Bella Pollen – L’été de l’ours

J’avais repéré ce livre il y a bien longtemps et je l’ai finalement trouvé d’occasion. Je trouve que la couverture ne correspond pas du tout à l’histoire. Cet ours rose fluo n’a finalement rien à voir avec l’histoire douce-amère que nous a concocté Bella Pollen.

Partez donc à la découverte de la famille Flemming avec moi ! Il y a d’abord le père, Nikky, un diplomate anglais, qui vient tout juste de décéder et que tout le monde prend pour un traître, la mère Letty, qui tente de garder la tête froide face à tous ces événements et les 3 enfants : Georgie, une jeune adolescente avec tous les problèmes de cet âge, Alba, continuellement en colère et le petit Jamie, hypersensible et avec un léger handicap mental.

Toutes ces personnes ont des manières tout à fait différentes de vivre le deuil de leur père/mari. On alterne les points de vue dans cet ouvrage et j’ai trouvé cela très intéressant. J’ai eu beaucoup de mal à comprendre Alba, qui a tellement de violence en elle et surtout pour son petit frère. J’aurais aimé qu’on creuse davantage son mal être, son caractère. Le petit Jamie est touchant par son imagination débordante. Georgie tente d’être le lien entre ses cadets et sa mère. Et Letty enfin, qui fait ce qu’elle peut pour subvenir aux besoins de ses enfants sans sombrer. Je me suis énormément identifiée à Letty, je pense que je pense que je serai dans le même état qu’elle si j’avais vécu la même situation.

Et autre atout de ce roman, il se passe dans les Hébrides extérieures en Ecosse. Du coup, dépaysement garanti ! Mais je regrette tout de même la lenteur de l’intrigue, j’avoue avoir sauter quelques pages quand je trouvais que ça n’avançait pas assez vite.

Néanmoins, je trouve que c’est une lecture intéressante sur les relations familiales.

Auteur : Bella Pollen

Titre : L’été de l’ours

Edition : Belfond

Genre : Contemporain

Pages : 403

D’autres avis : Argali, Belledenuit

Hillary Jordan – Ecarlate

Ecarlate - Hillary Jordan

Dans ce monde légèrement futuriste, l’Eglise a repris le plein pouvoir aux Etats-Unis. La sanction pour ceux qui commettent des crimes : la chromatisation. Les condamnés sont donc peints d’une certaine couleur selon leur crime pendant plusieurs années. Hannah Payne semble plutôt loin de cet univers glauque au départ. Bonne chrétienne même si elle se pose parfois quelques questions sur la foi, c’est en rencontrant le pasteur Dale que sa vie va basculer. Elle va avoir une liaison avec cet homme marié, liaison qui va aboutir sur une grossesse. Afin de préserver la réputation de l’amour de  sa vie, Hannah va décider d’avorter. Mais dans ce monde où l’Eglise est toute puissante et où chaque grossesse est vu comme un Don de dieu, Hannah va être condamnée pour meurtre d’enfant et va devoir passer 16 ans à avoir la peau peinte en rouge écarlate.

Dès que j’ai entendu parler de ce livre, j’ai eu envie de le découvrir. En effet, je trouvais que l’univers mis en place par l’auteure était vraiment bien pensé. Quand on voit comment des extrémistes tentent de modifier la liberté acquise dans nos démocraties, je me dis que ce n’est pas si improbable que cela.

Le récit commence juste après la chromatisation d’Hannah. On la suit alors dans sa cellule de confinement dans laquelle elle doit rester pendant les 30 premiers jours de sa condamnation sous le regard de la télévision. Elle repense alors à son parcours, à ce qui l’a amené à sa situation actuelle. Je me suis donc rapidement attachée à Hannah. J’ai bien aimé voir qu’elle n’était pas une révolutionnaire en puissance qui voulait à tout prix bousculer le monde. C’est une jeune femme bien élevée dans la religion protestante mais qui parfois a des doutes, trouve des décisions injustes. Je me suis pleinement reconnue en elle même si elle est 10x plus courageuse que moi. En effet, par amour, elle n’hésite pas à taire à la justice l’identité du père de son enfant ainsi que le nom de son avorteur quitte à rester une Rouge 3 ans de plus. Elle prend tout sur elle, assume totalement son acte et se sent fort coupable. Ce seront les rencontres qu’elle fait par la suite qui vont petit à petit changer son opinion sur son acte.

Certains lecteurs semblent déçus par la fin de ce roman. Personnellement, je la trouve très bien. Elle est loin d’être spectaculaire mais je trouve que ce n’est pas plus mal. C’est une fin en douceur, je l’ai ressentie comme un soupir de soulagement.

Le style d’Hillary Jordan est addictif. Même si son écriture n’a rien de particulièrement belle, elle arrive à instaurer un beau suspense autour du personnage d’Hannah et de nous faire ressentir l’univers très sombre dans lequel elle évolue.

Bref, je vous recommande chaudement ce roman !

4 sur 5

le choix du chapelier fou

Auteur : Hillary Jordan

Titre : Ecarlate

Edition : Belfond

Genre : Science-fiction

Pages : 432

D’autres avis : Nadael, Plume libre, Livredelire

Elisa Brune – La tentation d’Edouard

Mon avis:


C’était mon premier roman épistolaire ! Je ne suis pas particulièrement adepte de ce genre de littérature mais celle-ci m’a assez plu. C’est à 17 ans que j’ai lu ce roman et je me rappelle avoir parfois rougi dans ce livre où l’érotisme ne manque pas. On s’identifie facilement à l’héroïne qui reçoit un jour une lettre d’un inconnu et on se demande comme elle qui se cache derrière ce correspondant mystère. Un livre où l’intrigue monte au fur et à mesure avant de finir en feu d’artifice.

3 sur 5

Auteur : Elisa Brune
Titre : La tentation d’Edouard
Genre : Littérature générale
Edition : Belfond
Pages : 375