Ambre Dubois – Les Soupirs de Londres, tome 2 : Le sang d’Hécate

le sang d'hécate

Avant tout, je tiens à remercier Thalia qui m’a prêté ce deuxième tome, tout comme le premier d’ailleurs. Sans elle, je ne sais pas si j’aurais eu la chance de me pencher sur cette saga.

J’ai essayé de ne pas en attendre trop du Sang d’Hécate. Les avis que j’ai trouvé sur le net étaient assez unanimes pour dire qu’il était en de ça du premier volume à savoir Le Manoir des Immortels. Voilà deux ans que je l’ai lu et j’avoue ne plus me souvenir exactement de mon ressenti. Et finalement, tant mieux car ça m’a vraiment permis d’apprécier ce second opus que j’ai trouvé très bon !

Ce fut un réel plaisir de retrouver Stella qui est un personnage énigmatique mais attachant. J’aime également sa relation avec les autres vampires, aussi envoûtants que dangereux. L’intrigue est bien ficelée. Le rythme n’est pas effréné mais ce n’est clairement pas ce qu’on demande de ce genre de livre. Plus que l’histoire en elle-même, j’aime l’ambiance qui se dégage de ce livre, mélange de mystère et de sensualité.

Et puis, il y a l’écriture d’Ambre Dubois, toujours totalement en phase avec cet univers et qui est un régal à lire.

Bref, j’ai apprécié ce deuxième tome et je continuerai avec plaisir la saga.

Auteur : Ambre Dubois

Titre : Les Soupirs de Londres, tome 2 : Le Sang d’Hécate

Edition : Editions du Petit Caveau

Genre : Fantastique

Pages : 288

D’autres avis : SitaKlemociusBookHystericLoveLes Lecture d’AngelSariahlouThaliaAude1

Ambre Dubois – Les Soupirs de Londres, tome 1 : Le Manoir des Immortels

le manoir des immortels

Londres, 1888…

La ville est secouée par les épouvantables crimes de Jack l’Eventreur. Dans la petite communauté vampirique locale, dirigée par le ténébreux Rodrigue, l’on se pose des questions. Le tueur serait-il l’un d’eux ?

La belle Stella, reconnue pour ses étonnants pouvoirs occultes, va être chargée de mener l’enquête auprès d’une curieuse famille bourgeoise, les Heartavy.

Finira-t-elle enfin par découvrir la terrible vérité ?

Ça faisait très longtemps que je voulais découvrir ce roman. C’est qu’il avait tout pour me plaire vu que c’est une intrigue fantastique se déroulant au XIXème siècle. Je remercie donc grandement ma petite Thalia de me l’avoir prêté ^^. Je l’ai finalement dévoré au début de mon RAT (Read-a-Thon) d’Halloween et je le regrette nullement car il m’a permis de partir d’un bon pied.

Alors qu’est-ce qui m’a plu dans ce bouquin ? J’ai bien aimé suivre Stella, qui est une vampire assez élégante. Ce n’est pas la cheftaine de son clan et j’ai bien aimé la voir se faufiler parmi les humains pour résoudre le mystère autour d’une famille bourgeoise un peu suspecte. Dans ce tome, on évoque également l’affaire Jack l’Éventreur et là aussi des vampires de son clan vont devoir essayer de découvrir qui se cache derrière ces crimes odieux : serait-ce un des leurs ?

Le style d’Ambre Dubois est gracieux. On a l’impression de lire un grand classique de la littérature fantastique mais avec beaucoup plus de fluidité. Vraiment, ça se lit très bien et on est rapidement plongé dans cette ambiance londonienne du XIXème siècle.

Les vampires m’ont paru crédibles. Rien de trop extravaguant dans leurs capacités, l’auteur nous distille quelques infos sur eux pour ne pas nous laisser sur notre faim mais à mon avis, il reste encore pas mal à exploiter pour les prochains tomes. Et tant mieux !

Bref, même si ce n’est pas un coup de coeur, cette lecture fut tout de même pour moi un vrai régal. Deux questions se posent désormais : Thalia, as-tu déjà la suite en ta possession et si oui, quand me la prêteras-tu ? 😀

Le brouillard s’intensifiait dans les rues de Whitechapel. Il recouvrait peu à peu chaque mur et chaque pierre d’une étrange pellicule grisâtre. Aucune lumière, aucune lueur, pas même la déesse lune, souveraine des nuits, ne parvenait à traverser cette brume épaisse. La rue, avec ses tristes pavés humides, ressemblait à un cauchemar. L’air était froid et tranchant, meurtrissant la gorge à la moindre respiration.

Adeline Debreuve-Théresette – De Notre Sang

C’est avec De Notre Sang que je découvre les éditions Petit Caveau spécialisée en littérature vampirique.

Dracula, le père des vampires est de plus en plus traqué. S’il meurt, toute son espèce s’évanouira avec lui. Pour que ses enfants lui survivent, il doit trouver une femme bien spécifique qui va lui donner un héritier. Alors les vampires pourront perdurer, peu importe ce que le sort réserve à Dracula.

Le style d’Adeline Debreuve-Theresette est très élégant. Il nous permet de plonger avec délectation dans le XIXème siècle, période ou se passe cette intrigue. A la fois majestueux et accessible, son style permet  de charmer les lecteurs friands des récits du XIXème siècle comme moi de retrouver le vocabulaire sans perdre les néophytes. L’action bien que présente dans ce roman n’est pas le coeur principal de cette intrigue où tout repose sur les sentiments et les pensées des personnages.

Néanmoins, ce récit m’a quelque fois déçue. Je trouve que la romance prend trop de place dans cette aventure. Je ne m’attendais pas à autant de romantisme. Et même si cet élément ne m’a pas gêné, il faut avouer que l’intrigue est sans surprise. On a aucun mal à imaginer ce qu’il va se passer et ce dès le début. Même si j’aime le genre de final qu’on nous propose ici, j’aurais plutôt pencher, vu le thème, pour une clôture plus mélo-dramatique.

Malgré ces défauts, De Notre Sang a un charme indéniable. En effet, j’ai vraiment pris du plaisir à lire ce court roman qui me rappelle mes lectures chéries de Stoker, des soeurs Brontë, Matthew Lewis, Le Fanu, etc. Et puis, il y a tout l’à-coté qui me séduit également. Tout d’abord, la magnifique couverture d’ Anne Claire Payet qui s’est surpassée, ensuite le fait que ce récit soit le premier roman d’Adeline Debreuve-Theresette et enfin que les droits d’auteurs soient intégralement renversés à la SPA. Voilà donc une maison d’édition et une écrivaine à suivre…

Chronique vidéo

4 sur 5

Auteur : Adeline Debreuve-Theresette

Titre : De Notre Sang

Edition : Editions du petit caveau

Genre : Fantastique, romance

Pages : 119 (version ebook)

Couverture : Anne Claire Payet