Le vol du corbeau


Rien ne prédestinait Jeanne, militante communiste passée dans la Résistance, à rencontrer François, un monte-en-l’air gouailleur et volontiers cynique. Et encore moins à devoir fuir en sa compagnie pour échapper à la traque de la police française et de la Gestapo. Dans cette France de juin 1944 où rafles et dénonciations ont encore cours, leurs destins vont se trouver étroitement liés… pour le meilleur et pour le pire.

J’ai lu, il y a une éternité, Le sursis, que j’avais beaucoup aimé. Cette duologie semble dans la même veine.

J’ai aimé retrouvé le trait si particulier de Gibrat, j’aime les portraits de ses personnages, surtout les femmes qui sont toutes plus sublimes les unes que les autres.

Et le caractère de Jeanne n’est pas fade, non plus ! Pensez donc c’est une résistante en cavale avec un cambrioleur. J’ai aimé leur rencontre improbable et le duo de choc qu’ils forment.

J’apprécie aussi le décor : Paris, fin de la deuxième guerre mondiale et la vie sur les péniches qui voguent sur la Seine.

Bref, c’est vraiment charmant et l’aventure est haletante, j’ai hâte de découvrir la suite !

On se retrouve sur la péniche de Moka !

  • Auteur : Jean-Pierre Gibrat
  • Commencé le : 01/11/2018
  • Terminé le : 01/11/2018
  • Edition : Dupuis
  • Genre : BD
  • Pages : 56
  • Sorti le : 04/09/2002
  • Note : 4/5

Zidrou – La vieille dame qui n’avait jamais joué au tennis & autres nouvelles qui font du bien

 

“Du moment qu’on rit des choses, elles ne sont plus dangereuses.” affirmait Raymond Devos.
Comme tous les gens qui savent nous faire rire de nous-même, Benoît Zidrou connaît le poids des choses, la gravité de la vie.
En 1997, Philippe Delerm rencontrait un immense succès avec “La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules”. L’évocation simple de petits plaisirs suffisait à lui ouvrir le coeur de milliers de lecteurs.
Benoît Zidrou nous invite à un voyage similaire avec les gens qui nous entourent. Qui ose faire connaissance avec la vieille dame d’en face? Sait-on qu’elle rêve de jouer sur le court central de Roland Garros? Qui peut dire que cet homme gris et triste, qui a laissé un fossé se creuser entre lui et ses enfants, sera le premier qui prendra dans ses bras ce petit bout d’homme au corps déformé par la maladie?
Pour mettre en scène ses quinze nouvelles, Benoît Zidrou a cherché des auteurs sachant manier la bonne dose de réalisme et l’expressivité requise pour être toujours juste: un talent qu’on retrouvait chez tous les auteurs de l’école de Marcinelle (Franquin, Morris, Will…). Les neuf dessinatrices et dessinateurs rassemblés ici (Colombo, Cordoba, Gili, Homs, Hureau, Lafebre, Sempere, Siri, Van Beughen) ont tous cette qualité propre aux grands auteurs de BD: leurs histoires prennent vie sous nos yeux. On les lit la larme à l’oeil et le sourire aux lèvres.
On connaissait Benoît Zidrou pour son talent de gagman, on peut désormais savourer son sens de la vie.

J’ai emprunté ce recueil car je me suis dit que c’était une occasion idéale de découvrir une palette de dessinateurs en seulement quelques pages. Dans ces quinze nouvelles, on parle beaucoup du quotidien mais surtout de ces petits moments qui font tout basculer. C’est tendre, touchant. Pas exceptionnel mais j’en suis sortie avec un petit effet “feel good”.

Parmi les nouvelles qui m’ont le plus emballées, il y a :

  • Paris, Berlin, Amsterdam, Tourigny-Sur-Vielle dessinée par Esther Gili, une superbe histoire d’amitié
  • Les poulets rôtis , une belle histoire de famille de Pedro J. Colombo
  • Le view-master de Jordi Sempere qui m’a rappelé des souvenirs. J’avais complètement oublié cet appareil !

Et j’ai aussi beaucoup accroché aux dessins Jordi Lafebre (photo ci-dessous)

Les autres illustrations étaient moins ma came mais j’ai quand même beaucoup apprécié la découverte !

Bref, une jolie petite parenthèse dans ce monde de brutes !

On se retrouve chez Stephie cette semaine !

Zoo thématique : Les animaux domestiques : Le perroquet

 

Auteur : Zidrou

Commencé le : 09/02/2018

Terminé le : 09/02/2018

Edition : Dupuis

Genre : BD

Pages : 128

Sorti le : 04/09/2009

Note : 4/5

Clarke, François Gilson – Mélusine, tomes 3, 4, 5

Je n’ai pas eu l’occasion d’emprunter le tome 2, je suis donc passé au tome 3. Les tomes sont dans la continuité du premier avec un humour bon enfant qui plaira à toute la famille.

Les traits sont assez simples mais ça ne me dérange pas.

Je lirai donc la suite avec grand plaisir !

Auteurs : Clarke, François Gislon

Titre : Mélusine, tome 3 : Inferno

Edition : Dupuis

Genre : BD

Pages : 47

Clarke, François Gilson – Mélusine, tome 1 : Sortilèges

melusine1

J’avais déjà lu des albums de Mélusine plus jeune mais lorsque j’ai eu l’occasion de lire le premier volume, je n’ai pas hésité surtout en cette période d’Halloween !

Les petites scénettes  (entre 1 et 3 pages généralement) sont assez chouettes.  L’humour est à la portée de tous, ce qui en fait un album pour tous les âges.

Mélusine est une jeune fille attachante même si j’ai une préférence pour Cancrelune, sa compère pas du tout douée pour la sorcellerie.  Je ne me rappelais plus que Mélusine était une “bonne à tout faire” dans un manoir. Cela peut paraître rétrograde mais vu le caractère loufoque des tâches à accomplir on oublie vite cela.

Bref, ce fut un chouette retour aux sources avec ce premier album de Mélusine.

challengehalloween2016

Auteurs : Clarke, François Gilson

Titre : Mélusine, tome 1 : Sortilèges

Edition : Dupuis

Genre : BD

Pages : 48

D’autres avis : Véro

Benoit Feroumont – Le Royaume, tome 6 : Saperlipopette

Le Royaume 6 saperlipopette

Quand j’ai vu la couverture du nouveau tome de la saga Le Royaume, j’ai été surprise. Tout en aquarelle et en couleurs pastels, elle dénote un peu avec les autres volumes. Mais qu’importe, je suis tellement fan de cette série que je fonce les yeux baissés !

Au niveau du style, l’auteur reste fidèle à lui-même. C’est donc juste la couverture qui est un peu différente. J’aime toujours ses traits “ronds” et l’expression des personnages. Je vois le travail de Benoit Feroumont d’un autre oeil depuis Gisèle & Béatrice alors c’était intéressant de le retrouver dans ma série fétiche.

Alors, oui, j’ai passé un super moment avec ce nouveau tome. L’esprit bon enfant y est toujours, l’humour aussi et les personnages sont toujours aussi attendrissants. Mais je dois avouer que je n’ai pas été fan de ces petites scènettes qui semblent totalement indépendantes les unes des autres. Je préférais largement quand l’auteur nous présentait une seule histoire tout le long du tome.

Je ne sais pas trop s’il s’agit d’un tome spécial ou d’un vrai revirement de la série. En tout cas, peu importe la suite, je l’achèterai et la lirai avec plaisir car j’aime toujours autant l’univers et l’humour du Royaume !

Auteur : Benoit Feroumont

Titre : Le Royaume, tome 6 : Saperlipopette

Genre : BD

Edition : Dupuis

Pages : 56