Collectif – Trolls & Légendes l’Anthologie Semi-hommes

anthologie semi hommes

Voilà 2 ans et demi que cette anthologie attendait sagement dans ma PAL. Je l’avais achetée au festival Trolls & Légendes de 2013.  J’avoue que c’est la première fois que j’en achetais une et je trouvais le thème assez original. C’est vrai que finalement on parle très peu des semi-hommes dans la littérature fantasy. Pour tout vous dire, je pense d’ailleurs ne les avoir croisé que dans l’oeuvre de Tolkien.

Le recueil commence par Ale Wisp Nick de Pierre Dubois, petite histoire sympathique qui rappelle les contes et légendes celtes même si je regrette que le semi-homme semble être un simple lupin.

Le Monstre de Shaerten de Olivier Péru se passe dans le monde de Martyrs et est plutôt réussi. C’est une de mes nouvelles préférées du recueil avec pas mal d’originalité et la patte Péru très reconnaissable.

Vous Serez Immortelle d’ Emmanuelle Nuncq raconte l’histoire d’une poupée vivante qui a besoin d’être réparée mais peu d’humains en sont capables. Agréable…

J’ai détesté Prédatrice de Mathieu Gaborit. C’est une sorte de fable d’horreur et même si ça n’est pas pour me déplaire, pour moi, on est très loin du monde des semi-hommes. J’ai été perdue et je n’avais qu’une hâte : terminer cette nouvelle.

Quarante-Huit pour Cent de Adrian Thomas fut ma nouvelle préférée. Elle se déroule dans le monde du roman Le Sixième Royaume que je ne connais pas encore. Même si ici, le semi-homme s’entend mi-homme, mi-animal et qu’on s’éloigne pour moi du sujet. J’ai trouvé l’intrigue et l’idée de cette nouvelle très intéressantes.

Quant à Une Surprise de Petite Taille de Simon Sanajuhas, c’est une nouvelle bien sympathique qui se passe dans un tournoi guerrier.

Enfin, Babillante Babiole de Nathalie Dau représente totalement ce que j’attendais ce recueil et ma manière d’imaginer les semi-hommes.

Bref, j’ai passé un bon moment avec cette anthologie vu que j’ai apprécié 6 nouvelles sur 7. Je reste un peu déçue que l’intitulé « semi-hommes » ait été pris dans un sens aussi large, j’ai eu l’impression que certains auteurs en ont profité pour faire « coller » des nouvelles écrites précédemment au thème.

Auteur : Collectif

Titre : Trolls & Légendes – anthologie semi-hommes

Edition : Asgard

Genre : Fantasy, Nouvelles

Pages : 230

D’autres avis : mic1990BlackWolf

Collectif – Pentatracks

pentatracks

Dans ce recueil, chaque auteur imagine une nouvelle à partir d’une chanson. On est donc un peu dans le même principe que Rock Inch Hair de Jean-Christophe Kieffer. Mais ici, ce sont les internautes qui ont choisi la musique. La playlist regroupe des grands tubes connus de tous. Il était donc plus facile pour moi qui suis loin d’être une grande mélomane de me repérer.

Alors j’avoue que la première nouvelle, Idol, Thierry Berlanda m’a laissé assez indifférente. C’est typiquement le genre d’histoire qui montre l’envers du décor d’une star du rock. Pour moi, c’est un peu du déjà vu… La deuxième histoire signée par Kemi Outkma nous parle d’une jeunesse désabusée. J’avoue que là aussi, rien de transcendant pour moi.

En revanche Fant’Easy de Marie Fontaine m’a vraiment beaucoup plu du début à la fin. On y suit un homme qui va utiliser une machine qui crée une réalité virtuelle et où il pourra assouvir tous ses fantasmes sans tromper sa femme. La description de ses sensations est vraiment bien faite et j’avoue m’être attachée à cet homme. Bref, voilà, une nouvelle qui m’a marquée et dans le bon sens !

Chris Simon nous livre dans ce recueil une nouvelle appelée Jérôme dans laquelle on suit une personne qui a changé de vie. Je n’en dirai pas plus pour ne pas vous dévoiler toute l’intrigue mais j’ai trouvé l’ensemble bien amené.

Enfin, El Santo d’Antonia Medeiros raconte l’histoire d’un vieil homme en Argentine que le passé va rattraper… Là, même si on sent tout de même vers où l’auteur veut nous emmener, la nouvelle fut plutôt agréable.

Bref, je dirai que je suis un peu mitigée pour ce recueil. Bien que la moitié des nouvelles m’a plu, quasiment l’autre moitié m’a laissé indifférente. Je dirai donc juste qu’il y en a probablement pour tous les goûts. Si vous l’avez lu, je vous invite à me dire quelles sont les nouvelles qui vous ont le plus marqué. Pour moi, ça reste Fant’Easy de Marie Fontaine, une auteure dont j’essaierai de découvrir plus en profondeur son oeuvre prochainement.

Auteur : Collectif

Titre : Pentatracks

Edition : La Bourdonnaye

Genre : Contemporain, nouvelles

Pages : 122

D’autres avis : Manon-Marie, Isa1977

Collectif – Morts Dents Lames

morts dents lames

La couverture de ce recueil de nouvelles nous met tout de suite dans l’ambiance : elle dérange. Et le livre est pareil à cette couverture comme le titre le laisse supposer, c’est la violence qui est au coeur de ces récits. Et même si je n’ai pas l’impression d’être une petite nature, ce recueil fut vraiment trop gore pour moi. J’ai seulement lu quelques nouvelles avant de capituler devant tant d’horreur, de sang et d’autres choses ragoutantes ou qui me rendaient particulièrement mal à l’aise.

Non, rien à faire, c’est vraiment « trop » pour moi pour le coup. Je capitule !

Mais si vous n’êtes pas une chochotte et si vous avez envie de découvrir comment on peut construire un recueil de nouvelles autour de la violence, je pense que vous apprécierez l’anthologie Morts Dents Lames. A lire les avis des autres blogueurs, il semblerait même que le recueil soit plutôt bon donc ne vous fiez pas à mon abandon ;).

Auteur : Collectif

Titre : Morts Dents Lames

Genre : Horreur, Nouvelles

Edition : Editions de la Mardolière

Pages : 390

D’autres avis : NouvellesSFFF, La Magie des Mots, Vinze, Gromovar

Les Artistes Fous Associés – Folie(s) : 18 textes échappés de l’asile

folie(s)

Les Artistes fous Associés reviennent avec un nouveau recueil autour de la folie. Dix-huit auteurs se sont attelés à écrire une nouvelle en rapport avec ce mal. Et on peut dire que c’est plutôt réussi !

Chaque auteur a vraiment su tourner ce thème à sa sauce. Même si certaines nouvelles m’ont moins passionnée par leur prédominance d’horreur ou de sexe, je suis tout de même très satisfaite de ma lecture. Et j’ai pu découvrir au passage plusieurs auteurs. Bien que je n’y ai pas été sensible, les illustrations de ce recueil amènent également un plus indéniable.

Je vais donc vous parler des nouvelles qui m’ont particulièrement marquées. Le C15 d’Herr Mad Doktor est certainement celle qui m’a le plus bousculé. On y découvre un monde où à New-York, chaque mois pendant 1/4h, les New-Yorkais ont une liberté absolue. Ce quart d’heure arrive sans prévenir et a permis de faire grandement baisser la criminalité. C’est une nouvelle qui fait pas mal réfléchir.

J’ai aussi été agréablement surprise par La maman de Martin de Morgane Caussarieu, une auteure dont j’avais déjà entendu plusieurs éloges et qui nous propose ici une nouvelle avec une ambiance lourde et angoissante.

A noter également : La couleur de la folie d’Eric « Udéka » Noël qui offre une histoire bien singulière de guérisseur ou Marie-Calice, missionnaire de l’extrême de Nelly Chadour, l’histoire d’une bonne soeur partie prêcher la bonne parole dans un festival de métal.

Bref, ce recueil est une grande réussite. J’essaierai de lire prochainement le recueil « Sales bêtes » de ce collectif en espérant qu’il soit de la même trempe.

Auteur : Les Artistes Fous Associés

Titre : Folie(s) : 18 textes échappés de l’asile

Genre : Contemporain, nouvelles

Edition : Les éditions des Artistes Fous Associés

Pages : 431

D’autres avis : Carolivre,  Naurile, Lilly, Viou

 

Lucius Shepard – Le Dragon Griaule

le dragon griaule

Le Dragon Griaule est un recueil de nouvelles ayant pour dénominateur commun un dragon nommé Griaule, ensorcelé et donc en repos depuis plusieurs siècles. La vie s’est installée sur lui que ce soit la végétation ou même la population humaine.

Parlons d’abord du style de Lucius Shepard. Il a une plume très riche et sait décrire les lieux et le dragon avec brio même si parfois, je me demandais pourquoi il insister autant sur ces détails. Mais cela permet vraiment de découvrir Griaule et tous ceux qui l’utilisent comme hôte avec complexité.

Les nouvelles se suivent et sont loin de se ressembler. L’auteur trouve toujours un nouvel angle pour nous présenter son dragon. Evidemment, certaines m’ont moins touché comme celle qui a pour sujet un tribunal.

J’ai toutefois deux bémols avec ce livre. Le premier est le manque de liens entre les différentes nouvelles. Alors oui, ok, Griaule est toujours là en filigrane mais j’aurais aimé que les personnages des nouvelles se croisent plus souvent, que l’ensemble forme un tout cohérent mais ici, on pourrait très bien imaginer que l’auteur décide d’écrire d’autres nouvelles sur Griaule car ici, cela ne forme pas un puzzle assez complet à mon goût.

Bref, vous l’avez compris, malgré sa couverture enchanteresse qui laisse peut-être penser à un récit accessible aux adolescents, Le Dragon Griaule reste un récit mature et violent à ne pas mettre en toutes les mains et qui risque d’en déboussoler plus d’un.

Je suis contente d’avoir découvert ce récit mais j’avoue que je ne vous le recommanderais pas plus que ça, à part peut-être pour les fanas de fantasy qui désireraient découvrir un roman qui sort un peu des carcans du genre mais alors ils peuvent se tourner (selon moi) sur tout le catalogue des éditions Le Bélial.

Autre défaut qui lui m’a vraiment plus gênée dans ma lecture, c’est l’omniprésence de scènes sexuelles. Autant certaines étaient justifiées autant d’autres étaient vraiment sans intérêt voir hors de propos. J’ai fini par me demander si l’auteur pouvaient brosser ses personnages sans parler de leur appétit sexuel et j’ai vraiment l’impression que non en refermant ce recueil. Je trouve que ça alourdit le récit quand ça n’apporte rien à l’histoire, dommage.

Auteur : Lucius Shepard

Titre : Le Dragon Griaule

Edition : J’ai lu

Genre : Fantasy

Pages : 635

D’autres avis : Blackwolf, Gloubik, Nefertari, Tigger Lilly