Indignez-vous !

Ce tout petit essai, d’à peine 30 pages, avait beaucoup fait parler de lui à sa parution en 2010. J’ai enfin pris le temps de le découvrir.

Et comment dire… Je ne sais si le soufflé est retombé mais ce livre est loin de m’avoir touchée. Stéphane Hessel donne un discours motivant pour que la jeunesse s’indigne face aux événements qu’elle trouve injustes. Mais en 30 pages, c’est tout de même difficile de mobiliser les foules. J’ai aussi l’impression que ça bouge déjà pas mal et que les gens, en Europe, n’ont pas peur d’affirmer leurs opinions, de monter des actions ou des associations pour défendre leurs idées.

Bref, malgré que je me sois reconnue dans certains combats, Stéphane Hessel n’a pas su me transmettre sa fougue pour que j’agisse davantage.

Auteur : Stéphane Hessel

Commencé le : 06/05/2018

Terminé le : 06/05/2018

Edition : Indigène

Genre : Essai politique

Pages  : 32

Sorti le : 21/10/2010

Note : 2/5

J.Heska – On ne peut pas lutter contre le système

Je pianote sur mon ordinateur depuis déjà quelques minutes. Je sais que cette chronique va être dure à réaliser. Mon impression de lecture pourrait se résumer en “c’est un bon roman mais je n’ai pas su l’aimer”. Cela peut paraître un peu contradictoire au premier abord.

J’ai remarqué tout de suite les bons éléments de ce livre. Le style très accessible,  Le livre est bourré de dialogues, ce qui permet de le finir très rapidement. J’ai toujours aimé ce genre d’écriture qui ne fait pas dans les fioritures et va directement à l’essentiel.

J’ai trouvé le contexte et l’intrigue en général assez intéressants.  Ce thriller mêle habilement des thèmes comme l’écologie, la politique ou le pouvoir des multinationales. Des références à la culture populaire (même si je déteste de ce mot raaah) sont vraiment un plus. C’est de cette culture que je suis issue et je n’ai aucune honte à le dire mais c’est bien plus fort de voir un auteur l’insérer dans son roman.

J’avais un peu peur de la dualité des personnages. Les écologistes un côté, les grands méchants de l’autre mais heureusement, ils sont plus développés que ça. Mais là où le bas blesse, c’est que je n’ai pas su m’attacher à eux. Leur destinée m’importait peu et je pense que c’est cet élément qui a fait que je n’ai finalement pas accroché.

Enfin, il y a surtout le fait que je n’étais pas dans les bonnes conditions. Stressée au possible, je passais mon temps à penser à mes petits tracas et je décrochais souvent de l’histoire. Le roman n’a pas su me happer suffisamment pour me faire oublier tous ces soucis.

Bref, j’ai donc terminé cette lecture en me disant qu’il y avait vraiment de bonnes qualités mais que je n’ai tout simplement pas pu y être réceptive. Même si ce thriller est réputé pour être léger et sans prise de tête, je vous conseille tout de même de bien choisir votre moment pour le découvrir.

Mais je retenterai du J.Heska, c’est sûr ! En plus, le résumé de Les gentils ne se feront plus avoir me parle beaucoup, moi, l’éternelle bonne poire.

3 sur 5

Auteur : J.Heska

Titre : On ne peut pas lutter contre le système

Edition : Seconde chance

Genre : Thriller

Pages : 344

D’autres avis : MarmottebouquinovoreXL, Fille-de-lectureAveline,MypianocantaAniouchka,

 Nathaliepaikanneunchocolatdansmonroman