Fais-moi taire si tu peux !


Quel être humain normalement constitué oserait ruiner un mariage ? Quelle personne impitoyable faut-il être pour détruire le plus beau jour de la vie d’un couple ? Eh bien, il faut être prêtre, sexy en diable et révéler en pleine cérémonie les petites incartades de la future mariée… Lorsque Louise Adrielle, fleuriste, assiste à la scène, elle comprend mieux pourquoi on lui a demandé de décorer l’église en jaune cocu ! Traumatisée, elle se fait la promesse d’être désormais sur le qui-vive à chaque cérémonie. Car sa responsable l’a mise en garde : La dame au cabanon ne pourra être associé à une autre débâcle nuptiale. Si Louise assiste à un nouvel esclandre, les alliances ne seront pas les seules à finir au placard. 

Oh mais quelle chouette romance rafraîchissante ! Vraiment au départ, le résumé et la couverture ne me tentaient pas du tout. Je m’attendais à une histoire plus traditionnelle et culcul la praline.

Et au final, ben non, j’ai adoré ! J’ai adoré le caractère de Louise, bonne travailleuse mais qui se laisse marcher sur les pieds professionnellement.

Loïc est plus énigmatique et si on se plait à le détester par moment comme Louise, on se rend vite compte qu’il a peut-être un bon fond. J’ai pas mal craqué sur lui, j’avoue !

Ah oui et autre détail crucial : ça se passe à Lille et je ne sais comment Sophie Jomain a fait pour retranscrire aussi bien l’âme de cette ville et des ses habitants. Je m’y suis vraiment crue !

Bref, si vous aimez les romances, je vous conseille vraiment de le prévoir pour votre PAl de printemps.


  • Autrice : Sophie Jomain
  • Commencé le : 08/11/2018
  • Terminé le : 10/11/2018
  • Edition : Harlequin
  • Genre : Chick Lit
  • Pages : 306
  • Sorti le : 07/03/2018
  • Note : 5/5

Nora Roberts – La promesse de Noël

J’ai commencé le Cold Winter Challenge par cette petite romance de Noël. Et j’avoue que c’était plutôt chouette !

Shane Abbott vient d’hériter de la maison de sa grand-mère. Elle décide de la retaper et de monter un magasin d’antiquités et un musée. De l’autre côté du bois, un nouveau voisin arrive : Vance Banning, un bûcheron mystérieux qui ne la laisse pas de marbre.

J’ai apprécié pas mal de choses dans cette romance. Tout d’abord, le caractère de Shane, une jeune femme pétillante, qui sait exactement ce qu’elle veut. Elle a des réactions franchement badass par moment, dommage qu’elle ne s’y tienne pas toujours. J’ai aussi aimé le décor de ce petit village de montagne dans le Maryland. Les gens sont simples et très gentils. On a envie d’y rester !

La romance, quant à elle, est plutôt classique tout comme le caractère de Vance, mystérieux, mélancolique, bourru. Bref, le type, pas bien dans sa peau qui a besoin d’une femme pour se reconstruire.

Bref, dans l’ensemble, c’est une romance assez convenue mais qui présente tout de même quelques atouts. Elle se lit sans difficulté !

Escale 54/+75 : Montana, Etats-Unis

Auteur : Nora Roberts

Titre : La promesse de Noël

Edition : Harlequin

Genre : Romance

Pages : 288

Brenda Novak – Le danger invisible

le danger invisible

Le Danger Invisible, c’est l’histoire de 2 collègues Rachel et Nate qui vont tenter de s’infiltrer dans une secte car de drôles d’événements s’y déroulent : une femme ayant su s’échapper affirme avoir été lapidée, une autre est portée disparue…

Ce qu’il faut avant tout savoir sur ce récit, c’est que la romance constitue la moitié de l’intrigue. Ce n’est pas pour me déranger mais mieux vaut être au courant car moi, qui ne l’ai pas été, je me suis parfois demandé pourquoi on s’intéressait à leur petite histoire de coeur alors qu’un drame se joue juste à côté dans la secte.

Nate m’a paru un peu trop « lisse », courageux mais un peu réticent à s’engager, le personnage est un peu sous-exploité. Rachel est plus intéressante, de par son passé, vu qu’elle a grandi elle-même dans un groupuscule religieux assez fermé. Se retrouver à cotoyer une secte lui fait remonter des tas de souvenirs douloureux. Mais on sent que c’est une femme forte, qui a tendance à vouloir montrer à tout le monde de quoi elle est capable. Elle en fait même un peu trop mais c’est ce qui la rend crédible et attachante.

Pour moi, le suspense n’est vraiment présent que dans la deuxième moitié du récit. La première servant plus à « tâtonner le terrain » et nous présenter la relation ambiguë de ce duo d’enquêteurs. Mais la suite m’a vraiment plu, j’ai commencé à tourner les pages avec avidité et j’avais hâte de savoir comment tout cela allait se terminer, quels allaient être les éléments qui pouvaient ébranler cette communauté.

Le style de Brenda Novak est clair, sans fioritures et permet une lecture agréable bien qu’on ne s’extasie pas sur l’écriture.

Bref, malgré ses quelques défauts, Le danger invisible est une lecture sympathique et efficace. A tenter !

Auteur : Brenda Novak

Titre : Le danger invisible

Edition : Harlequin

Genre : Thriller, romance

Pages : 448

D’autres avis : Jbyali

Anne Hampson – Paradis tropical

paradis tropical

« Voici l’île des cascades et des montagnes, l’île des palmiers et des fleurs exotiques ! » s’écrie Jenny, quand, du bateau qui la conduit à la Dominique, paradis des Antilles, elle aperçoit la côte découpée à travers la brume.

Son père va épouser la mère de Max. Le jeune homme deviendra donc son frère par alliance. Et Jenny est ravie à cette perspective ! Elle aura enfin une famille, elle qui ayant perdu sa mère, en fut longtemps privée. Hélas… l’accueil de Max est glacial. Pourquoi manifeste-t-il une telle hostilité ?

Soooo… J’étais chez mes parents et je me suis dit que c’était l’occasion idéale de partir à la recherche d’un petit Harlequin pour participer aux Harlequinades Vintage organisée par Karine:). Je savais que la collection dont j’avais hérité datait des années 80 et rentrait donc pleinement dans le challenge mais j’ai voulu trouvé un des plus vieux et je suis tombée sur celui-ci écrit en 1970. En plus, il nous emmène en Dominique dans les Antilles et me permettait également d’avancer dans le challenge Globe-reader. Bref, je n’ai pas hésité longtemps et j’ai commencé direct cette petite romance.

Jenny, qui est donc l’héroïne de cette histoire est une jeune femme assez fougueuse. Sa rencontre avec celui qui est supposé devenir son frère par alliance est électrique. Il faut savoir que Max est une saleté de mâle dominateur qui ne supporte pas du tout qu’on lui désobéisse. Pour lui, vu qu’il loge sous son toit, il doit complètement régir son existence. Euuh ok… Vous êtes surs que c’est lui le prince charmant ? Non, parce que là c’est plutôt mal parti.

Les pages défilent… Max donne de plus en plus d’ordre et Jenny les enfreint systématiquement. Et puis hop, en un éclair, le comportement de Max change et il devient tout doux (enfin, il continue à diriger la vie de Jenny mais il le fait avec plus de tact en fait). Jenny se rend compte que Max a toujours raison alors elle décide de toujours suivre ses injonctions, pardon, ses « conseils ». Et voilà le happy end tant attendu arrive. Même si Max promet d’être plus conciliant, on sent bien que c’est Jenny qui a fait 95 % de l’effort pour s’approcher de lui.

Morale de l’histoire ? Ben, je suis un peu estomaquée ! On nous montre au début une femme indépendante et têtue qui sait très bien ce qu’elle veut pour finir par trouver une femme qui s’écrase devant un homme dominateur. Personnellement, cela ne me fait pas rêver du tout. Était-ce le cas des femmes des années 70 ou un message subliminal pour leur dire :  tu vois, ça sert à rien de rêver d’aventures et d’indépendance, retourne à ta cuisine, femme !

Challenge des globe-readersChallenge Globe-Reader : 12ème escale : Dominique, Antilles

Harlequinades-Vintage

Christine Merrill – La duchesse insoumise

la duchesse insoumise

Pourquoi mais pourquoi ai-je voulu lire ce livre ? La duchesse insoumise était mon premier Harlequin historique. Après avoir balayé mes préjugés de lire de la romance en découvrant leur collection YA Dark Kiss, j’avais envie de voir ce qu’Harlequin pouvait nous proposer en romance historique. Après avoir traîné dans ma liseuse pendant des mois, c’est finalement lorsque Thalia me l’a proposé dans le cadre du Livr’A Deux pour Pal’Addict que j’ai décidé de le lire.

Verdict ? Je n’ai pas été très loin, je ne pense pas avoir atteint la page 50. L’histoire est celle d’un jeune duc qui jure à sa mère sur le point de mourir qu’il va enfin se décider à se marier. Et lorsque la jeune fille arrive dans son château, ni une ni deux, un mariage arrangé est organisé. Et… je me suis arrêté là. Non parce que ce bon monsieur qui s’appelle Marcus est antipathique. Même envers sa mère, il joue le snob et l’être détestable. J’imagine bien que par la suite, il va devenir doux comme un agneau mais je n’ai pas eu la patience d’attendre que cela arrive. Quant à la jeune Miranda, elle m’a paru tout sauf insoumise. Il n’y a qu’à voir comment l’arrangement de leur mariage se fait en une poignée de mots. Emballé, c’est pesé !

Bref, déjà à bout de nerfs au bout d’une quarantaine de pages, j’ai préféré m’arrêter là pour cette fois. Mais je n’ai pas de regrets, cet ebook était gratuit lorsque je me le suis procurée. En attendant, je vais probablement retourner à mes Dark Kiss pour mes prochaines romances, à moins que je ne fasse un détour par chez Milady…

1 sur 5

livradeux

Auteur : Christine Merrill

Titre : La duchesse insoumise

Genre : Romance historique

Edition : Harlequin

D’autres avis : Fée lectrice, Paumadou,  Edenia, Eien, Megworld, Edenlalu, Roza-Maria, Tigrouloup, Vilvirt