Emilie Fournier – Julien

julien

Delphine a 13 ans lorsqu’elle rencontre Julien et qu’elle en tombe amoureuse. Mais ils ne sont pas prêts pour une relation long terme et Delphine doit rapidement faire une croix sur cette histoire.

Julien est un petit roman de chick lit. J’avoue que vu la couverture montrant cette femme devant son dressing et le titre sur fond rose bonbon, je m’attendais à un truc très girly. Finalement, ce roman va un peu plus loin que ça.

Déjà, on rencontre Delphine à ses 13 ans lors d’un stage en informatique. C’est une adolescente déterminée, ambitieuse, très cartésienne. Elle m’a directement paru froide et j’avoue que ce sentiment ne m’a pas lâché du début à la fin. Je n’ai pas du tout apprécié Delphine. Elle semble toujours savoir mener sa barque, ne pas avoir de doute. Super intelligente, des petits copains supers qui se succèdent et une carrière très satisfaisante, Delphine a définitivement la vie parfaite. Alors même lorsqu’un beau jour dans sa vie, elle doit faire face à de grosses difficultés, je n’ai pas su m’attendrir pour elle tellement elle m’a paru antipathique tout du long.

Néanmoins, il faut bien dire que cette lecture fut bien agréable. Le style d’Emilie Fournier est fluide et l’intrigue présente quelques rebondissements. Je ne me suis vraiment pas ennuyée tout le long de ce roman.

Bref, bien que je n’ai pas été sensible aux personnages, j’ai tout de même bien apprécié ce petit livre de chick lit un peu particulier qui rime plus avec mathématique qu’avec shopping.

 

un genre par mois juillet

Auteur : Emilie Fournier

Titre : Julien

Edition : Librinova

Genre : Chick lit

Pages : 232

D’autres avis : Échappée Littéraire

Margaret Mallory – Le retour des Highlanders, tome 4 : Le Chef

Le chef

J’avais vraiment hâte de lire ce tome en compagnie de Thalia. Depuis le premier volume, Connor m’a toujours intriguée. Ben oui, c’est le leader donc forcément, il m’attirait ;). Quant à Ilysa, ce n’est que depuis un ou deux tomes que j’ai remarqué son béguin pour le chef.

Bref, ça partait plutôt bien pour cet ultime opus et finalement, ce fut encore mieux que prévu. J’ai adoré Ilysa ! A la différence des têtes brûlées que pouvaient être Sileas, Glynis ou Moira, Ilysa est plutôt une petite souris discrète et humble. Elle a un grand manque de confiance en elle et pourtant, quelle femme exceptionnelle se cache derrière ses vêtement amples et ce fichu sur les cheveux. Car Ilysa n’est pas que la femme qui suit Connor partout, c’est une guérisseuse avec un don de voyance et également une personne perspicace et les pieds sur terre. Quant à Connor, même s’il m’intriguait énormément, il m’a par moment pas mal agacée car il est franchement aveugle et têtu dans certaines situations !

L’histoire est passée comme une lettre à la poste avec moi. En un rien de temps, on se retrouve à la fin et l’intrigue principale se clôture sur une jolie happy end. Quant au jeu de chasse et de la souris entre Connor et Ilysa, je l’ai trouvé plutôt convainquant.  C’est un tome vraiment addictif.

Bref, voici une superbe conclusion pour cette très jolie saga de romance historique. L’auteur a prévu de faire une nouvelle série dans le même univers avec la génération suivante. Il me tarde de la découvrir avec Thalia.

Retrouvez l’avis de Thalia sur son blog.

Auteur : Margaret Mallory

Titre : Le retour des Highlanders, tome 4 : Le Chef

Edition : Milady

Genre : Romance historique

Pages : 471

Kyrahn Ka – Un étrange amant

unetrangeamant

On voit peu de livres érotiques sur mon blog. Il faut bien avouer que je ne lis pas beaucoup ce type de littérature. J’ai souvent une appréhension, celle de voir des histoires d’amour clichées ou exagérées. Heureusement, Un étrange amant de Kyrahn Ka ne fait pas partie de cette catégorie.

L’histoire est donc celle d’Angélique, une jeune femme hantée par son premier amant, un beau scandinave blond et marié. Quasiment dix ans plus tard, elle pense encore lui. Lors d’une randonnée, elle va tomber sur un homme qui ressemble beaucoup à son premier amour et elle commencera à avoir des rêves érotiques avec lui.

Ce qui m’a beaucoup plus dans cette nouvelle, c’est le personnage principal : Angélique. Loin d’être jeune fille fade et facilement influençable, je l’ai au contraire trouvé pleine de pep’s et les pieds sur terre. Elle ne reste pas cantonnée au rôle de spectatrice et sait prendre des décisions.

Les scènes plus chaudes sont bien décrites et loin d’être vulgaires. Ils ne font pas des acrobaties de fou non plus, ce qui rend le tout plus crédible et plus facile à imaginer. Vous le comprenez donc : Kyrahn Ka a vraiment su trouver le style adéquat pour ce genre de récit.

Finalement, c’est vraiment « l’extérieur » que j’apprécie le moins. Que ce soit le titre ou la couverture, elle représente tout ce qui me fait en général fuir ce genre de littérature  car je les trouve à la fois kitsch et clichés.

Mais je vous invite donc à aller plus loin que cette première impression et à vous intéresser à Un étrange amant de Kyrahn Ka. Voilà un livre qui a su me séduire par son héroïne attachante et ses scènes sexuelles bien décrites.

Auteur : Kyrahn Ka

Titre : Un étrange amant

Edition : La Bourdonnaye

Genre : Erotique

D’autres avis : Mycoton, Elfie, TheChouille, Mabiblio1988

Margaret Mallory – Le retour des Highlanders, tome 3 : Le guerrier

le retour des highlanders 3

L’homme qui lui a brisé le coeur pourra-t-il la sauver du désespoir ?

De l’île de Skye aux champs de bataille français, Duncan n’a jamais oublié Moira, la femme à laquelle il a dû renoncer pour partir au combat. Il espère que ses exploits lui permettront un jour de l’épouser. Malheureusement la belle est mariée de force à une brute du clan rival. Elle se démène pour tenter de protéger son fils, et se croit enfin tirée d’affaire lorsqu’un vaillant guerrier vole à leur secours… Et ce sauve n’est autre que Duncan, qui l’a abandonné des années auparavant. Peut-elle vraiment se fier à lui ? Dans la tourmente, ils vont devoir se résoudre à l’idée que l’union fait la force…

En regardant ce résumé, je le trouve incroyablement kitsch… Heureusement, le livre, lui est beaucoup mieux que cela !

Comme vous le savez probablement, dans cette saga « Le retour des Highlanders », on suit 4 copains Highlanders donc prénommés Ian, Alex, Duncan et Connor et chaque tome nous montre l’histoire d’amour de l’un d’entre eux. Dans ce tome, on suit donc l’énigmatique Duncan qui semble un peu bourru sur les bords quand on le découvre dans les tomes précédents. On fait également la connaissance de Moira, la sœur de Connor qui semble être une jeune petite princesse capricieuse au début de ce tome.

Mais comme à l’accoutumée, j’ai fini par vraiment m’attacher à ce petit couple qui se complète si bien. L’auteur a également su faire preuve d’originalité et nous servir une histoire bien différente des précédentes avec moins de quiproquos et plus de sentiments.

Je dirais que mon seul regret est qu’on ne voit pas assez les autres Highlanders cette fois-ci. A part une mention par ci par là pour Ian et Alex, on revient peu sur leur vie de famille. C’est dommage, j’aurais aimé en savoir un peu plus.

Bref, Margaret Mallory nous a encore concocté une superbe romance. Pour l’instant, je classe ce tome en 2ème, après celui du Gardien mais avant le Séducteur. Et autant vous dire que j’ai super hâte d’être au mois de janvier pour découvrir la petite histoire de Connor car il m’intrigue vraiment ce chef de clan ^^.

Comme pour le tome 2, j’ai lu ce roman en compagnie de ma petite Thalia. Je vous invite à découvrir son avis (à venir).

Duncan MacDonald pouvait soumettre n’importe quel guerrier du château, mais il était désormais face à la fille de son chef de clan qui n’avait pourtant que dix-sept ans.

– Dès que mon père sera sorti de table, chuchota Moira en se rapprochant un peu trop du galant, j’irai te retrouver sous le frêne.

Le jeune homme savait qu’il aurait du décliner l’invitation. Mais autant demander à son cœur d’arrêter de battre.

Anne Hampson – Paradis tropical

paradis tropical

« Voici l’île des cascades et des montagnes, l’île des palmiers et des fleurs exotiques ! » s’écrie Jenny, quand, du bateau qui la conduit à la Dominique, paradis des Antilles, elle aperçoit la côte découpée à travers la brume.

Son père va épouser la mère de Max. Le jeune homme deviendra donc son frère par alliance. Et Jenny est ravie à cette perspective ! Elle aura enfin une famille, elle qui ayant perdu sa mère, en fut longtemps privée. Hélas… l’accueil de Max est glacial. Pourquoi manifeste-t-il une telle hostilité ?

Soooo… J’étais chez mes parents et je me suis dit que c’était l’occasion idéale de partir à la recherche d’un petit Harlequin pour participer aux Harlequinades Vintage organisée par Karine:). Je savais que la collection dont j’avais hérité datait des années 80 et rentrait donc pleinement dans le challenge mais j’ai voulu trouvé un des plus vieux et je suis tombée sur celui-ci écrit en 1970. En plus, il nous emmène en Dominique dans les Antilles et me permettait également d’avancer dans le challenge Globe-reader. Bref, je n’ai pas hésité longtemps et j’ai commencé direct cette petite romance.

Jenny, qui est donc l’héroïne de cette histoire est une jeune femme assez fougueuse. Sa rencontre avec celui qui est supposé devenir son frère par alliance est électrique. Il faut savoir que Max est une saleté de mâle dominateur qui ne supporte pas du tout qu’on lui désobéisse. Pour lui, vu qu’il loge sous son toit, il doit complètement régir son existence. Euuh ok… Vous êtes surs que c’est lui le prince charmant ? Non, parce que là c’est plutôt mal parti.

Les pages défilent… Max donne de plus en plus d’ordre et Jenny les enfreint systématiquement. Et puis hop, en un éclair, le comportement de Max change et il devient tout doux (enfin, il continue à diriger la vie de Jenny mais il le fait avec plus de tact en fait). Jenny se rend compte que Max a toujours raison alors elle décide de toujours suivre ses injonctions, pardon, ses « conseils ». Et voilà le happy end tant attendu arrive. Même si Max promet d’être plus conciliant, on sent bien que c’est Jenny qui a fait 95 % de l’effort pour s’approcher de lui.

Morale de l’histoire ? Ben, je suis un peu estomaquée ! On nous montre au début une femme indépendante et têtue qui sait très bien ce qu’elle veut pour finir par trouver une femme qui s’écrase devant un homme dominateur. Personnellement, cela ne me fait pas rêver du tout. Était-ce le cas des femmes des années 70 ou un message subliminal pour leur dire :  tu vois, ça sert à rien de rêver d’aventures et d’indépendance, retourne à ta cuisine, femme !

Challenge des globe-readersChallenge Globe-Reader : 12ème escale : Dominique, Antilles

Harlequinades-Vintage