Alex Cousseau, Philippe-Henri Turin – Charles, amoureux d’une princesse

Charles amoureux d'une princesse

Quel plaisir de retrouver notre petit dragon poète aux longs ailes, à savoir Charles ! Ici, il part en quête d’une princesse, une vraie comme celles dont il lit les aventures dans les contes. Il va d’ailleurs être aidé par Cornelia, une dragonne terrifiante et plutôt de mauvais poil. Mais le souci, c’est que Charles ne sait pas à quoi ressemble une princesse…

Cette troisième aventure de Charles est très mignonne. L’intrigue est bien menée et même si en tant qu’adulte, on voit venir la fin, on ne peut s’empêcher de s’attacher à ses deux dragons atypiques et à leurs mésaventures. L’album est également truffé d’humour bon enfant.

Que dire des dessins de Philippe-Henri Turin ? Ils sont toujours saisissants ! Ils remplissent totalement les pages et les couleurs sont flamboyantes. Moi, j’en reste bouche bée alors vous imaginez pour un enfant comme cela doit être merveilleux ?

Bref, ce troisième tome de Charles est superbe et j’espère retrouver rapidement mon petit dragon préféré dans d’autres aventures.

Auteurs : Alex Cousseau, Philippe-Henri Turin

Titre : Charles, amoureux d’une princesse

Edition : Seuil Jeunesse

Genre : Album

Pages : 48 pages

D’autres avis : MyaRosa

Alex Cousseau, Philippe-Henri Turin – Charles, prisonnier du cyclope

Charles, prisonnier du cyclope

Charles, le dragon est de retour ! Dans ce nouvel opus, il cherche un ami. Le chemin sera long et périlleux !

Quel plaisir de retrouver Charles et sa charmante petite bouille. Cette aventure, toute aussi mignonne que Charles à l’école des dragons ravira les jeunes lecteurs et tous ceux qui ont su garder leur âme d’enfant. L’intrigue de ce deuxième volume prône un grand message de tolérance. On y retrouve les mêmes thèmes que dans le premier c’est-à-dire la différence, le respect de l’autre. C’est un album qui fait réfléchir et qui peut amener pas mal de discussions avec les enfants. Et bien sûr, Charles reste un éternel poète. Toutes ses rencontres sont racontées en rimes. Et c’était plutôt drôle à suivre.

Et puis que dire du dessin toujours aussi magnifique de Philippe-Henri Turin ! Ces gigantesques planches permettent une immersion immédiate dans le monde de Charles. L’album est ultra coloré comme pour Charles à l’école des dragons. J’ai été époustouflée par la première page où on tombe nez à nez avec l’immense oeil de Charles.

Avec Charles, prisonnier du cyclope, les auteurs nous offrent encore une incroyable aventure avec le dragon le plus aimé de la littérature jeunesse. Mais, à quand le troisième volume ?

5 sur 5

Auteurs : Alex Cousseau, Philippe-Henri Turin

Titre : Charles, prisonnier du cyclope

Edition : Seuil jeunesse

Genre : Jeunesse, Album

Pages : 40

D’autres avis : Entre les pages, Fantasia, Vanessa, Le goût des mots, Oceanus in folio, Za, Les sandales d’Empédocle, Lire et merveilles

Nina Blazon – La femme du vampire

Mon avis :

Jasna a 15 ans lorsque son père la vend à un étranger, Jovan Vukovic. Elle est alors promise au fils de la famille, Danilo. La jeune femme sera tout de suite repoussée au village et les ennuis commenceront pour elle.

Ne vous fiez pas à cette couverture très girly. Nous sommes ici dans un roman mêlant habilement un aspect historique et fantastique. Autant dire qu’avec ces deux ingrédients, je ne pouvais qu’adorer La femme du vampire !

Nous sommes donc plongés en plein pays slave au côté de la jeune Jasna, qui n’a pas la langue dans sa poche mais qui est pourtant très mature pour ses 15 ans.  L’atmosphère est très mystérieuse. Tout le monde est superstitieux. Bref, l’ambiance fantastique est tout à fait banale et pourtant…

Pourtant oui, j’ai vraiment adoré ce roman jeunesse car Nina Blazon ne nous laisse pas dans le brouillard pendant près de 400 pages. Oh non ! Les révélations sont nombreuses tout au long du livre, on suit de nombreuses pistes avant de se rendre compte qu’on était dans le faux. Je n’ai strictement rien vu venir. Mes intuitions étaient toujours mauvaises.

En plus, j’ai vraiment su m’attacher aux personnages.  A Jasna d’abord, car cette adolescente parachutée dans ce monde hostile va vraiment se faire sa place et sa quête de la vérité ne peut que nous plaire. Les hommes m’ont aussi beaucoup plu, que ce soit Danilio ou Duslan. On croit les connaitre et on en apprend énormément sur leur histoire au fur et à mesure. Il n’y a que Nema, la servante muette qui m’a tout de suite parue désagréable. Et je trouve bizarre qu’une muette arrive à « parler » presque comme n’importe qui seulement avec des gestes. Elle n’a pas appris la langue des signes pourtant, je trouve que son langage devrait être plus limité.

Mais bref, ce petit défaut ne m’a nullement empêchée d’apprécier La femme du vampire. Et au moment où je me disais que cette histoire fabuleuse qui mêle habilement action et mystère manquait d’amour, voilà que Nina Blazon me livre une très belle scène romantique.

En conclusion, La femme du vampire est un coup de coeur. La post-face est également intéressante vu que l’écrivaine nous explique de quels faits elle s’est inspirée pour son histoire. Vivement le prochain roman de cette jeune auteure allemande !

5 sur 5

Le petit plus : Le site de Nina Blazon (en allemand)

Et ça commence ainsi :

« L’étranger frappa à notre porte au milieu de la nuit. Réveillée en sursaut, je prêtai l’oreille. Lazar Kosac ! Pensai-je, la gorge serrée et le cœur battant. Dans la pénombre de ma chambre, je m’aperçus que Bela s’était elle aussi redressée sur son lit. Au dehors, l’un des nombreux orages de printemps sévissait. »

Auteur : Nina Blazon

Titre : La femme du vampire (VO : Totenbraut)

Édition : Seuil

Genre : Fantastique, jeunesse

Pages : 392

D’autres avis : wilhelmina, Lenelaï, Mivava, Micah, mariiine, vany49, Mycoton32, Agnah, Séverine, Anésidora, Bambi_slaughter, eidole, Luna

François Emmanuel – L’enlacement

Mon avis :

Il y avait déjà longtemps que je n’avais plus lu de littérature belge. Ici, François Emmanuel nous propose une magnifique histoire d’amour qui commence devant un tableau « L’enlacement » d’Ego Schiele.

Cette histoire d’amour impossible nous plonge dans la vie de deux personnes, un poète et une femme qui a déjà énormément souffert. J’ai beaucoup aimé le style de François Emmanuel. Il joue avec les mots. J’avais l’impression d’être dans un poème modèle. Il arrive à très bien décrire les sentiments de ces personnages. Le thème est touchant même s’il a déjà longuement été traité en littérature.

Ce très court roman m’a donc permis de réfléchir sur cette grande idée de l’amour. Ce livre est vraiment une agréable découverte. Néanmoins, je suis heureuse que cette histoire se conclut rapidement car je pense qu’elle aurait pu sembler ennuyeuse si elle s’était poursuivie sur une centaine de pages par exemple.

L’enlacement se lit vraiment très rapidement. Comptez moins d’une heure. Je pense relire d’autres œuvres de François Emmanuel car ce roman est une agréable surprise.

3 sur 5

Le petit plus : Vous pourrez trouver le site de l’auteur à cette adresse. Son prochain roman, Cheyen sortira à la rentrée littéraire.

Et ça commence ainsi :

« Ah c’est vous, m’avait-elle dit, le visage illuminé d’un sourire étrange, extravagant, comme si elle venait de me reconnaitre, que nous nous retrouvions après un long temps, qu’elle avait oublié ma présence à ses côtés quelques instants plus tôt alors que nous déambulions dans les salons déserts du musée du Belvédère et que rien ne s’était apparemment passé, ou presque, nous n’avions échangé que peu de mots, son intérêt pour les œuvres m’avait paru distant, jusqu’à ce qu’elle pénètre dans la pièce où donnait soudain le soleil, avec sur toute la largeur du mur L’enlacement de Schiele, et je l’avais vue alors s’immobiliser devant le tableau, avancer de quelques pas vers la fenêtre et s’écrouler d’un coup sans plus de bruit qu’un tissu qui s’affaisse. »

Auteur : François Emmanuel

Titre : L’enlacement

Édition : Seuil

Genre : Littérature générale

Pages : 88

Bilan : 4/5

Oscar Collazos – La baleine échouée

Un récit jeunesse made in Colombia !

Mon résumé:

Sebastian découvre une baleine échouée sur la plage de son petit village colombien.

Mon avis:

J’ai une vision assez restreinte de la Colombie : un pays en grande partie sous la forêt amazonienne, un pays corrompu, des méchants Farcs et c’est tout. Ici, c’est une autre portrait de la Colombie que j’ai découvert. On est ici au bord du Pacifique dans un petit village de pêcheurs. Dépaysement garanti !

Malheureusement, le récit n’est pas très original, on peut résumer le récit en une seule phrase. Les événements sont aussi assez prévisibles. Néanmoins, on retrouve des personnages assez intrigants, comme Eudosia, la femme noire qui a d’étranges pouvoirs et qui est considérée comme une sorcière.

Nous avons donc affaire ici à un roman jeunesse un peu naïf nous racontant le quotidien d’un petit colombien. Remarquons tout de même les chouettes illustrations de Pierre Mornet qui parsèment le roman. Son style très particulier m’a tout de suite accroché le regard.

Bref, une histoire bien mais sans plus et que ne restera pas gravé dans ma mémoire.

3 sur 5

Auteur: Oscar Collazos

Titre: La baleine échouée

Édition: Seuil/Métailié

Genre: Jeunesse, aventure

Pages: 107

Cliquez sur cette image pour découvrir les autres billets sur la destination Colombie :