Le charme discret de l’intestin

Voilà un essai qui a bien fait parler de lui ! Et je comprends maintenant pourquoi.

Le charme discret de l’intestin est un essai de vulgarisation scientifique qui nous explique tout sur un organe mal aimé et pourtant essentiel à notre survie et je dirais même à notre bonheur : notre intestin. Giulia Enders explore en détail ces quelques mètres de l’intestin et nous dévoile ces nombreux rôles.

J’ai trouvé que c’était hyper intéressant. Giulia Enders explique cela de manière très ludique et simple. Le tout est agrémenté de petits dessins de la soeur de l’autrice qui offre une petite touche d’humour. A la fin, on retrouve de nombreuses études scientifiques pour appuyer les faits retranscrits ici.

Il est vraiment clair et précis et j’ai appris de nombreuses choses. En revanche, je pense que le lire d’une traite risque d’être un peu lourd à digérer (ahah, il fallait que je la fasse !) et je vous conseille donc plutôt de le dévorer par petits bouts.

Autrice : Giulia Enders

Commencé le : 22/03/2018

Terminé le : 28/03/2018

Edition : Actes Sud

Genre : Non fiction, essai

Pages : 352

Sorti le : 01/04/2015

Note : 4/5

Caroline Sost – S’épanouir à l’école

Caroline Sost est la créatrice de Living School, une école parisienne à la pédagogie active. C’est un sujet qui m’intéresse énormément vu que ma fille est bientôt en âge scolaire. Et après avoir lu Les lois naturelles de l’enfant de Céline Alvarez ou L’enfant de Maria Montessori, celui-ci me semblait le prolongement !

Mais avant tout, il faut savoir que j’ai quand même failli abandonner ce bouquin. Pourquoi ? L’introduction, dans laquelle Caroline Sost nous explique son parcours avant d’ouvrir son école m’a paru vraiment très long.

A part ça, j’ai vraiment trouvé cet ouvrage très intéressant. Il donne de l’énergie pour monter soi-même sa propre école (peut-être, un jour, qui sait…) et donne des tas d’astuces pour mener une éducation différente de celle des bancs d’école.

J’ai surtout aimé que l’école n’utilise pas le système de punitions mais plutôt la valorisation. J’ai adoré aussi l’idée d’une petite foire aux talents tous les ans où chaque enfant peut montrer ses compétences aux autres. Je garde aussi en tête l’idée du “recentrage” quand on est en colère ou le fait de développer une satisfaction intérieure et non attendre celle des autres.

Résultat : des enfants épanouis, sûrs d’eux, prêts à découvrir le monde !

Partenariat avec NetGalley et les éditions Robert Laffont

Autrice : Caroline Sost

Titre : S’épanouir à l’école

Edition : Robert Laffont

Genre : Education

Pages : 304

Jessica-Joëlle Alexander et Iben Dissing Sandahl – Comment élever les enfants les plus heureux du monde

Intéressée par l’éducation bienveillante, j’étais curieuse de découvrir cette ouvrage sur l’éducation danoise qui repose sur les mêmes principes.

Au début, ça partait plutôt mal vu que je lisais “En Belgique, les enfants ont le droit de boire de la bière”. Et bim gros stéréotype plus du tout d’actualité ! Heureusement, une fois qu’on rentre dans le vif du sujet, il y a vraiment des choses à retenir.

Le livre s’article autour de 6 idées que voici :

1ère idée : Laisser les jouer librement ! Ça permet de faire des adultes moins stressés par la suite.
2ème idée : L’authenticité. Ne pas complimenter tout le temps l’enfant mais être réaliste. Complimenter l’effort et non l’intelligence.
3ème idée : le recadrage : Eviter les discours réducteurs (mon fils est bordélique, ma fille est nulle en math, etc.). Il n’y a pas de vérité figée mais des enfants qui passent par des émotions différentes. Si on colle des étiquettes à nos enfants, elles risquent de se réaliser.
4ème idée : Enseigner l’empathie
5ème idée : Refuser les ultimatums, les punitions, les rapports de force. Comprendre que l’enfant est foncièrement bon.
6ème idée : Le “hygge” : la convivialité à la danoise, c’est profiter des moments en famille, en cocooning, ne pas parler des moments qui fâchent.

La deuxième idée m’a fait beaucoup réfléchir ainsi que la dernière. Je ne sais pas si c’est la meilleure recette pour faire des enfants heureux mais il y a certainement des idées à puiser dans ce livre !

Bref, un livre intéressant sur l’éducation bienveillante qui intéressera tout ceux qui veulent se lancer dans cette mouvance. L’essai est écrit avec des mots simples et permet une lecture rapide et fluide. Il est truffé d’exemples concrets pour mettre en pratique les conseils donnés.

A lire donc !

Auteurs : Jessica-Joëlle Alexander et Iben Dissing Sandahl

Titre : Comment élever les enfants les plus heureux du monde

Edition : JC Lattès, collection Parent+

Genre : Essai

Pages : 157

Camillle Emmanuelle – Sang Tabou

J’ai lu ce bel essai des éditions La Musardine. Il faut bien avouer que les règles restent un tabou dans de nombreux domaines : les arts, en société, etc. Il y a toujours de drôles de superstitions sur cette période.

Dans ce livre, Camille Emmanuelle parle de tout cela et de plus encore. Je ne m’étais jamais rendu compte à quel point c’était tabou mais il faut bien l’avouer que moi aussi, je ne me vante pas quand je les ai et si je dois demander une serviette hygiénique en dépannage, je vais le demander tout bas. D’où nous vient ce sentiment de honte alors que c’est un phénomène naturel et universel pour toutes les femmes ?

Ce livre est une réflexion intéressante sur ce sujet et je vous le conseille si vous vous intéressez à ce sujet.

Auteur : Camille Emmanuelle

Titre : Sang Tabou

Edition : La Musardine

Genre : Non fiction, essai

Pages : 206

Daniel Pennac – Chagrin d’école

Chagrin d'école

Voilà une lecture parfaite pour la rentrée ! Chagrin d’école est un mix entre le témoignage d’un cancre et la vision d’un professeur. Mais derrière ces 2 narrateurs se cachent la même personne Daniel Pennac, le cancre devenu professeur.

Je sors plutôt mitigée de cette lecture. Bien que le propos soit fort intéressant, ce mélange de genre entre essai et témoignage m’a perturbée. Je trouve également que le livre manque de structure. L’auteur laisse pérégriner ses pensées pendant presque 300 pages sans réelle organisation. L’auteur est également un peu naïf en ce qui concerne l’éducation. En l’écoutant, j’avais presque l’impression que les mots pouvaient tout résoudre, ce qui n’est effectivement pas le cas.

On m’avait beaucoup vanté le style de Daniel Pennac et j’avoue ne pas vraiment y être sensible. Ce n’est pas mal écrit, loin de là, je trouve simplement que sa plume n’a pas de charme particulier.

Bref, malgré que mon avis soit en demi en teinte, je ne regrette pas cette lecture qui m’a tout de même permise de rentrer dans la peau d’un cancre et de la souffrance qui peut en découler. Quand on parle des cancres, c’est souvent pour citer leurs perles ou pour se moquer mais il ne faut pas oublier que derrière cela, il y a un enfant en souffrance qui a besoin d’aide.

Auteur : Daniel Pennac

Titre : Chagrin d’école

Edition : Folio

Genre : Essai

Pages : 297