Vénus noire

Voici l’incroyable histoire de Saartjie Baartman, esclave magnifique venue d’Afrique du Sud, à Londres, au début du XIXe siècle et qui défraya la chronique. Dotée d’une particularité physique inconnue en Occident (un fessier surdéveloppé), elle devient l’objet de toutes les convoitises… et de toutes les humiliations. Exhibée comme une bête de foire, prostituée de force, la Vénus Hottentote devra se battre contre tous pour prouver son humanité. 

Je ne connaissais pas du tout la vie de la Vénus Hottentote et j’avoue que découvrir sa biographie m’a bien retournée l’estomac. On a souvent l’impression que cette période de l’histoire est assez civilisée mais on oublie complètement le traitement que les personnes de couleur avaient à l’époque.

Plus honteux encore, c’est de voir que même il y a 40-50 ans, l’idée d’offrir une sépulture respectueuse à Saartjie Baartman n’est pas partagée unanimement.

Je découvre avec cet ouvrage le coup de crayon de Renaud Pennelle. Son dessin est assez réaliste même si sa manière d’accentuer les contours m’a un peu rebutée au premier abord. En tout cas, il dessert très bien cette intrigue. Son côté un peu vague, donne l’impression d’être dans la tête de Saartjie qui doit trouver bien étrange la cité de Londres.

Bref, je vous le recommande fortement. A noter que cette BD est en fait l’adaptation graphique d’un film éponyme d’Abdellatif Kechiche sorti en 2010.


C’est chez Noukette que le rendez-vous s’installe cette semaine !

  • Autrice :
  • Commencé le :
  • Terminé le :
  • Edition :
  • Genre :
  • Pages :
  • Sorti le :
  • Note :

Auschwitz

En dépoussiérant ma wish list sur Livraddict, je suis tombée sur Auschwitz, une BD de Pascal Croci qui est un auteur de BD dont j’apprécie beaucoup le travail. Ni une, ni deux, dès que je l’ai aperçue à la bibliothèque, je l’ai emprunté.

C’est à travers la famille Kazik que nous découvrons le monstrueux camp de concentration d’Auschwitz. Vie quotidienne et lutte de pouvoirs sont au coeur de cette intrigue. La BD se concentre uniquement sur cette période, et non sur ce qui l’a provoqué ou sur comment les personnes y ont survécus. Bref, on est plus dans un portrait froid, glacé, choquant des camps de concentration. Le tout nous est présenté par le dessin de Pascal Croci que je trouve toujours aussi magnifique. L’intensité des regards, la posture des personnages. Cela donne des frissons dans le dos.

Auschwitz est exactement dans la même veine que Maus, je dirais même qu’on frôle la redondance et que le sujet est mieux traité par Art Spiegelman. Mais si le sujet vous intéresse ou que vous voulez l’utiliser comme outil didactique pour la jeunesse, foncez !

Les autres BD de la semaine sont à découvrir chez Stéphie.

Escale 63/+75 : Auschwitz, Pologne

Auteur : Pascal Croci

Commencé le : 15/08/2018

Terminé le : 15/08/2018

Edition : EP

Genre : BD

Pages : 76

D’autres avis : Mo’