Thomas d’Ansembourg – Cessez d’être gentil, soyez vrai !

J’étais un avocat gentiment et très poliment déprimé et démotivé. Aujourd’hui, j’anime avec
enthousiasme conférences, séminaires et entretiens d’accompagnement. J’étais un célibataire terrifié
par l’engagement affectif, comblant sa solitude par l’hyperactivité. Aujourd’hui, je suis marié, père
et comblé. Je vivais dans une tristesse intérieure bien dissimulée mais constante, je me sens aujourd’hui
empli de confiance et de joie.
Que s’est-il passé?
J’ai pris conscience qu’en ignorant mes propres besoins depuis longtemps je me faisais violence et
que j’avais tendance à reporter cette violence sur la tête des autres. J’ai accepté que j’ai des besoins, que
je peux les écouter, les différencier, établir entre eux des priorités et en prendre soin moi-même plutôt
que de me plaindre du fait que personne ne s’en occupe. Toute l’énergie que je consacrais auparavant à
me plaindre, à me révolter et à être nostalgique, je l’ai ainsi petit à petit rassemblée, recentrée pour la
mettre au service de la transformation intérieure, de la création et de la relation. J’ai également pris
conscience et accepté que l’autre a lui aussi des besoins, et que je ne suis pas forcément la seule personne
compétente et disponible pour les satisfaire.

J’ai eu envie de découvrir cet ouvrage quand j’ai vu que l’auteur avait parlé de la Violence Educative Ordinaire, un thème qui m’est cher en ce moment. Dans ce livre, Thomas d’Ansembourg nous apprend à exprimer nos besoins sans brusquer l’autre.

Le point fort de cet ouvrage est qu’il permet de rentrer en douceur dans la communication non violente. Un système de communication révolutionnaire qui demande pas mal d’entraînement. Et ce que j’ai surtout adoré dans ce livre c’est la liste des besoins et des sentiments ainsi que l’exercice de regarder un peu chaque jour comment on se sent.

Néanmoins, j’ai trouvé le propos fort rébarbatif. Franchement, après 50 pages, on a tous compris le principe et je n’ai pas vu d’avantages à avoir poursuivi l’aventure. J’imagine qu’un livre n’est pas suffisant pour nous exercer dans la communication non violente et qu’il faut certainement en passer par des formations.

Mais il est agréable à lire et permet une bonne introduction au concept si ça vous intéresse !

Auteur : Thomas d’Ansembourg

Commencé le : 23/01/2018

Terminé le : 24/01/2018

Edition : Editions de l’homme

Genre : Non fiction, essai

Pages : 256

Sorti le : Octobre 2013

Note : 3/5

Mary Higgins Clark – Nous n’irons plus au bois

nous-nirons-plus-au-boisWaw, quel roman ! Malgré que je ne sois pas une grande adepte des romans policiers, je dois avouer que j’ai vraiment beaucoup aimé celui-ci.

On y suit une jeune femme, Laurie, qui, à l’âge de 4 ans a été enlevée puis retrouvée 2 ans plus tard sans avoir de souvenir de sa captivité. Mais à la mort de ses parents, tout dérape et elle souffre de personnalités multiples.

Je ne sais pas si vous regardez cette série mais j’ai trouvé ce roman digne d’un bon épisode d’Esprits criminels. Je l’ai trouvé vraiment haletant grâce aux chapitres très courts (3 ou 4 pages max). Je n’ai eu aucun mal à me plonger dedans ! Franchement, une fois commencé, on n’a qu’une envie, c’est de savoir ce qui va arriver à Laurie.

Les personnages semblent vraiment réels. Ils sont tous complexes, fragiles. Il n’y a pas de gentils ou de méchants dans cette histoire, juste des personnes qui tentent d’avancer dans leur vie malgré le tourbillon qui les tourmente. Et puis la psychiatrie est aussi au coeur du roman vu qu’on essaie de voir et de comprendre les personnalités multiples de Laurie.

Le style ne m’a paru ni trop facile, ni trop difficile. Mary Higgins Clark vogue bien entre dialogues et descriptions. Les pages défilent vraiment toutes seules devant nos yeux, on a rien à faire !

Bref, je vous recommande vivement ce livre et je suis à votre écoute si vous avez d’autres titres de cette romancière à me proposer car là, je suis conquise !

Auteur : Mary Higgins Clark

Titre : Nous n’irons plus au bois

Edition : Le livre de poche

Genre : Policier

Pages : 310

D’autres avis : Anna