Elisabeth Tremblay – Filles de lune, tome 1 : Naïla de Brume

filles de lune 1

Bon, je suis diablement en retard pour vous parler de ce premier tome de Filles de lune. Je l’ai sorti de ma PAL en novembre pour vous en parler pendant le mois spécial Québec en novembre. C’est raté donc !

L’histoire est celle de Naïa, une jeune femme de 25 ans qui vient de perdre son mari et sa petite fille. Elle part se réfugier avec sa tante dans la maison de son grand-père afin de l’aider à nettoyer la maison. Mais un beau jour, elle tombe sur un étrange acte de naissance qui va complètement bouleverser son existence.

L’intrigue commence comme un bon roman de terroir avant de devenir une grande aventure fantasy. C’est un mélange des genres assez spécial mais particulièrement charmant. J’ai autant aimé la première partie, la découverte des secrets de famille et des paysages québécois que la seconde remplie de mystère et d’aventures parfois très éprouvantes pour notre héroïne.

L’héroïne, justement, c’est la la jeune Naïla qui va prendre son temps avant de décider de se lancer dans cette grande aventure. C’est une jeune femme qui a beaucoup souffert, qui n’est pas adepte de nouveautés. Bref, elle n’a vraiment pas un caractère de fonceuse comme c’est souvent le cas dans les romans fantasy. J’ai aimé partager ses doutes, la voir peser le pour et le contre avant de se décider.

Bien que cette saga ait été publié chez Pocket Jeunesse, je ne la recommanderais pas aux plus jeunes car Naïla doit subir des épreuves douloureuses dans ce tome et elles ne peuvent pas être lu à tout âge. Je ne passerai donc cette histoire qu’à des adolescents d’au moins 15 ans bien avertis.

Ce premier tome, qui peut être considéré comme une grosse introduction de 400 pages, m’a donné très envie d’approfondir cet univers. Bien qu’il souffre de quelques défauts de jeunesse, la saga Filles des lunes a vraiment un charme indéniable auquel j’ai totalement adhéré.

logo-québec-en-novembre

Auteur : Elisabeth Tremblay

Titre : Filles des lunes, tome 1 : Naïla de Brume

Edition : Pocket Jeunesse

Genre : Fantasy

Pages : 416

D’autres avis : Merkillia, Mycoton, Evy, Karline, Mina, Ethernya

Tony DiTerlizzi – WondLa, tome 1 : A la recherche de WondLa

A la recherche de Wondla

La jeune Eva ne connait rien du monde extérieur. Élevée par sa nourrice robot, elle n’est jamais sortie de son repaire. Alors, même si sa nourrice lui a fait des simulations de survie depuis qu’elle est toute petite, Eva a peur lorsqu’elle est forcée de sortir de ce cocon. Sa crainte ne fait que s’accentuer lorsqu’elle se rend compte que le monde réel ne correspond pas du tout à ce qu’elle imaginait… Est-elle bien sur Terre ?

Tony DiTerlizzi, l’auteur des Chroniques de Spiderwick, revient cette fois avec un conte futuriste pour les jeunes adolescents. L’histoire est trépidante et j’ai pris grand plaisir à suivre Eva et ses compagnons dans cette étrange aventure. Voilà typiquement le genre de romans que j’aurais adoré vers 12-13 ans. La jeune Eva est vraiment attachante et les pages se tournent frénétiquement tellement le rythme est soutenu et les rebondissements nombreux.

Autre point positif, tous les chapitres sont illustrés d’une double page. Ces dessins, loin de brider l’imagination, permettent de mieux intégrer cet étrange et complexe univers dans lequel sont plongés nos héros. Et le jeune lecteur peut également prolonger le plaisir vu que le livres est “équipé” de réalité augmentée. Si vous ne connaissez pas ce système, il consiste à présenter certains dessins à la webcam et ces dessins prennent vie sur votre ordinateur.

Beaucoup de choses se passent donc dans ce premier tome mais il va nous falloir de la patience pour en découvrir plus sur le monde de WondLa. En effet, si l’action est omniprésente, les réponses, elles, manquent cruellement. Nous ne sommes pas beaucoup plus avancés qu’au début de l’histoire. Espérons que les protagonistes trouveront un peu le temps de souffler dans le deuxième volume pour enfin nous renseigner plus…

Ce roman est donc une bonne découverte pour moi. Je continuerai l’aventure avec plaisir !

4 sur 5

Auteur : Tony DiTerlizzi

Titre : WondLa, tome 1 : A la recherche de WondLa

Edition : Pocket Jeunesse

Genre : Jeunesse, Science-fiction

Pages : 437

Suzanne Collins – Hunger Games, tome 3 : La révolte

Nom de Zeus ! Comment ai-je pu oublier de vous rédiger ma chronique de cet ultime tome d’Hunger Games ?! J’ai tout simplement omis de le noter dans mon planning. Impardonnable, vous dis-je… Car vous savez maintenant à quel point cette saga a su m’emporter. Les deux premiers tomes furent d’immenses coups de coeur pour moi. Mais qu’en est-il de celui-ci ?

Après “la bombe” qu’on nous lâche à la fin du deuxième volume, je savais que je n’allais pas tarder à lire La révolte. Effectivement, j’ai attendu moins d’un mois avant de me retourner à Panem. Comme pour les tomes précédents, Suzanne Collins nous offre un début assez lent. Katniss est en pleine découverte du monde qui l’entoure et même si on sait qu’on est en pleine révolte, en pleine guerre même, on ne le ressent pas dans les premières pages.

Il faudra attendre que Katniss fasse son choix pour que l’intrigue démarre vraiment. Et là, les choses sérieuses commencent ! Même si cet ultime tome a été lu à la vitesse de l’éclair comme les précédents, j’avoue que j’ai su moins l’apprécier.

Les caractères des personnages évoluent trop à mon goût. D’abord, Katniss perd un peu les pédales, la folie n’est pas loin et elle doute de plus en plus. Elle qui était autrefois déterminée ne sait plus trop sur quel pied danser. Le portrait qu’on nous fait de Gale est peu flatteur. Il désire tellement se venger du Capitole qu’il en devient un être cruel et sanguinaire. Finnick n’est plus que l’ombre de lui-même… Mais le plus frustrant, c’est bien Peeta ! Peeta, mon chouchou, le gars que j’adore et qui aurait pu devenir mon amoureux imaginaire si j’avais lu la saga adolescente. Bref, celui qui m’a vraiment rendu accro dans cette saga n’est plus du tout lui même. Rien à faire, quand je voyais son évolution, je ne pouvais que jurer. Mon coeur de fan a bien souffert.

Evidemment, je ne pense pas que Suzanne Collins ait fait tous ces changements sans raison. Elle veut nous montrer à quel point le Capitole a pu changer leur vie et leur comportement. Mais c’est tellement horrible par certains aspects que ça me donne froid dans le dos. La révolte est le tome le plus sombre et le plus sanglant de la saga. C’est encore plus effroyable que ce qu’on pourrait penser.

Le final m’a pas mal secouée. L’histoire ne se clôture pas avec une happy end à la Disney. Il y a beaucoup de souffrances qui hantent nos personnages. La fin peut décevoir dans un premier temps mais elle est pourtant tout à fait cohérente avec la saga.

Bref, La révolte est un tome à part, fort différent des deux premiers. Il est plus cruel, plus sombre. Il nous désarçonne dans un premier temps mais nous parait pourtant une évolution très probable de cette dystopie.

4 sur 5

Auteur : Suzanne Collins

Titre : Hunger Games, tome 3 : La révolte

Edition : Pocket jeunesse

Genre : Jeunesse, SF

Pages : 416

D’autres avis :  Well-read-kidSitaHecleaFrankieMycoton32iwryCroutonOlyaJessGalleaneTessa

Suzanne Collins – Hunger Games, tome 1

Voilà bien longtemps qu’Hunger Games a enflammé la blogosphère. Malgré toutes les bonnes critiques que j’ai pu lire, je n’avais absolument pas envie de lire cette saga car elle me rappelait trop Battle Royale. Finalement, c’est en regardant la bande annonce de l’adaptation cinématographique que j’ai commencé à avoir envie de découvrir l’histoire.

Et l’histoire quelle est telle ? Katniss, une adolescente de 16 ans, fait vivre sa famille en braconnant. Quand sa soeur est tirée au sort pour participer aux Hunger Games, Katniss se porte volontaire pour la remplacer.

J’étais vraiment curieuse de découvrir ce qui allait se passer dans les Hunger Games particulièrement les combats et la survie. Mais en définitive, ce sont vraiment les personnages qui nous font accrocher à cette intrigue. Dès le début, j’ai su que j’allais adorer Hunger Games. Le style est vraiment très fluide et je me suis d’emblée identifiée à Katniss. Comme elle, j’ai vibré à tous les rebondissements qu’il lui arrivait. Comme elle, je me posais des questions sur les autres personnages, Peeta en tête, qui est-il à la fin ? Joue-t-il un jeu ou est-il sincère ? Jusqu’à la fin, je me torturais à essayer d’interpréter ses gestes, ses paroles.

Bref, ce premier tome d’Hunger Games est un coup de coeur pour moi. J’ai l’impression d’avoir vraiment vécu ce que vivaient les personnages tellement je me sentais proche d’eux. Le livre me reste en tête même si cela fait déjà 5 jours que je l’ai terminé.

Néanmoins, il y a un petit bémol pour moi. Vers la fin, il y a un évènement qui se passe qui m’a fait pousser un WTF ! Franchement, je trouve que ça ne colle absolument pas à l’univers, à ce qu’on nous avais habitué depuis 300 pages. Ça détone beaucoup trop pour moi et je ne vois pas du tout l’intérêt d’avoir inséré cela dans l’histoire.

Mais cela ne m’empêchera pas dans un premier temps d’aller voir le film et dans un deuxième temps de me plonger dans la suite. Je veux savoir ce qu’il va se passer maintenant. Je crains un peu que ce soit moins prenant mais je fais confiance à Suzanne Collins pour balayer mes doutes.

5 sur 5

Auteur : Suzanne Collins

Titre : Hunger Games, tome 1

Edition : Pocket Jeunesse

Genre : Jeunesse, Science-fiction, Young Adult, dystopie

Pages : 382

D’autres avis : lasardineHecleaFrenchDawnEthernyawilhelminaMaxo0FrankieMelisendeOlya

Cory Doctorow – Little Brother

Little brother est une sorte de 1984 moderne pour les adolescents. Marcus, qui utilise comme pseudo W1n5t0n sur la toile, se fait un jour arrêter avec ses copains par la sécurité nationale. Ils étaient présents sur le lieu d’un attentant, bref au mauvais endroit au mauvais moment.

Marcus est un petit génie de l’informatique de 17 ans. Alors oui, c’est un fin connaisseur mais j’ai souvent eu l’impression que pour un nerd, il ne réfléchit pas trop aux conséquences de ses actes. Heureusement, on ne le voit pas que dans ce rôle de dissident ! On le suit aussi dans sa vie d’adolescent avec les amitiés, l’amour, etc. Et franchement, là, l’auteur fait fort et propose un portrait d’un adolescent très réaliste et cohérent ! Rien de niais, promis ;).

Le point fort de ce livre est le futur tout proche proposé par Cory Doctorow car là aussi qu’est-ce que c’est crédible ! Nous sommes donc à San Francisco. Dans les écoles, des caméras sont en place et analyse la démarche des élèves. Chaque lycéen dispose d’un Schoolbook, un ordinateur portable ultra contrôlé. Chaque clic sur le net est enregistré. Après l’attentat, le contrôle est plus oppressant et toute la ville est placée sous haute surveillance. Vos trajets en transports en commun sont contrôlés par exemple et si vos déplacement semblent bizarres, la police vous interroge.

L’auteur aime nous expliquer en long et en large les techniques qu’utilisent Marcus au point que ça en devient vraiment barbant. Bon déjà, je suis assez familière avec les termes plutôt geek donc je n’avais pas besoin d’autant d’explication mais alors que l’auteur aurait pu résumer certains termes en quelques lignes, Cory Doctorow préfère nous en bassiner durant des pages et des pages. Et ce n’est pas franchement utile d’ailleurs.

L’attitude des personnages m’a également parfaitement gênée. L’idée de départ de Marcus est plutôt noble, il veut conserver sa liberté et hacke  donc les systèmes de sécurité pour l’obtenir mais parfois ses techniques ne sont vraiment pas éthiques et j’aurais aimé que des personnes raisonnables le critiquent sur ce point. Mais ce ne sont que les “aveugles” qui croient à la sécurité qui critiquent cela de manière véhémente. Il n’y a donc pas de demi-mesure. Soit on est un hacker révolutionnaire prêt à tout soit on est avec le gouvernement. Sauf que moi, ben je suis plus mitigée et j’avais l’impression d’être la seule… J’ai un peu peur que les adolescents qui lisent ce livre se rangent démesurément du côté de Marcus et prennent le hacking comme la solution miracle pour contrer un gouvernement.

Bref, je ne partage pas l’emballement de la blogosphère pour ce titre même si j’ai quand même apprécié cette lecture. Alors lecture à conseiller ou pas ? Je me tâtonne encore…

3 sur 5

Auteur : Cory Doctorow

Titre : Little brother

Edition : Pocket jeunesse

Genre : Science-fiction, jeunesse, Young Adult

Pages : 427

Couverture : Jeanne Harrell

Pour aller plus loin : 1984 de George Orwell, l’original et d’autres romans SF pour ados : Entremonde de Neil Gaiman et Michael Reaves, 0.4 de Mike A. Lancaster

D’autres avis (plus enthousiastes que le mien): JessMéloMycoton32ilnyak1pas, Hérisson