Pierre Bordage – Chronique des ombres

Chroniques des ombres

Chroniques des ombres ? C’était super génial ! Ah vous voulez que je développe ? Allez, c’est parti.

Chroniques des ombres est un roman post-apo de plus de 800 pages. Le genre humain est divisé en deux parties. D’un côté, il y a les citées unifiées. Celle que nous allons suivre, NyLoPa regroupe New-York, Londres et Paris. Dans ces cités, la technologie est reine et chaque citoyen est doté d’une micro-puce. Les fouineurs sont des ultra-flics doté d’une puce améliorée qui est reliée à la base de données générale et qui permet d’analyser les situations et d’établir des statistiques précises. En dehors des cités, le chaos règne sur le pays horcite. Après les guerres nucléaires, ce peuple délaissé s’est regroupé en clans et tentent de survivre malgré les nombreuses maladies et transformations.

Voilà le topo de ce monde enchanteur. C’est à travers de 4 personnages que nous allons découvrir son évolution. Il y d’une part deux fouineurs parisiens : le fraîchement nommé Ganesh et le baroudeur Théodore. En pays horcite, nous suivrons Naja, jeune femme de 20 ans du clan Pégase et Deux lunes, un guérisseur du clan de Haut lieu.

Pierre Bordage choisit d’alterner les chapitres entre NyLoPa et le pays horcite. C’est un moyen très intéressant de faire de cet ouvrage un vrai turn over vu qu’évidemment, il termine chaque chapitre d’une manière à nous donner tout de suite envie de retrouver les personnages.

L’univers de ce post-apo m’a semblé particulièrement d’actualité. Les citées unifiées semblent être une parfaite conséquence d’un monde qui troque sa liberté afin de gagner en sécurité. Le pays horcite, lui, nous rappelle que la paix que nous vivons aujourd’hui en Europe peut voler en éclat dans un monde en chaos.

Bref, ce livre m’a vraiment apporté une réflexion sur notre façon d’appréhender le monde mais m’a également permis de passer un super moment. Car c’est vraiment un roman d’aventures avec une bonne dose de thriller ou de roman policier. Il y a vraiment de quoi se régaler !

En plus, j’ai trouvé les personnages très réalistes et charismatiques.

J’ai adoré Chroniques des ombres et j’espère que vous allez vous précipitez sur sa version poche qui vient de sortir.

Auteur : Pierre Bordage

Titre : Chroniques des Ombres

Genre : Science-fiction, post-apo

Edition : J’ai lu

Pages : 862

D’autres avis : gruz, valunivers, Séverine de Songe d’une nuit d’été, Cornwall, Lune

Guillermo Del Toro et Chuck Hogan – La lignée, tome 1

La lignée tome 1

Depuis son atterrissage à l’aéroport de JFK à New York, un avion en provenance de Berlin ne répond plus à la tour de contrôle. Le spectacle qu’Ephraïm et son équipe d’épidémiologistes découvrent à bord a de quoi glacer le sang : tous les passagers sauf quatre, sont morts, en apparence paisiblement. Ont-ils été victimes d’un attentat au gaz ? D’une bactérie foudroyante ?

Plébiscitée par mon compagnon, la série « La lignée » me tentait depuis pas mal de temps. Beaucoup de blogueurs l’ont déjà soulignée mais cette saga est vraiment écrite sous forme cinématographique. Chaque scène est facile à imaginer et le rythme est vraiment haletant. Je suis ravie de bientôt pour découvrir cette histoire sous forme de série tv car jamais un roman ne m’a semblé autant taillé pour cela.

La tension apparaît immédiatement dans ce bouquin. On a d’abord cette grand-mère qui va raconter une vieille histoire flippante à son petit-fils puis on débarque à l’aéroport de New York où un phénomène étrange se passe. Un avion qui vient d’atterrir ne donne plus du tout signe de vie. Les lumières se sont éteintes, rien ne bouge dans l’habitacle et plus étrange encore, personne n’a essayé de téléphoner dans l’avion alors que cela fait bien un quart d’heure qu’il est cloué au sol. Et c’est là qu’on demande Eph -Ephraïm- à la rescousse.

Il y a donc toute une partie enquête où Eph et son équipe tente de découvrir ce qui s’est réellement passé dans cet avion. Il y a également des phases plus explicatives sur le changement des créatures. C’est d’ailleurs plutôt chouette d’être dans leur peau et puis des belles scènes d’action qui nous donnent la chair de poule. Bref, c’est bien dosé !

Le côté fantastique m’a aussi beaucoup plu. J’ai aimé qu’on découvre cela à l’époque moderne. On essaie de trouver des raisons scientifiques à leur état, d’expliquer leur comportement etc. Bref, analyser un phénomène paranormal avec des techniques modernes m’a paru très judicieux.

J’ai donc été agréablement surprise par ce roman et compte bien lire les 2 autres tomes qui forment cette trilogie. A lire en dégustant un bon paquet de pop corn donc ^^.

– Il était une fois un géant, dit la grand-mère d’Abraham Setrakian.

Les yeux du jeune Abraham brillèrent. Soudain, son bortsch lui parut plus appétissant ; en tout cas, il avait moins le goût d’ail. Abraham était un petit garçon pâle, maigrichon, maladif. Bien décidée à l’engraisser,  sa grand-mère restait assise face à lui pendant qu’il mangeait sa soupe dans son bol en bois, mais elle le distrayait en racontant une histoire.

Robert Kirkman, Charlie Adlard – Walking dead, tome 11 : Les chasseurs

Walking dead 11

Il était temps que je reprenne le comics Walking Dead après trois mois d’arrêt. Dans cette onzième aventure, les auteurs nous emmènent encore plus loin dans l’horreur. Vous vous demandez comment cela peut-être de pire en pire ? Hé bien, lisez-le !

Ce tome nous prouve encore une fois que dans ce monde post-apocalyptique, les plus dangereux ne sont pas les zombies mais bien les hommes. Je vous avais déjà parlé de l’évolution de la psychologie des personnages. Ici, on arrive au stade plus primitif où on agit puis on pense à ce que l’on fait. Le comportement des enfants est de plus en plus effarant. Je suis toujours autant attachée à Rick et à Glenn qui continuent d’en prendre plein la gueule ici.

Un beau suspense s’installe dans ce tome. J’ai bien aimé cette sensation d’être épiée qu’a notre petit groupe. Cela nous donne une tension tout particulière car on ne sait pas trop ce qu’il va se passer, même si le titre nous donne un bon indice.

J’ai beaucoup aimé la mise en page de ce tome avec des grands dessins  servant à nous montrer l’expression des visages de notre petit groupe de survivants. L’effet est garanti !

Bref, Walking Dead, c’est toujours aussi bien et traumatisant. Mais que nous réservent les auteurs pour la suite ? J’espère le découvrir rapidement.

4 sur 5

bigchallenge2013

1/7

Auteur : Robert Kirkman, Charlie Adlard

Titre : Walking dead, tome 11 : Les chasseurs

Edition : Delcourt

Genre : Comics, horreur

Pages : 137

D’autres avis : Acr0TatsuEmmaDorianbeLWalpurgis

Shingo Honda – Hakaiju, tome 1

Hakaiju, tome 1

Akira Takashiro est un lycéen banal avec tous les problèmes liés à l’adolescence : les filles, les bonnes notes, les rivaux, etc. Mais suite à un tremblement de terre, son monde est totalement changé. Tokyo est maintenant peuplé de monstres gigantesques. La survie ne fait que commencer…

J’ai vraiment pris ce manga au deuxième degré car je trouvais que les scènes d’actions étaient plus hilarantes qu’effrayantes. Il faut bien avouer que ces hideuses créatures ont des façons de tuer assez particulières : elles tranchent des jambes, des bras, des têtes…

Le point fort de ce livre est certainement le dessin de Shingo Honda. Les cases regorgent de détails tout comme les monstres dont chaque partie du corps semble incroyablement bien travaillé. L’effet est bien là : on reste sous le choc face à ces horribles créatures. Mais nous n’avons pas le temps de nous appesantir car ce premier tome est avant tout une série d’actions continues pour nos héros qui tentent de survivre face à cette menace dont pour l’instant, ils ne connaissent rien.

Les personnages sont d’ailleurs tout juste présentés et me semblent fort clichés pour l’instant. Le lycéen amoureux qui n’arrive pas à faire craquer sa dulcinée, la pom pom girl autoritaire, etc. Il va falloir encore un peu de temps avant de savoir quel sera le rôle à jouer de chacun des survivants de ce premier volume.

Voilà donc une lecture fluide et divertissante. Pour comprendre la psychologie des personnages et le pourquoi de la venue des monstres, il faudra attendre les volumes suivants. C’est le bémol de ce premier tome qui se contente juste de planter le décor apocalyptique de cette histoire. A moins que Shingo Honda désire juste seulement nous montrer des courses poursuites et des combats avec cette série…

3 sur 5

Lu dans le cadre de Masse Critique de Babelio

tous les livres sur Babelio.com

Auteur : Shingo Honda

Titre : Hakaiju, tome 1

Edition : Tonkam

Genre : Seinen

Pages : 200

Dean R. Koontz – Le rideau des ténèbres

Le rideau de ténèbres

Dean R. Koontz est un auteur d’épouvante très connu. C’est grâce à ce titre que je le découvre enfin. Dans ce roman, nous suivons Jack Dawson, officier de police enquêtant sur une série de meurtres à New-York. La particularité de ces crimes est que les victimes ont été griffées et dévorées.

Ce roman nous met directement dans une ambiance angoissante. A peine à la deuxième page, j’avais déjà les chocottes ! Et la tension ne fait que s’accentuer par la suite… Aux côtés de Jack, nous tentons d’élucider cette enquête. Celle-ci sera d’ailleurs bouclée dès la moitié du récit pour laisser place ensuite à un vrai roman d’horreur trépidant.

J’ai beaucoup aimé les personnages principaux. Penny, la fille de Jack, est une enfant très courageuse, qui se sent responsable de son petit frère. J’ai beaucoup admiré son sang froid. Jack est un père qui tente de faire ce qu’il peut maintenant que sa femme est décédée. Son esprit ouvert l’aidera à résoudre cette enquête. Il ne met aucune piste de côté.

Le style de Dean R. Koontz est très immersif. Il arrive à nous effrayer très facilement grâce à sa manière de décrire les situations cauchemardesques que vivent les protagonistes. Le livre se dévore en quelques heures tellement on a envie de savoir comment tout cela va terminer.

Bref, avec ce roman, Koontz nous offre un roman haletant, un savoureux mélange de policier et d’horreur. Je lirai certainement d’autres oeuvres de cet écrivain !

 

5 sur 5

Auteur : Dean R. Koontz

Titre : Le rideau de ténèbres

Edition : J’ai lu

Genre : Epouvante, horreur

Pages : 375