Turf – Magasin sexuel, tome 1

Mon avis :

Je ne connaissais pas Turf avant de tomber sur cette bande dessinée. Je n’ai pas hésité à l’emprunter car c’était une occasion idéale de participer au 1er mardi, c’est permis.

Bon, en fait, Magasin sexuel est loin d’être une lecture inavouable. Je m’attendais à une bande dessinée un peu coquine avec de nombreux gags autour du monde des sexshop. Je me suis bien trompée car ici, on est dans une histoire gentillette autour d’une jeune fille qui lance un magasin sexuel dans un petit village où la population n’est pas encore prête à accepter ce genre d’échoppe.

Je suis donc un peu déçue par cette bande dessinée tout simplement car je m’attendais à autre chose. Toutefois, certains passages m’ont beaucoup plu comme celui où le maire explique à une habitante que le sekshop comme il l’appelle est juste un endroit où on vend des petits canards en plastique. D’autres situations cocasses du même genre m’ont quand même permis de passer un bon moment.

Quant au dessin de Durf, j’avoue que je ne suis pas fan. J’aime particulièrement les couleurs utilisées mais les traits des personnages ne me plaisent pas trop. J’ai toujours du mal à discuter de ce point. Entre le dessin et moi, il y a une alchimie qui se passe ou qui ne se passe pas. Ici, j’ai plus été dans le second cas.

Magasin sexuel, c’est donc une charmante bande dessinée mais qui ne fait pas la part belle aux blagues cocasses. Maintenant que je suis prévenue, je pense que j’apprécierai plus les prochains tomes.

3 sur 5

Le petit plus : Lu dans le cadre  du « Le 1er mardi, c’est permis ! » de Stephie

Auteur : Turf

Titre : Magasin Sexuel

Édition : Delcourt

Genre : BD, humour

Pages : 64

Xavier Deutsch – Pas de soleil en Alaska

Mon avis :

Dans ce roman jeunesse, nous arpentons la région de Suchum, une région assez isolée. Lorsque 4 soldats reviennent de la guerre, ils apportent avec eux, Maladie-la-mort, une maladie qui fait vieillir les personnes de dizaines d’années en quelques jours.

Xavier Deutsch est un auteur belge de talent. C’est la première fois que je le découvre ici dans cet ouvrage pour enfants dont le thème lui a été imposé. Il devait donc expliquer aux plus jeunes le sida ainsi que les conséquences de cette maladie (au niveau physique bien sûr mais aussi au niveau moral, le fait d’être rejeté par les autres etc.)

C’est un livre parfaitement adapté aux enfants mais j’avoue que j’ai rapidement compris l’intrigue. Elle est assez simpliste mais comme vous l’avez compris, c’est plus pour donner un cadre à un message particulier.

Dans sa perspective pédagogique, Pas de soleil en Alaska offre en fin de volume des dossiers destinés tantôt à l’enfant, tantôt aux enseignant. Ce roman peut être une très bonne façon d’introduire ce sujet délicat. Il se lit rapidement (il fait moins de 100 pages si je me souviens bien). Il est destiné à un public entre 10 et 12 ans.

J’ai  aujourd’hui bien envie de découvrir d’autres romans de Xavier Deutsch. Ceux qui me font le plus envie sont En haut de la Terre et La vie commence au deuxième verre.

3 sur 5

Le petit plus : Je l’ai lu pour le Un mot des titres et il rentre dans des autres challenges : littérature belge et Petit bac !

Et ça commence ainsi :

« Toute cette histoire a commencé le jour où le Gouverneur a mis son plus beau costume, où il est allé sur le balcon du Palais, où il a parlé à la population de la Province de Suchum, pour dire :

– Écoutez, le Président de la Russie m’a écrit une lettre pour m’apprendre qu’une guerre terrible à commencer de l’autre côté de l’océan : dans la république Saint-Jean. La république Saint-Jean, c’est très loin et ça ne nous intéresse peut-être pas, mais le Président de la Russie m’ordonne de faire comme tout le monde, comme tous les autres pays et les autres provinces : nous devons envoyer des soldats pour que la guerre se termine dans ce territoire, ensuite les soldats pourront revenir à Suchum. »

Auteur : Xavier Deutsch

Titre : Pas de soleil en Alaska

Édition : Labor

Genre : Jeunesse, conte

Pages : 141