pas du tout ce « je m’en foutisme » de ces personnages. Jean-Pierre, l’homme qui doit aider Aziz à s’insérer dans son pays d’origine, vit dans le passé, essayant de rattraper la vie, l’histoire d’amour qu’il a perdues. Mais il se lamente tellement qu’il en est pitoyable. Je n’ai pas su m’attacher à lui non plus.

L’intrigue est assez mince aussi finalement. C’est une sorte de road movie dont la fin n’a pas vraiment de sens. J’apprécie pourtant l’absurde mais là, je ne vois vraiment pas où l’auteur voulait m’emmener. Je me suis perdue en chemin, je crois…

Le format n’est pas non plus idéal. On est dans un texte fort peu aéré, rempli quasiment que de descriptions. Même s’il ne fait que 120 pages, je l’ai trouvé plutôt lourd.

Finalement, les rares moments que j’ai apprécié sont ceux qui décrivaient le Maroc, les montagnes de l’Atlas et leurs habitants.

Bref, Un aller simple me laisse fort mitigée. Je n’ai pas apprécié ce récit et je me demande pourquoi il a reçu le prix Goncourt… Je n’aime déjà pas les prix littéraires, cette lecture ne va certainement pas me réconcilier avec eux !

1 sur 5

Auteur : Didier Van Cauwelaert

Titre : Un aller simple

Edition : Le livre de poche

Genre : Contemporain, voyage

Pages : 120

Couverture de Rozier-Gaudriault