Le Highlander, tome 1 : Captive du highlander

C’est un secret pour personne. J’aime les romances avec les Highlanders ! Alors quand j’ai entendu parler de celui-ci qui a de très bons échos, j’ai eu envie de le découvrir.

Malheureusement, j’ai immédiatement déchanté. Le personnage principal est loin, très loin d’être un gentleman. C’est un homme violent qui tue puis à défaut kidnappe et est à deux doigts de violer Amelia, l’héroïne anglaise de récit. A ce moment-là, même si à peine 30 pages ont été lu, j’ai refermé ce livre en me disant que définitivement, je n’allais pas laisser une chance de laisser un personnage tel que ce Duncan trouver des explications à son comportement abject pour ensuite en faire un parfait mari.

No way.

Bref, la suite est peut-être mieux mais honnêtement, là, ça m’a refroidi !

Autrice : Julianne MacLean

Commencé le : 01/07/2018

Terminé le : 01/07/2018

Edition : Milady

Genre : Romance

Pages : 480

Sorti le : 30/09/2016

Note : 1/5

Locke & Key, intégrale 3

Fin de l’aventure pour la famille Locke ! On peut dire que c’est une saga qui m’a marquée. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un comics de fantastique et d’horreur autour d’une famille et de clés ! Je trouve que c’est un récit fort éprouvant jusqu’à la fin. C’est-à-dire que les personnages souffrent énormément de tout ce qui se passe. Je trouve même qu’il y a trop de souffrance pour dire que j’ai “aimé” Locke & Key. Mais j’ai fini la saga car je ne pouvais évidemment pas laisser les personnages en si mauvaise posture, vous comprenez ?

Bref, je suis heureuse car Joe Hill et Gabriel Rodriguez ont bien maîtrisé la fin et que je la trouve fort satisfaisante. Je ne vais pas en dire davantage pour éviter de vous spoiler évidemment.

J’ai aussi aimé qu’il ne reste plus de zones d’ombres à la fin de la saga et que tout soit expliqué. Il y a beaucoup de révélations dans les deux derniers tomes de cette master edition et je crois au final, que c’est pourquoi, ça va être mon volume préféré.

Les couvertures sont toujours aussi canons et j’apprécie toujours autant les dessins de Gabriel Rodriguez !

Bref, une fin en apothéose pour cette saga qui ne laisse pas indifférent !

D’autres BD à découvrir chez Moka cette semaine.

Scénariste : Joe Hill

Dessinateur : Gabriel Rodriguez

Commencé le : 02/06/2018

Terminé le : 06/06/2018

Edition : Milady

Genre : Comics

Pages : 352

Sorti le : 01/10/2016

Note : 3/5

Le rêve de Mr Darcy

Dans Le rêve de Mr Darcy, nous découvrons l’histoire de Phoebe Hawkins, la fille de Georgiana Hawkins. C’est un roman qui fait partie des nombreuses romances qu’Elizabeth Aston a rédigé autour de la famille Darcy.

Ce qui est plaisant est évidemment de voir ce qu’est devenu Pemberley et les personnages qu’on a tant aimé à savoir les Bingley, les Darcy et les soeurs Bennett. Mais ici, on suit leurs enfants et même si Darcy est dans le titre, sa présence est plus qu’anecdotique dans l’intrigue.

L’intrigue, justement, ben, elle est très prévisible. C’est une romance que j’ai trouvé vraiment très bateau. En fait, pour tout dire, ce qui m’a uniquement plu, c’est d’être à Pemberley et l’ambiance ! Phoebe ne m’a pas trop intéressée. J’ai largement préféré Louisa Bingley dont on suit aussi l’aventure ici.

Bref, une romance qui ne va clairement pas rester dans les annales mais qui répond, j’imagine, à une certaine demande du public.

Autrice : Elizabeth Aston

Edition : Milady

Genre : Romance historique

Pages : 384

Note : 2/5

D’autres avis : Melle Alice, Jess Swann, Xiaolin

La mariée de Ceylan

La femme porta à ses lèvres une mince enveloppe blanche. Elle hésita un instant, s’interrompant pour écouter les douces notes mélancoliques d’une flûte cinghalaise dans le lointain. Elle réfléchit à sa décision, pesant le pour et le contre comme si elle tournait et retournait un caillou dans sa main, puis scella l’enveloppe et la posa contre un vase de roses rouges presque fanées.

Wouuuuuaw ! Cela faisait longtemps que je n’avais plus eu un si gros coup de coeur pour un ouvrage et honnêtement, ça fait un bien fou !

Laissez-moi vous présenter Gwen, jeune mariée qui va rejoindre son époux à Ceylan (Sri Lanka) où il gère une plantation de thé. Pour cette jeune anglaise, c’est tout un nouveau monde qui s’offre à elle mais rapidement, le tableau idyllique s’effrite. Son mari est de plus en plus distant, sa belle-soeur est envahissante et les problèmes s’accumulent.

La première chose qui m’a fait adorer cet ouvrage est le cadre. J’ai vraiment eu l’impression d’être au Sri Lanka, de prendre un petit thé au gingembre au petit déjeuner sous le regard d’un singe. Ou d’apercevoir un cerf axis pendant une promenade. De sentir la fraîcheur des nuits d’hiver ou d’essayer de comprendre la différence entre les tamouls et les cinghalais. Quand Gwen arrive en 1925, Ceylan est justement un pays en constante évolution et dans quelques années, on commencera à parler de Gandhi.

Rien que pour ça, j’ai envie de dire foncer !

Mais en plus, vous allez être accompagnée de Gwen, qui est franchement un personnage très charismatique et attachant. Je la trouve très terre à terre. Elle essaye de faire au mieux pour ses proches, pour sa famille et elle doit parfois faire des choix douloureux. Bref, on a envie de lui souhaiter que le meilleur mais il lui arrive tellement de choses qu’on est obligé de la soutenir jusqu’au bout du roman.

Et puis plusieurs intrigues se mêlent familiales bien sûr mais également économiques, sociétales. Tout ça nous donne un beau patchwork cohérent qui donne vraiment une bonne vision de la vie de l’époque sur cette île.

Moi, j’ai été complètement envoûtée. Je suis même un peu triste que le voyage soit terminée. J’ai maintenant très envie de lire La séparation de la même autrice qui se passe en Malaisie.

Merci à Milady et Netgalley !

Escale 57/+75 : Sri Lanka

Autrice : Dinah Jefferies

Titre VO : The tea planter’s wife

Commencé le : 04/03/2018

Terminé le 11/03/2018

Edition : Milady

Genre : Historique

Pages : 480

Sorti le : 14/02/2018

Note : 5/5

D’autres avis : Anne Sophie de Mes petits bonheurs, Lectrice lambda, Lady K, Mon jardin littéraire

Julie Klassen – Le secret de Pembrooke Park

688 pages de romance… Cela paraît beaucoup non ? Mais les avis étaient tellement enthousiastes que je me suis laissée convaincre. Et j’ai bien fait car c’est un véritable coup de coeur !

Tout commence lorsque Abigaïl et son père entendent parler de Pembrooke Park, un domaine à l’abandon depuis une vingtaine d’année. Les propriétaires proposant de louer ce bien à prix modique à la famille d’Abigaïl qui est dans une situation financière difficile est une vraie aubaine. C’est finalement seule qu’Abigaïl investit les lieux et les prépare à la venue de son père d’abord, et de sa mère et de sa soeur restées à Londres pour la Saison ensuite. Abigail est vraiment un personnage adorable. Elle fait tout pour faire plaisir à sa famille et à ses amis. C’est une jeune femme réfléchie, indépendante et très courageuse. On est très loin de la jeune fille mièvre qu’on trouve souvent dans les romances.

Ah oui, la romance ! Et bien rassurez-vous, elle est loin de prendre toute la place même si Abigail finira par avoir 3 prétendants ! C’est qu’il y a plein de choses à faire pour Abigail : aider à l’aménagement de la maison, se faire accepter par les locaux, résoudre les mystères de ce magnifique manoir. En fait, ce roman me fait penser à la fois à Jane Austen et aux romans gothiques car on y retrouve pas mal de parallèles : critique de la société, atmosphère inquiétante dans le manoir, etc.

Franchement, je n’ai pas du tout vu les pages défiler et j’ai pris énormément plaisir à suivre les aventures d’Abigail. Il faut dire qu’elle est bien entourée ! La famille Chapman a vraiment ma préférence. Il y a le padre, un peu bourru sur les bords mais on comprendra ensuite pourquoi, La mère, toute gentille et aimante, Lea, leur fille, une jeune femme effacée qui va peu à peu s’épanouir aux côtés d’Abigail, William le fils qui est vicaire et qui fait de superbes sermons ! Et il y a aussi les deux plus jeunes enfants, moins développés mais attachants tout de même.

Ce qui est aussi agréable dans ce récit, c’est qu’on n’est pas dans les bals et les froufrous comme souvent dans les romances historiques. Non, on est à la campagne avec toute sa simplicité et son charme !

Bref, au final, avouons-le, le futur amoureux d’Abigail  est intéressant mais il faut surtout lire ce livre pour savoir quel est le secret de Pembrooke Park et il vaut le coût, je vous le promets !

Auteur : Julie Klassen

Titre : Le secret de Pembrooke Park

Edition : Milady Romantique

Genre : Romance historique

Pages : 688

D’autres avis sur : Logo Livraddict