Alex Sanders – L’heure de la lune

La Lune emmène tous les animaux, un à un, dans leur lit car il est l’heure de se coucher. Voici un petit album très sympathique sur le temps d’aller dormir. L’histoire est assez mignonne et j’ai bien aimé le format de ce livre qui s’ouvre de bas en haut et non de gauche à droite.

En revanche, je n’ai pas été séduite par les dessins avec ce gros trait noir autour des personnages. Autre bémol, le non-intérêt flagrant de ma fille pour ce livre.

Bref, un flop malgré le thème assez chouette !

7/20

Auteur : Alex Sanders

Commencé le : 26/01/2018

Terminé le : 26/01/2018

Edition : L’école des loisirs

Genre : Album

Pages : 18

Sorti le : 02/06/2016

Note : 3/5

 

Michael Escoffier, Matthieu Maudet – Le ça

Jules a fait un « ça » sur le tapis du salon. Mais ce n’est pas sa place, voyons !

J’ai eu envie d’emprunter ce livre car il parle… hé bien de caca ! L’histoire est d’ailleurs bien rigolote. Néanmoins, je trouve que les jeux de mots et les petits zozotements de Jules convaincront plus les enfants de 3 ou 4 ans qui savent déjà bien parler plutôt que les petits d’un an et demi qui apprennent leurs premiers mots.

Qu’en pense ma cacahuète de 16 mois ?

Elle a apprécié tourner les pages de cet ouvrage. Et l’explication est peut-être l’attrait pour le caca mais je pense plutôt qu’elle a apprécié voir un chat, sa passion du moment.

Auteurs : Michaël Escoffier, Matthieu Maudet

Titre : le ça

Edition : L’école des loisirs

Genre : Album

Pages : 24

D’autres avis : La littérature jeunesse de Sophie & Judith

Kazumi Yumoto – Les amis

Je peux enfin pousser un ouf de soulagement. J’ai fini ce roman insipide.

Mon résumé:

Trois jeunes japonais décident d’espionner un vieux monsieur sur le point de mourir.

Mon avis:

J’ai vraiment trouvé ce roman pas terrible.

Les personnages d’abord manquent cruellement de profondeur. Ce sont 3 jeunes de douze ans qui sont effrayés et intrigués par la mort. Ils sont fort caricaturaux. Allez, je vous les présente : le Gros-Lard, l’Asperge et le Bigleux. Et ce sont les mots utilisés par l’auteure. C’est too much n’est-ce pas ?

L’idée de départ est plutôt bonne : trois jeunes qui espionnent un petit vieux sur le point de rendre l’âme. Ils veulent le voir mourir en direct. Mais l’auteure ne va pas beaucoup plus loin. Je me demande encore comment elle a pu faire 300 pages sur ce sujet. Elle sait bien « meubler » en tout cas car il ne se passe presque rien.

Bref, je me suis bien ennuyée avec ce roman pour la jeunesse. Je me demande si ce n’est pas la collection « Neuf » de l’école des loisirs qui me sied guère. Je n’apprécie pas trop cette catégorie « 9-12 ans ».  Comme pour Un ange avec des baskets de Moka ou Minuit-Cinq de Malika Ferdjoukh, j’ai trouvé ce récit trop simple, il manque de profondeur. Je préfère la tranche d’âge d’au-dessus, c’est-à-dire la collection Médium faite pour les 12-16 ans  dans laquelle on retrouve les Marie-Aude Murail.

Mais pour ne pas finir sur une note négative, je tiens quand même à dire que j’ai aimé certains éléments. La façon dont on aborde la mort et le deuil au Japon, par exemple, m’était totalement inconnue. Saviez-vous qu’après l’incinération, les proches prennent les os restants du défunt avec des baguettes et les déposent dans l’urne ? Pouah, je n’aimerais vraiment pas faire ça !

2 sur 5

Auteur : Kazumi Yumoto

Titre : Les amis

Édition : L’école des loisirs

Genre : Jeunesse

Pages : 310

Et j’en suis, grâce à ce livre au 2/3 de mon challenge :

Malika Ferdjoukh – Minuit-Cinq

Ce mois-ci, Avalon nous propose pour son challenge de découvrir la ville de Prague. Bonne idée ! C’est encore un livre jeunesse que j’ai choisi pour l’occasion.

Mon résumé:

Minuit-Cinq, sa sœur Bretelle et leur ami Emil sont trois enfants qui vivent dans la rue. Ils apprennent que Daniela Danilova offre une forte récompense à qui lui rendra son collier de perles. Nos trois petits amis rêvent de pouvoir empocher cette somme…

Mon avis:

J’ai plutôt aimé découvrir ce petit ouvrage. Malika Ferdjoukh utilise un style simple et direct. On se prend vite d’affection pour nos trois compères et j’avoue que la pauvreté infantile est un sujet qui me fait froid dans le dos. Pourtant, je n’ai pas du tout été mal à l’aise durant cette lecture. Je l’ai même trouvé plaisante.

De plus, la fin est assez déconcertante et pas du tout prévue. J’ai beaucoup aimé ce point ! C’est rare qu’on arrive à m’étonner avec la fin d’un roman jeunesse donc bravo !

Le gros défaut est je trouve, le manque de description… Ce qui me gêne un peu vu que j’attendais de ce roman, d’en savoir un peu plus sur la ville de Prague. Mais Malika Ferdjoukh se contente juste de donner des noms (de la synagogue, de l’île sur le fleuve) mais ne les décrit jamais et c’est un peu dommage.

Ce qu’on dit de Prague:

J’en viens donc au challenge. Quelle vision de Prague donne ce roman ? Hé bien, elle n’est pas très nette. On est au XVIII ou XIXème siècle, on est dans une ville européenne pour sûr. Mais il n’y a rien de très marquant concernant Prague malheureusement. On évoque juste un peu les ponts et les lieux de cultes.

Bref, j’ai plutôt apprécié cette lecture même si elle manquait cruellement de contexte.

4 sur 5

Auteur: Malika Ferdjoukh

Titre: Minuit-Cinq

Édition: L’école des loisirs

Genre: Jeunesse, historique

Pages: 100

Moka – Un ange avec des baskets

Saviez-vous que Marie-Aude Murail avait une sœur qui écrivait aussi pour la jeunesse ? Son nom d’écrivain est Moka et je viens juste de découvrir un de ses romans.

Mon résumé:

Les grands n’ont pas envie que Paul jouent avec eux. Il est trop petit ! Paul doit donc s’amuser tout seul dans son coin. Un jour, il découvre une petite fille assise sur un banc à l’abbaye. Elle s’appelle Rachel, elle vit au Moyen-Age et va bientôt aller au bûcher car on croit que c’est une sorcière. Paul va tout faire pour la sauver.

Mon avis:

Attention, gros risque de spoiler !! Allez directement au commentaire en gras si vous ne voulez pas connaitre l’intrigue.

En lisant ce livre, j’ai eu l’impression que Moka n’avait pas envie de finir son histoire. Pendant quasi tout le récit, elle plante le décor, nous explique les personnages etc… Mais passé la moitié, on a vraiment envie que l’histoire commence vraiment. On veut tout savoir. Comment ça se fait que Rachel et Paul savent communiquer entre eux ? Comment faire pour sauver Rachel ? Les réponses seront trop brèves. C’est lent, ça ne démarre pas et d’un coup, elle te fait une scène d’action qui passe en un éclair. On tourne la page… Et c’est fini. Mouais. Je suis un peu déçue quand même

Le style est plus « enfantin » que celui de Marie-Aude Murail, les personnages sont aussi moins recherchés je trouve. Bref, je préfère pour l’instant les écrits de sa sœur. J’ai aussi envie de découvrir ce qu’écrit Lorris Murail, le frère (oui le talent est génétique dans cette famille ^^).

En lisant ma note, vous vous direz surement, pourquoi mettre quand même un 6 sur 10 alors ? Car même si comme je l’ai dit, je n’ai pas apprécié l’action, je trouve que Moka sait très bien faire passer le temps. Car oui, il ne se passe rien mais on lit quand même assez vite. Je ne me suis pas ennuyée et c’est déjà pas mal je trouve.

Moka a donc eu une idée originale mais on sent qu’elle ne savait pas vraiment la peaufiner. Les scènes d’actions ne semblent pas être son truc et sont bâclées. Mais j’ai quand même envie de lire un autre Moka pour comparer…

3 sur 5

Auteur: Moka

Titre: Un ange avec des baskets

Édition: L’école des loisirs

Genre: Jeunesse, fantastique

Pages: 134