Christine et Madeleine Féret-Fleury – Atlantis, tome 3 : Le maître des miroirs

Atlantis, tome 3 Le maître des miroirs

Et voilà encore une saga de terminé ! Alors que dire de cet ultime volume d’Atlantis ? Tout d’abord, je pense que mon intérêt pour cette saga s’est amoindri au fil du temps et que j’ai lu les 2 derniers tomes cette année plus pour vider ma PAL que par envie d’en découvrir plus sur cette histoire.

Néanmoins, Atlantis est une série jeunesse assez sympathique. Adel est une jeune fille gentille qu’on prend plaisir à suivre malgré son envie de toujours vouloir affronter ses problèmes toute seule sans vouloir se reposer sur ses amis.

Ce que je pourrais reprocher à cette saga et son côté trop classique et un peu prévisible pour ceux qui ont déjà lu de nombreux livres jeunesse ou qui s’y connaissent un peu en mythologie grecque. Néanmoins, l’auteur a su tout de même parfois me surprendre dans la fin par exemple qui est moins cliché que je ne le redoutais.

Au niveau du style, c’est très fluide et simple à lire. Pas de mots compliqué, ni de creux dans l’histoire donc ça se lit assez vite.

Bref, Atlantis est une lecture qui peut être parfaite pour initier les jeunes ados à la fantasy. Néanmoins, je ne la conseillerai pas aux passionnés de ce genre qui risquent de s’ennuyer face à un récit si classique.

Auteurs : Christine et Madeleine Féret-Fleury

Titre : Atlantis, tome 3 : Le maître des miroirs

Edition : Le livre de poche jeunesse

Genre : Fantasy, Jeunesse

Pages : 304

D’autres avis : Ethernya, Ninon

Christine et Madeleine Féret-Fleury – Atlantis, tome 2 : La reine noire

Atlantis tome 2 La reine noire

Adel a fini sa course folle et est arrivée à destination. Là, elle se rend compte qu’elle a un double et qu’elles sont étrangement liées.

A peine remise de ses émotions, la jeune Adel va donc entamer une nouvelle quête pleine d’obstacles. Ce tome est davantage tourné vers l’imaginaire et on va en apprendre plus sur les pouvoirs d’Adel et découvrir de nouvelles créatures. De nouveaux personnages sont également introduits dans ce tome. Même s’ils sont assez classiques, j’avoue qu’ils m’ont plutôt plu.

L’intrigue est toujours assez simple et reprend un peu les idées du premier volume avec une quête qu’Adel veut accomplir seule mais qui finalement se retrouve accompagnée de ses fidèles amis prêts à tout pour elle. Car oui, Atlantis, c’est aussi une jolie histoire d’amitié.

Voici donc un tome ma foi bien sympathique qui donne envie de découvrir l’ultime opus d’Atlantis. Tout comme les Chroniques de la tour dans un même style, Atlantis peut être une bonne porte d’entrée dans l’univers fantasy pour les jeunes lecteurs.

En conclusion, voilà une lecture jeunesse dans le prolongement du premier tome qui ravira les jeunes lecteurs et ceux qui ont su garde une âme d’aventurier.

Auteurs : Christine et Madeleine Féret-Fleury

Titre : Atlantis, tome 2 : La reine noire

Edition :

Genre : Jeunesse, Fantasy

Pages : 330

D’autres avis : Pauline, Ethernya, Margaud

Pauline Alphen – Les éveilleurs, tome 1 : Salicande

eveilleurs1

Avez-vous déjà entendu parler des éveilleurs ? C’est une saga qui a enchanté certains lecteurs et bien que j’avais envie de la découvrir, je ne pensais pas le faire de sitôt. Et c’est donc finalement grâce au book club de Livraddict de décembre que j’ai enfin pu voir ce qu’il retournait de cette série.

Si vous ne connaissez pas cette histoire, vous devez avant tout savoir qu’elle se passe dans un futur dépourvu de technologies. Après la grande catastrophe, bon nombre d’humains sont partis sur d’autres planètes tandis que ceux qui sont restés ont complètement aboli la technologie. L’essentiel du savoir est donc dans les livres.

C’est donc dans ce monde que nous découvrons Jad et Claris, des jumeaux de 12 ans. J’ai beaucoup apprécié ces personnages que j’ai trouvé bien approfondis et loin d’être clichés. Pourtant au début, on nous présente Jad comme le garçon malade, plongé dans ses bouquins et passionné par ses bonsaï et Claris comme un garçon manqué, tournée vers les armes mais rapidement, on va voir que leur caractère n’est pas figé et beaucoup plus complexe qu’au premier abord.

L’histoire est pleine de magie et de mystères. Les jumeaux sont assez ignorants et c’est donc en leur compagnie que nous en apprenons plus sur leur univers. D’autres protagonistes égayent cette histoire comme l’attachante nounou Chandra.

Le style de Pauline Alphen est à la fois travaillé et agréable. On sent tout de suite que cette histoire a été écrite en français et que ce n’est donc pas une traduction. Les mots semblent « chanter » et permettent vraiment de plonger dans le monde des éveilleurs avec délectation.

Mais ce qui m’a particulièrement plu dans cette histoire, c’est ce monde futuriste qui nous offre un grand retour vers la nature et la lecture. On a juste envie de prendre ce livre et de le dévorer en pleine forêt pour être totalement en osmose avec les personnages. C’est également un beau livre sur l’écologie en général et j’ai trouvé ce livre pas vraiment moralisateur car les protagonistes vivent dans ce monde depuis toujours et ne font donc pas la morale aux lecteurs. Il se demandent juste comment l’homme a pu être si fou en s’inquiétant si peu de l’environnement un ou deux siècle auparavant.

Malgré mon avis positif, j’avoue que ce livre n’est pas un coup de coeur. Je l’ai, par moment, trouvé trop long mais je pense que cette impression est plutôt dû à ma fatigue personnelle plutôt qu’un réel défaut du livre. En tout cas, je lirai la suite dans quelques mois, je l’espère.

Auteur : Pauline Alphen

Titre : Les éveilleurs, tome 1 : Salicande

Edition : Le livre de poche jeunesse

Genre : Jeunesse, fantasy

Pages : 544

D’autres avis : Jess, LelfLalou, Marmotte, Naelline, Galleane, Mina, Ptitetrolle

Découvrez également d’autres chroniques sur :

Logo Livraddict

Nicolas Jaillet – Intruse, tome 1

J’ai voulu découvrir ce livre dès sa sortie en grand format mais devant les avis plutôt mitigés, je n’ai jamais franchi le pas jusqu’à aujourd’hui. Ce roman jeunesse me tentait car il me faisait penser à Sissi et à l’ambiance très particulière des bals d’époque. L’auteur s’est même inspiré du film « La belle et l’empereur » avec Romy Schneider pour écrire cette histoire.

Nous suivons Fanny, une jeune couturière qui est amoureuse de Martin, un valet. Enfin, c’est ce qu’elle croyait jusqu’au jour où on lui apprend que Martin s’appelle en fait Frédéric et est vicomte. Ni une, ni deux, la belle s’introduit dans le palais, enfile une jolie robe et s’en va participer au bal qui se déroule ce soir là au château.

Cette histoire avait vraiment tout pour me plaire mais rapidement, j’ai été déçue par ce roman. D’abord, nous n’avons aucun détail sur les personnages principaux Fanny et Frédéric. On sait que l’une est couturière et l’autre vicomte mais à part ça, l’auteur n’a pas juger utile de nous raconter leur passé ou leur rencontre. Durant la soirée, Fanny va essayer de se faire passer pour une noble. Elle y arrive remarquablement bien. C’est une jeune fille qui a de la discussion et qui sait danser. Malheureusement, nous n’avons aucune idée d’où viennent ses étranges aptitudes. Pas très crédible pour moi…

Mais j’ai vraiment déchanté dans la deuxième moitié du roman. L’intrigue tourne vraiment au mélodrame. On part d’une petite amourette pour arriver à des comportements très frivoles. Certaines scènes d’amour m’ont paru bien trop explicites pour un roman que j’aurai pu offrir les yeux fermés à une pré-ado. La couverture de cette édition poche parait déjà moins naïve par rapport à celle du grand format, remarquez. Mais j’ai vraiment halluciné devant la tournure des évènements. Je m’attendais vraiment à une histoire à la « Sissi » qui me fasse rêver tel un conte de fée.

Autant vous dire qu’avec tout ça, je n’avais pas trop envie de continuer ! Heureusement, Nicolas Jaillet a un style assez fluide. Le roman est séparé par les différentes « étapes » de la soirée : bal, buffet, ballet, etc. Ce sont des éléments que j’ai plutôt apprécié. Mais je vais tout de même rester sur une impression assez négative. L’attitude des personnages m’a désarçonnée puis énervée.

Bref, vous l’avez compris, je suis vraiment déçue de cette lecture. Malgré un style agréable et un début plutôt prometteur, l’auteur m’a totalement perdue avec cette histoire rocambolesque à mille lieues de mes attentes.

Je remercie néanmoins les éditions Le livre de poche Jeunesse et Livraddict pour ce partenariat.

    

2 sur 5

Auteur : Nicolas Jaillet

Titre : Intruse, tome 1

Edition : Le livre de poche jeunesse

Genre : Jeunesse, historique

Pages : 235

D’autres avis : nodreytitiAcsylédevoreuse2livrefan-bouquinsBookenfolieDexOllie