Jean-François Thoron – Max: S.K

Max S K

Vous vous souvenez de Sylvia de Jean-François Thoron ? C’était un livre dont j’avais beaucoup aimé la partie thriller et je regrettais uniquement que cet aspect ne soit pas plus exploité. Et ben on dirait que l’auteur m’a écoutée (mais non je ne me fais pas des films m’enfin :D). Avec Mak S.K. on est à 100 % dans le thriller du début à la fin !

Petit topo sur l’histoire : La brigade d’Alain Fromentin est de retour et tente de coincer un serial killer sans succès. L’auteur ne laisse aucune trace et ne semble pas avoir d’alibi. Pour les aider à résoudre cette affaire, ils vont donc avoir l’aide d’une sorte de “profileuse” suédoise, Eileen.

Parlons tout de suite de ce qui fait le succès de ce roman : son côté addictif ! Il faut dire qu’il n’y a pas vraiment de temps mort dans ce récit car lorsque l’enquête piétine, l’auteur en profite pour approfondir les personnages et donc l’intérêt ne s’essouffle pas. La plume de l’auteur est d’ailleurs toujours aussi fluide que dans Sylvia et j’avoue avoir refermé ce livre après seulement 2 jours de lecture tellement j’étais absorbée par celle-ci.

J’étais bien contente de retrouver Fromentin même si je dois bien avouer qu’Eileen l’a rapidement éclipsée. Il faut dire que c’est un personnage très intriguant ! Elle a des capacités hors norme et semble avoir une bonne part d’ombre.

Bref, Max S.K., c’est un récit plein de rebondissement avec une tension qui monte crescendo et des personnages charismatiques. Vous l’avez compris, j’ai passé un excellent moment et ne peux que vous recommander de le mettre dans votre liseuse pour cet été.

Auteur : Jean-François Thoron

Titre : Max: S. K

Edition : Librinova

Genre : Thriller

Pages : 254

D’autres avis : Les Crokeuses, Echappées littéraires

Muriel Barbery – L’élégance du hérisson

l'élégance du hérisson

J’ai acheté ce livre en occasion sans trop y penser. Et je l’ai pioché dans ma PAL sans savoir vraiment ce que je cherchais. Bref, est-ce ce manque d’envie qui a conduit à l’abandon de cette lecture ? Peut-être bien mais je pense qu’il y avait autre chose…

L’élégance du hérisson est un roman qui a eu pas mal de succès à sa sortie. Un film en a même été tiré avec Josiane Balasko dans un des rôles principaux.  Dans ce récit, nous suivons parallèlement, René, une concierge de 54 ans plus cultivée qu’elle n’y paraît mais qui fait semblant d’être une simplette qui passe son temps à regarder des programmes abrutissants à la télévision et de Paloma, une préado de 12 ans qui vit dans le même immeuble et qui décidé de se suicider à la fin de l’année scolaire.

Comme vous pouvez le voir, les personnages sont plutôt intrigants. Alors pourquoi cela n’a pas fonctionné avec moi ? Il faut savoir que ces deux narratrices sont très hautaines et parlent toujours des autres avec une suffisance qui m’a beaucoup énervée. Pourtant, elles donnent envie de se cultiver, de lire des ouvrages plus complexes que ce dont on a l’habitude et de s’ouvrir l’esprit. Et c’est là tout le problème… J’ai toujours cru que la connaissance amenait à s’ouvrir l’esprit et à davantage de tolérance. Ces personnages froids et arrogants m’ont prouvé le contraire. On peut être assoiffé de connaissance mais ne pas vouloir partager celle-ci et mépriser les autres.

Le roman est écrit sous la forme de lettre ou de confession. Pourtant, vu le caractère des personnages, je n’ai pas su m’attacher à eux.

Bref, j’ai abandonné ce livre après une centaine de pages à défaut de le jeter par la fenêtre. Et je ne pense pas lui laisser de seconde chance…

Johan Bourret – L’Intrépide

l'intrépide

L’Intrépide raconte l’histoire de Marceline, une jeune bourgeoise venant de donner naissance à son premier enfant. Elle vit avec son mari sur un domaine viticole durant le second empire. Mais cette vie parfaite va bientôt voler en éclat.

Cela fait longtemps que je n’ai plus lu un aussi bon roman historique. Je suis directement rentrée dans cette histoire et je pense que son héroïne, Marceline, y est pour beaucoup. Femme avant-gardiste, elle se bat pour l’éducation des femmes de son époque en instruisant la lecture aux ouvrières de son domaine par exemple. Femme choyée, elle va pourtant faire preuve d’un grand courage lorsque des événements tragiques vont lui tomber sur la tête et qu’elle va devoir prendre de grandes décisions pour ses vignes.

Le style de Johan Bourret est vraiment très agréable. On glisse sur cette histoire sans accroc tellement l’auteur sait bien décrire cette histoire et sait lui donner du rythme. L’identification aux personnages est très aisé tellement ils paraissent crédibles et attachants. Les derniers chapitres sont d’ailleurs très haletants.

Mon seul petit bémol concerne la couverture. On y voit une femme aux cheveux sombres alors que Marceline est blonde. Peut-être pensez-vous que j’exagère en soulignant ce détail mais pour moi, il est important que l’éditeur fasse attention à ce genre de choses, surtout qu’on mentionne la couleur des cheveux de Marceline dès les premières pages.

Bref, cette lecture fut vraiment une agréable surprise pour moi. Comme souvent, c’est grâce aux petites histoires personnelles que j’arrive à mieux appréhender l’Histoire avec un grand H. Ce livre m’a donc permis d’approfondir cette époque trouble de la fin du second empire et du mouvement de la Commune. Je découvrirai avec plaisir d’autres romans de cet écrivain.

Auteur : Johan Bourret

Titre : L’Intrépide

Edition : Pygmalion

Genre : Historique

Pages : 405

D’autres avis : Sasha

Marcel Proust – A la recherche du temps perdu, tome 1 : Du côté de chez Swann

Du côté de chez Swann

Voilà déjà un petit temps que je voulais m’atteler à la lecture de cette oeuvre culte qu’est A la recherche du temps perdu de Proust. Malgré les avis pessimistes de certains lecteurs, j’ai décidé de lancer une lecture commune au long cours de cette saga. Vous pouvez retrouver cette LC sur le forum Livraddict à cette adresse.

Nous voilà donc à aborder le premier tome de cette oeuvre monumentale. Mon édition fait déjà plus de 900 pages sur ma liseuse. Le chemin va être long ! J’ai ensuite découvert la petite vie du narrateur. L’auteur aime vraiment bien détailler son univers. Il rentre dans le fond des choses et nous offre des personnages complexes et attachants.

Parmi ceux-ci, j’ai bien aimé Swann mais beaucoup moins sa femme, Odette. Mais je pense que je reste le plus attachée à notre narrateur vu que c’est à travers son regard que nous découvrons cette histoire. J’ai aimé le découvrir avec ses problèmes d’enfant puis d’adolescent.

L’écriture de Proust est sublime. Je m’y suis plongée avec délectation ne voyant pas le temps passer même si il est vrai qu’après avoir lu une centaine de pages, une pause s’imposait.

Au niveau des points faibles, je citerai la lenteur du récit. Proust veut tellement tout nous expliquer que le rythme est vraiment très mou. Cette impression est d’ailleurs accentuée par le fait que l’intrigue ne m’a pas paru sensationnelle. En effet, quand j’y repense après coup, il ne se passe pas grand chose dans ces 900 pages.

Pour l’instant, je ne vois pas encore ce qui rend cette oeuvre si monumentale à part le style très joli de Proust mais j’ai tout de même apprécié cette lecture et vais poursuivre la saga.

Les avis des autres participants à cette lecture commune : Mypianocanta, Jutiboli, ramettes, Chtitepuce, Jul’ (liens à venir)

3 sur 5

Challenge un classique par mois

Auteur : Marcel Proust

Titre : A la recherche du temps perdu, tome 1 :  Du côté de chez Swann

Edition : Feedbooks

Genre : Classique

Pages : + de  900

Bernard Ollivier – Histoire de Rosa qui tint le monde dans sa main

Histoire de Rosa qui tint le monde dans sa main

Au début du XXème siècle, dans la campagne bretonne, la jeune Rosa, 16 ans est mariée à un vieil ivrogne appelé Matthieu. Huit ans plus tard, Mathieu est en fin de vie et Rosa a ouvert une petite buvette dans laquelle deux hommes font un drôle de pari : celui d’être le meilleur baiseur. Petit à petit, beaucoup de mâles vont vouloir participer à ce jeu et les enchères vont monter. Rosa va être emporté dans cette drôle d’histoire.

Je m’attendais à une lecture agréable mais pas à une histoire si addictive. Je n’ai tout simplement pas pu refermer le livre avant de l’avoir terminé.  Et cela tient essentiellement à Rosa, cette jeune femme si moderne, avec son tempérament bien trempé sans être une grande gueule pour autant est vraiment très sympathique à suivre. Au fil des jours, elle se rendra compte de la sensibilité des hommes. Que les plus fanfarons ne sont pas forcément les plus entreprenants une fois que le public est parti et que les plus timides peuvent se révéler dans l’intimité.

Bref, c’est un très joli petit roman très bien exécuté. La tension et le suspense au fur et à mesure. Les personnages sont bien décrits et on n’a aucun mal à s’imaginer la petite vie dans ce village. Histoire de Rosa qui tint le monde dans sa main est un roman étonnant qui se lit en une soirée.

L’intrigue est servie par l’écriture de Bernard Ollivier qui a su totalement me happer. L’auteur a su décrire ses protagonistes sans pour autant en faire des clichés ou faire preuve de raccourcis. Voilà un roman tendre et très intéressant. Une très bonne surprise pour moi !

4 sur 5

Lu dans le cadre du Masse Critique de Babelio :

 

Auteur : Bernard Ollivier

Titre : Histoire de Rosa qui tint le monde dans sa main

Edition : Phébus

Genre : Contemporain

Pages : 256

D’autres avis : Feedback Baby