Olivier Péru, Stéphane Billeau – Elfes, tome 03 : Elfe blanc, coeur noir

Elfes tome 3

Les Elfes blancs, j’avoue que ce n’était pas un peuple qui m’intéressait particulièrement. Mais j’ai plutôt aimé le début de cette histoire. On y suit un père et son fils adoptif partis traqué un dragon blanc pour le ramener sur leur îles. J’ai vu que certains lecteurs reprochent la lenteur de cette première partie alors que personnellement, j’ai trouvé que c’était la meilleure car on apprend à connaître les personnages et le mystère qui entoure ce dernier dragon blanc est très intéressant. Par la suite, on a un surplus d’action et de violence et une fin un peu trop facile à mon goût. Dommage car j’avais trouvé le début vraiment prometteur mais le revirement de situation à la fin m’a fortement déplu.

Je n’ai rien à redire aux dessins de Stéphane Billeau. J’aime surtout les grandes cases qui montrent le décor dans lequel évoluent les personnages. On pourrait presque s’immerger dedans !

Bref, ce troisième tome est agréable mais ce n’est pas mon préféré. Je vais maintenant découvrir les semi-elfes dans le tome 4 : L’élu des semi-Elfes.

Auteurs : Olivier Péru, Stéphane Billeau

Titre : Elfes, tome 3 : Elfe blanc, coeur noir

Edition : Soleil

Genre : BD

Pages : 56

D’autres avis : ChinookLes Mondes de ClèmSupyLectures & cieParthenia

Nicolas Jarry et Gianluca Maconi – Elfes, tome 02 : L’honneur des elfes sylvains

elfest2

En écrivant cette chronique, je me demande pourquoi j’ai mis autant de temps à continuer cette saga. Parce qu’Elfes est vraiment une série de BD qui a tout pour plaire : un procédé inédit où les auteurs changent suivant les tomes mais où l’univers reste le même. La différence étant qu’on s’intéresse à chaque fois à un autre peuple d’elfes. J’avais lu le tome 1 sur les Elfes bleus il y a un peu plus d’un an et j’avais bien apprécié. C’est également le cas pour ce deuxième opus.

Les elfes sylvains est une peuplade plus connue dans la mythologie fantasy. On en voit et on en croise souvent. Nicolas Jarry et Gianluca ont décidé de nous montrer leur rapport avec les humains. L’histoire est belle bien qu’un peu triste. On peut l’apparenter à une fable qui se déroule dans une nature mystique.

Les dessins de Gianluca Maconi sont détaillés surtout en ce qui concerne les décors. Ca peut-être un peu risqué d’avoir un récit qui se déroule quasi intégralement en forêt, surtout quand les personnages sont également habillés en vert mais le dessinateur y arrive parfaitement.

Bref, L’honneur des Elfes sylvains est un récit tragique bien maîtrisé et finement dessiné. Bien que j’ai davantage aimé le premier volume, j’ai tout de même passé un très bon moment aux côtés de ces Elfes sylvains et j’ai déjà hâte de découvrir les Elfes blancs qui sont l’objet du prochain tome.

Auteurs : Nicolas Jarry, Gianluca Maconi

Titre : Elfes, tome 2 : L’honneur des Elfes sylvains

Edition : Soleil

Genre : BD, fantasy

Pages : 54

D’autres avis : Parthenia, Supy, Aveline, Lectures & cie

Jean-Luc Istin, Kyko Duarte – Elfes, tome 1 : Le Crystal des Elfes bleus

elfes-tome-1-cover

Le principe de cette bande dessinée est de présenter un type d’Elfes par tome. Tous ces Elfes habitent dans le même univers et les auteurs varient à chaque tome. Dans ce premier volume, on s’intéresse donc au peuple des Elfes bleus. On y suit deux intrigues qui vont finir par se croiser : Lanawyn et Turin qui vont enquêter sur le massacre des Elfes bleus d’Ennlya, un massacre pour instant inexpliqué et la jeune Vaalan qui; selon la prophétesse, serait l’élue pour aller chercher le crystal bleu au coeur de l’océan.

Je ne connaissais pas les Elfes bleus. Je ne sais pas si ce sont une invention des auteurs ou un peuple reconnu dans la littérature fantasy. En tout cas, pour ma part, c’est la première fois que je les croise et j’ai beaucoup aimé leur osmose avec l’eau. Vu qu’ils vivent tout au Nord, ils sont aussi habitué aux paysages enneigés. Bref, l’eau est vraiment leur élément et se voit même sur la couleur de leur peau.

Concernant l’intrigue, je ne l’ai pas trouvé bâclée même si j’avoue que j’aurais aimé passer plus de temps avec les personnages car en un tome, c’est difficile de beaucoup s’attacher à eux. On reconnait aussi tout de suite les méchants à leur faciès mais j’ai tout de même été surprise par la fin. Je considère que c’était une lecture agréable.

J’ai aussi grandement apprécié le dessin de Kyko Duarte qui magnifie les décors bleus et blancs dans lequel évoluent ces magnifiques Elfes. L’incursion dans ce monde est immédiate grâce à ce très beau dessin. Les traits des personnages sont également soignés.

Bref, voilà une première aventure convaincante dans le monde des Elfes. J’espère que les autres peuples mises en scènes par d’autres auteurs sauront également me séduire.

Elfes 1 illustration

Merci à ma Thalia de me l’avoir proposé pour le Livr’a Deux pour Pal’Addict et d’ainsi m’avoir aidé à le sortir plus rapidement de ma PAL ^^.

livradeux

Auteurs : Jean-Luc Istin, Kyko Duarte

Titre : Elfes, tome 1 : Le Crystal des Elfes bleus

Edition : Soleil

Genre : BD, Fantasy

Pages : 54

D’autres avis : Parthenia, Ilyza

Laura Gallego Garcia – Chroniques de la Tour, tome 1 : La vallée des loups

Chroniques de la tour, tome 1 : La vallée des loups

Dana n’est qu’une enfant au début de ce premier tome. Elle a pour ami Kai, un garçon de son âge. Malheureusement, elle va rapidement se rendre compte qu’elle est la seule à pouvoir le voir. Les autres habitants du village la traitent de cinglée jusqu’au jour où un étrange voyageur va l’emmener à la Tour, une des dernières écoles de magie qu’il reste dans ce monde.

L’intrigue de ce premier tome n’est pas des plus originales. Dana, petite fille marginale dans son petit village, va partir étudier la magie avec un vieux maître mystérieux. Le roman va donc se concentrer sur son apprentissage et la découverte de ses dons si particuliers.

Dans cet univers, la magie s’apprend en 4 étapes qui correspondent aux 4 éléments (terre, eau, air, feu). Malheureusement, on ne s’attarde pas longtemps sur l’éducation de Dana qui passera de l’âge de 10 à 15 ans en quelques pages mais ce n’est pas le but du récit après tout. Dans ce roman, on retrouve les thèmes qui sont chers à Laura Gallego Garcia tels que l’amour entre adolescents ou le rapport entre l’homme et les animaux.

Autre marque de fabrique si je puis dire, nous avons une héroïne très courageuse comme personnage principal. Dana n’a clairement pas froid aux yeux et sait pertinemment ce qu’elle veut. Néanmoins, elle essaye de ne pas blesser ses proches mais ce n’est pas toujours facile. Autre figure importante de ce premier tome, Fenris, un elfe qui m’a beaucoup intriguée. Je sais qu’un préquel lui est consacré et je serai vraiment curieuse de le découvrir.

Cette saga est clairement destinée à la jeunesse. L’intrigue reste simple et les personnages sont peu nombreux. Le livre est court et les évènements s’enchaînent rapidement. De ce fait, je pense que cela peut être une très bonne entrée en matière pour ceux qui aimeraient se frotter à la fantasy pour la première fois.

Laura Gallego Garcia nous sert encore une écriture fluide et très charmante. Même si en le lisant, on se dit qu’elle ne révolutionne pas le genre, on se laisse embarquer par la jolie petite histoire qu’elle nous offre et l’air de rien, on s’attache aux personnages et on tremble pour eux.

Bref, j’ai passé un très agréable moment de lecture en compagnie de Dana, Kai, Fenris et les autres. L’histoire pourrait se terminer ici mais j’ai tout de même hâte de découvrir ce qui va leur arriver dans les 2 prochains tomes. Un bon moment de détente en somme !

4 sur 5

Autres livres de l’auteure publiés sur le blog :

Le collectionneur d’horloges extraordinaires

Idhun, tome 1 : La résistance

Deux cierges pour le diable

 

Auteur : Laura Gallego Garcia

Titre : Chroniques de la tour, tome 1 : La vallée des loups

Edition : J’ai lu

Genre : Fantasy, jeunesse

Pages : 253

D’autres avis : deliregirl1titepomme (Mam’Schmocker)MatildaevazerounMandy88Harmonie-LittéraireMax HellGuenièvreBlackButterfly

James Clemens – Les bannis et les proscrits, tome 5 : L’Etoile de la sor’cière

Mon avis :

Ça y est, c’est le grand final ! Elena et tous ses compagnons se préparent à la  bataille ultime contre les forces du mal.

Comme pour les quatre premiers tomes, j’ai été enchantée par cette saga de James Clemens. Chaque personnage est tellement bien façonné qu’on arrive à s’attacher à chacun d’eux, même s’ils sont une bonne dizaine.

Il y a bien sûr Er’ril et Elena qui deviennent exactement ce qu’on attend d’eux. Et d’autres qui m’ont beaucoup surpris comme Mogweed ou Joach.

Dans ce dernier tome, on en apprend plus sur les si’lura, un peuple qui nous était encore assez mystérieux jusqu’alors. Je pense que c’est l’espèce qui me plait le plus. Mais, je ne vous en dirais pas plus, à vous de les découvrir ;).

La fin de cette histoire est assez surprenante à certains égards. Les grandes lignes étaient toutes tracées mais on trouve quand même des petites surprises qui m’ont donné envie de découvrir d’autres livres de l’auteur.

Seul petit bémol pour moi dans ce dernier livre, les grands méchants m’ont semblé assez fades. Le seigneur noir est juste un individu pathétique qui a soif de vengeance et la sor’cière Sisa’Kofa est beaucoup moins effrayante que je ne le pensais. Leurs réputations à tous les deux laissaient penser qu’ils étaient bien plus redoutables. J’ai trouvé ça plutôt dommage.

A choisir, je préfère de loin Greshym qui a encore su encore plus m’exaspérer. Voilà un vrai gros méchant machiavélique ! Il n’y a rien de plus irritant… c’est pourquoi, je n’avais qu’une envie, tourner les pages pour savoir si on arrivera à contrecarrer ses plans.

Bref, une très bonne fin pour cette fantastique saga qui a su me tenir en haleine jusqu’au bout. Dommage que les grands méchants n’étaient pas plus charismatiques.

5 sur 5

Le petit plus : Lu dans le cadre d’une lecture commune. Les autres participants sont Karline, Mycoton, Lisalor, Phooka, Thalia

Et ça commence ainsi :

C’est étrange de rêver de mort par une belle journée printanière.

Partout, à travers les îles de Kell,  la vie renaît dans la tiède chaleur du soleil. Depuis les plages côtières, le rire des enfants tinte gaiement dans la brise tandis que les jours s’allongent. Les collines se parent d’un vert scintillant, et les fleurs déploient leurs pétales tout neufs dans la lumière. Les gens ouvrent leurs volets et plantent des graines dans les jardinières sur le bord de leurs fenêtres. C’est le temps du renouveau.

Auteur : James Clemens

Titre : Les bannis et les proscrits, tome 5 : L’étoile de la sor’cière

Edition : Milady

Genre : Fantasy

Pages : 829